http://www.millesimes.fr/worldwide2020/8/

Des crus les uns plus typés que les autres… tout ici concorde à une grande convivialité du vin, où chaque vigneron s’emploie à faire ressortir la typicité de son Riesling ici, de son Gewurztraminer là… On élève alors des vins sans concurrence, dans une large gamme où se cotoïent des Vendanges Tardives rares, un vin suave, un autre sec, un rouge savoureux ou un Crémant tout en fraîcheur. On comprend alors que la force des terroirs et la main de l’homme sont en osmose.

Les incontournables sont toujours Schléret (avec des bouteilles qui ont collectionné les récompenses), Gresser, Schaeffer-Woerly, Haegi, Ruhlmann, Arnold, Simon, Frick, Eblin-Fuchs, Klingenfus, Iltis, Hartmann, Zoeller, Fleck (on les retrouve, à plusieurs reprises dans les Classements avec des cuvées différentes)…

IMPORTANT : pour mieux comprendre le top Vignerons
Accédez gratuitement aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER 2021 en cliquant sur le nom

Prix d’Honneur

Pierre et Suzanne Arnold
Claude et Christophe Bleger
Nathalie Fleck
Robert Freudenreich
Jean-Pierre et Chantal Frick
Rémy Gresser
Daniel Haegi
Jean-Philippe Hartmann
Béatrice Hertz
Famille Horcher
Famille Hubert et Bléger
Famille Humbrecht
Famille Iltis
Philippe Joly (Croix de Mission)
Robert Klingenfus
Jean-Paul Mauler
Famille Ruhlmann-Schutz
Charles Schléret
Aline et Remy Simon
Etienne et Katia Simonis
Vincent Stoeffler
Famille Woerly (Schaeffer-Woerly)
Famille Zoeller


Prix d’Excellence

Martine Becker
Famille Ehrhart (Saint-Rémy)
Paul Fahrer
Hubert et Michèle Heywang
Michel Koch
Frédéric Orth (Cave de Cleebourg)
Catherine et Patrick Rentz
Thierry et Catherine Schirmer
André Vielweber


Satisfecits

Frédéric et Philippe Blanck
Robert Faller

Dominique Befve dans les chais de Lascombes

Lascombes s’étend sur 112 ha. Beaucoup de soins et d’observation sont apportés au vignoble composé de 50% Merlot, 45% Cabernet-Sauvignon et 5% de Petit Verdot. Effeuillage manuel, éclaircissage raisonné pied par pied. Toutes ces efforts ont pour but de favoriser la maturation du raisin en lui offrant un environnement plus aéré et une parfaite exposition au soleil jusqu’aux vendanges. Une centaine de vendangeurs viennent chaque année récolter à la main les précieux raisins après analyse des maturités. Le raisin est déposé sur une première table de tri puis passe au tri optique, une dernière table de tri permettant de parfaire le travail. Le raisin est ensuite légèrement foulé, sa température est abaissée pour une macération à froid. La fermentation alcoolique se déroule à une température maîtrisée de 28°, rythmée par de légers remontages. Le réaménagement du cuvier permet désormais de réaliser l’écoulage et l’entonnage par gravité. La fermentation malolactique s’effectue en barriques. Le vin est élevé 18 à 20 mois. Les différentes démarches qualitatives, entre autres HACCP, permettent de maîtriser la qualité et la traçabilité et garantissent ainsi la protection du consommateur.

Selon Dominique Befve, “le 2019, qualitativement, fera partie des grands millésimes. Il ressemble au 2009. Les tanins sont bien présents mais souples. Le 2018 est un superbe vin, il fait partie des très grands millésimes, l’ensemble des parcelles était homogène, quels que soient les terroirs et les cépages. Millésime 2017, moins de volume (-35%) à cause des gelées. C’est un bon millésime, très agréable.
Notre actualité se porte sur l’œnotourisme, nous avons beaucoup de visites à la propriété 50% de plus cette année. Nous doublons la surface de notre cuvier pour les vendanges 2021. Nous installons de plus petites cuves afin de faire plus de parcellaire. Le cuvier est bien intégré d’un point de vue esthétique aux bâtiments existants. Nous utilisons les techniques de pointe toujours dans un souci de qualité, le remplissage des cuves se fait dorénavant par gravité dans des cuves à double parois en Inox poli.”
On est toujours au sommet avec ce très savoureux Margaux 2017, 57% Cabernet-Sauvignon, 40% Merlot et 3% Petit Verdot, qui dégage un nez riche et subtil dominé par les petits fruits rouges mûrs, c’est un vin tout en harmonie, structuré, généreux, très aromatique, avec des tanins amples et ronds, tout en charme mais de jolie structure, que l’on peut commencer à apprécier sur, par exemple, un rôti de veau farci aux truffes ou des magrets de canard et petits pois. 

Superbe 2016, 50% Merlot, 40% Cabernet-Sauvignon, 3% de Petit Verdot, élevage 70% barriques neuves), d’un rouge très foncé, puissant, d’une grande complexité, avec des tanins très soyeux, un vin où tout est merveilleusement fondu, dont l’équilibre est parfait, extrêmement typé, avec des notes de fumé, des senteurs très complexes, vraiment un très grand vin. Le 2015 50% Cabernet-Sauvignon, 47% Merlot, 3% Petit Verdot, élevage 70% en barriques neuves, de bouche profonde, de robe rouge sombre, aux notes de prune et de cuir, avec des nuances épicées, un vin complexe, harmonieux, très prometteur. 
Le 2014 est savoureux, charnu, au nez d’épices et de griotte mûre, très riche, d’une longue finale avec des nuances mûres et complexes de fruits rouges, de sous-bois et de réglisse, de bonne garde. Le 2013 est de robe grenat, concentration moyenne qui correspond bien au fruité et à la fraîcheur du millésime, tanins fins et réguliers, vin équilibré dominé par les fruits, classique et élégant, parfait sur des feuilletés aux morilles ou un carré d’agneau à l’ail.
Le 2012 a une belle robe pourpre intense, joli bouquet de fruits rouges et noirs bien mûrs assortis de notes de pain grillé, torréfaction, milieu de bouche gras et velouté, belle finale longue qui promet une bonne garde.
Superbe Margaux Chevalier de Lascombes 2017, 60% Merlot, 40% Cabernet-Sauvignon, élevage sur lies pendant 4 mois puis élevage en barriques pendant 16 mois, très équilibré, complexe, d’une jolie robe grenat, aux tanins riches et souples à la fois, au nez persistant où dominent des notes de myrtille et d’épices.
Nous avons dégusté également le Haut-Médoc de Lascombes 2016, 63% Cabernet-Sauvignon, 21% Merlot et 16% Petit Verdot, de couleur soutenue, très harmonieux, tout en finesse avec des tanins riches, au bouquet concentré, c’est un vin tout en arômes.

Dominique Befve

1, cours de Verdum
33460 Margaux
Tél. : 05 57 88 70 66
Email : contact@chateau-lascombes.fr
www.chateau-lascombes.com

Dans le Médoc, les terroirs signent les vins : graves garonnaises à Saint-Julien, quartz et cailloux roulés à Saint-Estèphe, croupes de graves maigres à Pauillac, graviers et cailloux à Margaux, formation caillouteuse mêlée de sable et d’argile en Médoc… Mais, vous le savez, il est parfois bien difficile aujourd’hui de retrouver cela, tant certains crus sont “lissés” par des vinifications sophistiquées. C’est d’autant plus dommage que ces terroirs ont une réelle influence et pourraient de nouveau signer de vrais grands vins racés. Il manque aussi des figures légendaires dans la région, qui n’ont pas été remplacées.

La médaille à son revers : leur réussite à l’export se mêle à une image dégradée en France de certains grands crus de Bordeaux, tant les consommateurs ne s’expliquent pas leur prix et ont tendance à rechercher dans d’autres régions des vins avec plus de personnalité. Cela est dommageable pour tous les autres vignerons bordelais qui proposent des vins avec un véritable rapport qualité-prix-plaisir exceptionnel. ceux-là, ils sont dans le GUIDE !

Pomerol comme à Lalande-de-Pomerol, là encore de nombreux vins atteignent cette année la hiérarchie des Premiers Grands Vins, notamment dans l’appellation Lalande-de-Pomerol. Mené par le mythique Petrus, où nous avons une nouvelle fois été émerveillé par la race de ce vin majestueux, on trouve les vins les plus chaleureux de la région bordelaise, où les senteurs de truffe se mêlent à la mûre, à la cannelle, à la cerise ou à la réglisse, la chair s’associant à une texture dense, ample, veloutée, le tout donnant des vins que les propriétaires élèvent à leur image, chaleureuse.

Saint-Emilion, Il y a également des nouveautés dans le Classement. En effet, la dérive du Classement “officiel“ qui s’intéresse de moins en moins au terroir et poursuit son chemin vers une reconnaissance des prix (de la frime ?). Comment expliquer que des crus accèdent à la plus haute place quand on connait ce qui distingue leurs territoires à celui, notamment d’Ausone, certainement le plus grand vin racé de la région ? Eh oui, il y a des différences entre les sols de calcaire à astéries qui signent une très grande finesse, et ceux des alluvions sableuses…

Vous pouvez aussi simplement vous promener pour comprendre l’importance des sols. Ou procurez-vous l’exceptionnelle carte de Van Leuween, que nous avions publié en son temps dans Millésimes, aujourd’hui “interdite” de publication. Pour quelle raison ?

Franchement, il y tant de vins de l’appellation qui se prennent pour un Côte-Rôtie (le terroir en moins), à force de concentration, d’élevage surdimensionné en fûts neufs… Où est la distinction ? Où est la fraîcheur ? On déguste ces vins sans avoir la moindre envie de les boire. Restez fidèles aux vignerons humbles qui savent qu’un Saint-Emilion, c’est d’abord l’élégance !

Et puis, il y a ces “satellites”, les Montagne, Puisseguin, Lussac et Saint-Georges, marqués le plus souvent par des sols de calcaire à astéries (le top) ou de molasses du Fronsadais, où l’on est régulièrement sous le charme de ces vins remarquables, dominé par le Merlot et une fraîcheur en bouche certaine, de grande évolution également, dont la plupart sont au même niveau qualitatif, voire bien meilleurs que des Saint-Emilion Grands Crus Classés (toujours selon ce “classement” officiel), mais à des prix divisés par 3, 4 ou 5… Quelques-uns des plus beaux rapports qualité-prix-plaisir du bordelais se trouvent ici.

Dans les Graves, la majeure partie des vins en tête de notre Classement, bénéficient aussi d’un formidable rapport qualité-prix. Bien sûr, les territoires signent des vins de qualité et de style différents à Portets, Castres, Beautiran, Podensac ou Landiras, et c’est tant mieux !

En Pessac-Léognan, où les sols sont très diversifiés, on peut élever, à la fois, de grands vins rouges et blancs secs. On cherche, sans la trouver, une réponse légitime à certaines notoriétés qui ne semblent pas ou plus justifiées, notamment quand on accède à des prix exagérés. Et puis, là encore, on ne fait pas les mêmes vins sur des croupes graveleuses et des sols sableux.

Dans les appellations de Côtes, selon les expositions, les sols, la complémentarité des cépages (Merlot souvent prépondérant), on peut en effet passer du très beau au très simple. De Saint-Vivien-de-Blaye ou Saint-Paul-de-Blaye, de Tauriac à Baurech, de Saint-Magne-de-Castillon à Gabarnac, les meilleurs signent de beaux vins de caractère, puissants ou soyeux, vifs ou suaves, en rouges comme en blancs, et à des prix très abordables.

En Bordeaux et Bordeaux Supérieurs, contrairement à ce que vous pourriez croire, les terroirs ont une réelle incidence sur la qualité des vins ! Et des vignerons passionnés qui savent mettre en avant leurs sols (exception faite des palus) élèvent des vins supérieurs à des crus d’appellations beaucoup plus chères et renommées.

En LiquoreuxSauternes en tête, l’équilibre géologique et climatique en fait un milieu naturel idéal pour cette fascinante biologie qu’est le botrytis cinerea. Ces vins rares, du plus liquoreux au plus fin, dont les prix sont largement justifiés quand on connaît les efforts des propriétaires, méritent toujours d’être appréciés tout au long du repas, et pas uniquement à l’apéritif ou sur les desserts (pour avoir des idées d’accords : www.ideevins.com). Bien sûr, on boit de moins en moins ces vins, et le manque d’une communication pour séduire les consommateurs, ne va pas dans le meilleur sens.

Accédez gratuitement aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER en cliquant sur le nom

Du plus grand au plus modeste, voici les vignerons talentueux et passionnés de toute la région bordelaise !

PRIX D’HONNEUR

Alain et Joël Appollot (Trimoulet et Chevalier Saint-Georges)
Famille Arnaud (Saint-Estèphe)
Famille Arnaud & Marcuzzi (Payre)
Guy Bailly (Le Bourdieu)
Éric Barrat (Pont les Moines et Bran de Compostelle)
Famille Barreau (Certan de May et Poitou)
Dominique Befve (Lascombes)
Jean-Noël Belloc (Brondelle)
Olivier Bernard (Chevalier, Lespault-M. et Solitude)
Famille Bernard (Lestage Darquier)
Famille Berrouet (Vieux Château Saint-André)
Jean-Guy Beyney (Clos de Sarpe)
Lucette Bielle (Viaud)
Famille Boidron (Corbin Michotte)
François-Thomas Bon (La Grâce Fonrazade)
Pierre Bonastre (Hennebelle)
Lionel Bord (Clos Jean)
Famille Borie (Grand-Puy-Lacoste)
Famille Bouche (Mauves)
Jean-Marie et Pascale Bouldy (Bellegrave)
Jean et François Bouquier (Grandmaison)
Famille Boutemy (Haut-Lagrange)
Jean-Baptiste et Vincent Brunot (Piganeau, Tour de Grenet et Gravillot)
Jacques et Thierry Capdemourlin (Balestard)
Pierre et Lucile Carle (Croque Michotte)
Famille Carrère (Fleur Grandes Landes)
Patrick Carteyron (Penin)
Famille Castéja (Batailley, Trotte Vieille, Eglise et Beau Site)
Eléonore et Régis Chaigne
Olivier Cheminade (Destrier)
Famille Conte (Plantier Rose)
Denis Corre-Macquin (Macquin)
Sylvie Courreau-Fompérier (Guillemin la Gaffelière)
Georges Dadda (Panigon)
Famille Darnajou (Moines)
Famille de Gaye (Sainte Barbe)
François Décombe (La Haie)
Marie-France et Guy Despujols (Lamothe Despujols)
Danielle Dubois (Orisse du Casse)
Henri Duboscq (Haut-Marbuzet et Layauga)
Laurent Dubost (Lafleur du Roy et Bossuet)
Jean-Pierre Dubreuil (La Grenière)
Éric Duffau (Belle Garde)
Famille Dumeynieu (Roumagnac la Maréchale)
Joël Dupas (Béchereau)
Norbert, Josette et Laetitia Egreteau (Clos du Pélerin)
Sabine Brun-Rageul et Pierre Darriet (Luchey-Halde)
Olivier Fauthoux (Lafon)
Arnaud et Florence de la Filolie (Laniote)
Jean-Yves et Michel Foucard (Musset et Chêne Vieux)
Dominique Fouin (Fontesteau)
Jean Galand (Canon)
Famille Galineau (Bellevue-Favereau)
Jean-Marie Garde (Clos René)
Famille Gasparoux (Haut-Ferrand)
Michel, Françoise et Olivier Gautey (Gassies-Gautey)
Cyril Gillet (Haut Barrail)
Famille Giraud (Le Caillou et Tour du Pin Figeac)
Sébastien Godineau (Arnauds)
Isabelle Golin-Simon (Voselle)
Famille Gonfrier (Marsan)
Jean-Pierre et Cédric Gorphe (Moulin-Vieux)
Régis Grandeau (Lauduc)
Florent Guinjard (Roquebrune)
David et Benjamin Gutmann (Jouvente)
Bernard et Marie-Odile Hebrard (Graves de la Laurence)
Jean-François Janoueix (Haut Sarpe, La Croix, Croix Toulifaut, Castelot)
Jean-Philippe Janoueix (Confession)
Thierry Kerdreux (David)
Isabelle Labarthe (Arricaud)
Famille Lartigue (Mayne-Lalande)
Yannick et Andrea Le Menn (Haut Saint Clair)
Lucas Leclercq (Fourcas-Dupré)
Famille Lévêque (Chantegrive)
Famille Leydet (Valois)
Famille Leymarie (Lafargue)
Grégory Lovato (Lajarre)
Denis Lurton (Desmirail)
Sophie Lurton (Bouscaut)
Anne et Hugues Mallet (Haut-Macô)
Michel et Marie-Noëlle Marengo (Hourtin-Ducasse)
Martine, Alexandra et Patrick Martet (Lavison)
Alain Maufras (Pontac Monplaisir)
Jean-Pierre et Marie-Françoise Meslier (Raymond-Lafon)
Pascal Modet (Melin)
Jean-François Moniot (Entre Deux Mondes)
Luc Monlun (Chalet de Germignan)
Michel Moreau (Plince)
Alain Moueix (Mazeyres et Fonroque)
Jean-François et Jean Moueix (Petrus, Duclot…)
Paul-Henry Nerbusson (Lagarde)
Jean-Pierre et Julien Pauvif (Les Graves)
Philippe Person (Jalousie Beaulieu)
Pascale Peyronie (Fonbadet)
Jacques et Madelaine Philippe (Devise d’Ardilley)
Xavier Piton (Belles Graves)
Alexandre Plocq (Vieux Rivallon)
Odette Pommier (Darius)
Thérèse Ponz Szymanski (Berthenon)
Famille Pouvaret (Grand-Maison)
Thomas C. Press (Castera)
Famille Prince (Clos des Prince)
Vincent Priou (Beauregard )
Paul Ragon (Le Tuquet)
Philippe et Marie Renier (Fontbonne)
Christiane Renon (Galiane)
David Renouil (Bois Carré)
Dominique Revaire (Valentin)
Famille Riffaud (Souley-Sainte-Croix)
Philippe et Emmanuel Robert (Tour du Roc)
Jean-Claude Rocher (Vieux Château des Rochers)
Famille Roskam (Cantenac et Moulin de Grenet)
Bruno Saintout (La Bridane et Cartujac)
Daniel et Marie-Laurence Sanfourche (Loupiac-Gaudiet)
Stéphane et Charles Savigneux (Eyran)
Jacqueline Sioen (La Marzelle)
Pascal Sirat (Panchille)
Famille Thial de Bordenave-Berckmans (Faugas)
Bernard Thomassin (France)
Alain Tourenne (Beynat)
Elisabeth et Jean-Pierre Toxé (Franc-Lartigue)
Brigitte Tribaudeau (Mauvinon)
Adrien Uijttewaal (Saint-Hilaire)
Gabriel de Vaucelles (Filhot)
Famille Velge (Côme)
Château de Vimont
Famille Vincent (Grand Bos)
Marc Vincent (Pasquette)
Thierry Yung (Haut-Calens)

PRIX D’EXCELLENCE

Famille Labrune (La Dauphine)
Famille Augereau (Croix d’Armens)
Famille Baly (Coutet)
Florent et Brigitte Battistella (L’Hospital)
Jean-Bernard et Henri Beaupertuis (Fleur Cravignac)
Famille Bergey (Temple du Tourteyron)
Hervé Berland (Montrose et Tronquoy-Lalande)
Barbara Berlureau (Moulin du Jura)
Anne Biscaye (Lapelletrie)
Famille Boyer (Cros)
Famille Brun (Lauga)
Laurent et Christelle Cassy-Tartas (Chillac et Quillet)
Martine et Jean-Bernard Chambard (Roylland)
Véronique Cochran (Falfas)
Serge Couderc (Moulin de Mallet )
Famille Décamps (Petit Mangot)
Hugues Delayat (Hourbanon)
Famille Desbois (Saint-Georges)
François Despagne (Grand-Corbin-Despagne)
Constance et Stéphane Droulers (Carles)
Paule et Michel Dubois (La Ganne)
Alain Dufourg (Marchand Bellevue)
Famille Escure (Grand-Pey-Lescours)
Jacques Le Failler et Alain L’Helguen (Jura-Plaisance)
Monique et Rémi (Bedrenne)
Stéphane et Paola Gabard (Croix de Queynac)
Corinne, Mickaël et Vincent Garde (Haut-Goujon)
Famille Gillet (Graves de Loirac)
Jean Guyon (Rolland de By)
Michel-Eric Jacquin (Lartigues Cèdres)
Famille Lahiteau (Laribotte)
Jean-Pierre et Pierrette Lallement (Thuron)
Famille Lamothe (Haut-Bergeron)
Christophe Landry (Graviers)
Guy et Valérie Loubry (Valguy)
Jean-Christophe Mau (Brown)
Sandrine et Camille Meunier (Croix Meunier)
Édouard et Sévrine Miailhe (Siran)
Stéphane Négrier (Croix du Trale)
Jean et François Nony (Caronne Sainte Gemme)
Christian et Coralie Ollier (Rose Brana)
Famille Pedro (Le Meynieu)
Laurent Reclus (Pichon-Bellevue)
Christine et Philippe Richet (Juguet)
Nicolas et Alexandra Robin
Alain Routurier
Alain Roux (Coustolle)
Serge Saint-Martin (Vieux Gabarey)
Maxime Saint-Martin (Graves de Pez)
Famille Sénéclauze (Marquis de Terme)
Adrien Surain
Famille Vincent (Lamothe Vincent)
Delphine et David Violeau-Brasseur (La Paillette)

SATISFECITS

Eric et Sandrine Bordon (Petit Bouquey)
Marie-Christine Labouille (Haut Guillebot)
Bertrand Lacampagne (Reys)
François Landais (La Caderie)
Marie-Véronique Laporte (Donissan)
Mariya Peregudova (Maison Noble Saint Martin)
Vignobles Pilotte-Audier (Grace Dieu Menuts)
Dominique et Jean-François Quenin (Pressac)
Famille Regaud (Tuilerie du Puy)
Famille Simon (Graves d’Ordonneau)

Prix d’Honneur

Denis Alary
Famille Archambault (Croix Blanche)
Famille Arnoux
Famille Bernard (Beauchêne)
Caroline Bonnefoy (Lumian & Bonnefoy)
Anne et François Collard (Mourgues du Grès)
Valérie et Michel Colomb (Valériane)
Famille Crouzet (Magalanne)
Anne Dayre-Foucher (Comte de Lauze)
Benjamin et David Duclaux
Vignobles Fabre (Tour Saint Michel)
Gérard et Marc Français (Saint-Estève d’Uchaux)
Maxime Gourdain (Rosiers)
Philippe Granger (Mereuille)
Anne et Jean-Pierre Hugues (Royère)
Famille Jeune (Grand Tinel)
Famille Levet
Vignobles Louis Geniest (Mas Saint Louis)
Famille Marchal (Rolière)
Jean-Pierre et Nathalie Margan (Canorgue)
Winsleu de Maria (Tête Noire)
Jérôme Mathieu (Saje)
André Mathieu (Domaine André Mathieu)
Sylvie et Bernard Mendez (Beauvalcinte)
Isabelle et Sabine de Menthon (Redortier)
Famille Monteillet (Montine)
Brigitte et Serge Mouriesse
Daniel Nury (Serguier)
Nathalie Reynaud (Abbe Dîne)
Mylène Rocheville (Sabon de Rocheville)
Famille Sourdon (Lauribert)
Denis Valayer (Clos Volabis)
Christian Voeux (Amauve)



Prix d’Excellence

Famille Amadieu
Famille Bernard et Fils (Garrigue)
Famille Boisson (Père Caboche)
Fanny et François Boyer (Château Beaubois)
Famille Brun (Juliette Avril)
Denise Compagne (Tavernel)
Famille Paul Dubrule (Cavale)
Catherine Desbois Mouchel et Bertrand Seube (Enchanteurs)
Famille Gély (Champ-Long)
Famille Guillon (Trois Colombes Les Rameaux)
Marc et Anne-Marie Lépine (Bizard)
Famille Monod (Fontvert)
Jean-Marc Pradinas (Cave des Vignerons Réunis)
Famille Versino (Bois de Boursan)
Denis Vinson (Moulin)



Satisfecits

Famille Archimbaud-Vache (Clos des Cazaux)
Famille Faure
Famille Mayard
Famille Pelissier (Verone)

IMPORTANT : pour mieux comprendre le top Vignerons
Accédez gratuitement aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER 2021 en cliquant sur le nom

Prix d’Honneur

Michel Ampeau (Robert Ampeau et Fils)
Jean-Pierre Auvigue
Amélie Berthaut
François Bertheau
Guy Bocard
Stéphane Brocard
René et Gérald Cacheux (René Cacheux)
Jacques Carillon
Bernard Chapelle (Clos Bellefond)
Jean-Michel et Anne-Laure Chartron (Jean Chartron)
Philippe Chezeaux (Chevillon-Chezeaux)
Jean-Jacques Coudray (Coudray-Bizot)
Philippe Delagrange (Bernard Delagrange et Fils)
Christophe Denis (Denis Père et Fils)
Gilles et Noël Denuziller
Gérard Doreau
Jean-Marc Dufouleur (Monts Luisants)
Frédéric Esmonin
Alain, Nathalie et Sébastien Fossier (Bader-Mimeur)
Pierre-Emmanuel Gelin (Pierre Gelin)
Famille Geoffroy (Alain Geoffroy)
Agnès, Jean-Jacques et Vincent Girard (Jean-Jacques Girard)
Famille Gros (Gros Frère et Soeur)
Dominique Guyon (Antonin Guyon)
Olivier Heimbourger
Sylvie Joly (Albert Joly)
Philippe Leclerc
Bernard et Agnès Léger-Plumet (Chalet Pouilly)
Famille Luquet
Thibaut Marion (Seguin-Manuel)
Famille Michaut-Audidier (Poulette)
Sylvain Mosnier
Jean-Marie Naulin
Patrice Ollivier (Fougeray de Beauclair)
Michel et Estelle Prunier
Marie-Ange Robin
Gérard, Hélène, Vincent et Eléonore Tremblay
Jean-Christophe Vallet (Pierre Bourée)
Alain Vignot
Patrick et Virginie Virely (Virely-Rougeot)

Prix d’Excellence

Raymond Boillot (Albert Boillot)
Pablo et Vincent Chevrot
Georffroy Choppin de Janvry (Morot)
Marcel Couturier
Bruno Dangin
Éric Darles
Famille Glantenet
Michel Magnien
Frédéric Magnien
Béatrice, Gilles et Thibault Mathias
Manuel Olivier
Gérard et Laurent Parize
Eva Reh-Siddle (Bertagna)
Catherine et Pierre-Emmanuel Sangouard (Sangouard-Guyot)
Guillaume Vrignaud

Satisfecits

Pierre Benoist (Villaine)
Pierre-Louis et Jean-François Bersan
Stéphane de Sousa

Dans chaque appellation, le meilleur du vin

Sancerre

Saumur-Champigny

Touraine

Pouilly-Fumé

Muscadet

Chinon

Coteaux du Layon

Chinon. S’il est jeune, avec une volaille ; s’il est parvenu à maturité, il convient aux viandes rouges, à un canard ou à un gibier cuisiné légèrement.

Sancerre. Sec, nerveux et fruité, le blanc se goûte avec les fruits de mer, les rillettes, l’andouillette au vin et les poissons. Le rosé s’adapte à toutes les charcuteries, et le rouge à un canard ou à une dinde aux marrons.

Pouilly-Fumé. Sec, aux arômes de fruits frais, parfait en apéritif, sur les fruits de mer, coquillages, crustacés, fromage de chèvre.

Saumur-Champigny. Un rouge aux tanins ronds, idéal sur une côte de veau ou des rillons, du mouton, un magret, voire un faisan pour un millésime plus ancien.

Touraine. Des vins frais et fruités, qui se boivent avec des rillons quand ils sont jeunes (pour les rosés et rouges), puis sur une volaille, des pigeonneaux, du veau grillé. Le blanc se marie avec les fruits de mer, les gougères et les fromages de chèvre.

Coteaux-du-Layon. Des moelleux à déguster à l’apéritif, sur les charcuteries, avec un foie gras ou des fromages bleus. Goûtez-les sur un saucisson brioché ou un homard.

Muscadet. Des blancs secs pour les fruits de mer et les poissons, frais et fruités à l’apéritif et avec des langoustines, ou avec les charcuteries du pays (rillettes, notamment).

Le Languedoc

Faugères et Minervois. En rouge, le vin est marqué par des connotations fruitées et épicées caractéristiques qui lui permettent de tenir sur le gibier, les saucisses, le lièvre, avec un brie, sur les cassoulets du pays voire sur les pâtés à base de viande de mouton, qui sont légèrement sucrés.

– Minervois

Une AOC depuis 1985 (4 200 ha). Le territoire est un vaste amphithéâtre délimité par le canal du Midi au sud, la montagne Noire au nord sur une étendue qui court des hauts de Narbonne aux portes de Carcassonne. La Clamoux, l’Argent double, l’Ognon et la Cesse descendant de la montagne Noire vers l’Aude ont créé une série de terrasses faites de galets, de grès, de schistes ou de calcaires. Au nord-ouest, près de Caunes-Minervois, ce sont les veines de schistes et de marbre rose. Cépages : Syrah, Mourvèdre, Grenache, Carignan, Cinsault pour le rouge ; Marsanne, Roussane, Maccabéo, Bourboulenc, Clairette, Grenache, Vermentino et Muscat à petits grains pour les blancs. L’AOC Minervois La Livinière (depuis 1998) regroupe six communes : Azillanet, Azille, Cesseras, Félines-Minervois, La Livinière et Siran, et est issue des Syrah, Mourvèdre et Grenache (au minimum 60 %), avec un complément par les Carignan, Cinsault, Terret, Picpoul et Aspiran.

– Faugères

Une AOC depuis 1982 (2 000 ha). Au nord de Béziers et de Pézenas, un terroir qui part de la plaine pour grimper sur les premiers contreforts des Cévennes à 300 m d’altitude. Les vignes sont essentiellement plantées sur des schistes produits par la compression, lors de la formation du Massif central, des argiles issues des dépôts marins de l’ère primaire. Les sols sont très filtrants, peu fertiles et très acides. Cépages : Syrah, Grenache, Mourvèdre, Carignon et Cinsault.

Le bordelais

POMEROL

MARGAUX

SAUTERNES

BLAYE

GRAVES

SAINT EMILION

SAINT ESTEPHE

MEDOC

LALANDE DE POMEROL

BORDEAUX

PESSAC LEOGNAN

Médoc et Haut-Médoc. Des vins riches et souples à la fois, de belle couleur, parfumés, équilibrés, de bonne garde. Ils se goûtent avec toutes les viandes rouges dont la fameuse entrecôte bordelaise cuite sur les sarments, et plus le millésime est ancien, parvenu à sa maturité, avec des plats complexes, gibiers, civets ou de l’agneau.

Margaux. Prédominance à l’élégance et la structure. Un vin concentré dans sa jeunesse, au nez subtil, qui a besoin de temps pour donner toute sa finesse. En dehors des viandes rouges, le gibier à plume.

Saint-Estèphe. Puissant et concentré dans sa jeunesse, un très grand vin typé qu’il faut aussi savoir attendre, intense, à savourer avec une viande en sauce ou une bécasse.

Pessac-Léognan et Graves. En blancs, les vins, alliant finesse aromatique et persistance en bouche, s’associent à un veau en sauce ou une alose. Les rouges, bien typés, allient richesse et distinction sur du veau rôti, de l’agneau ou un gigot à la ficelle.

Lalande-de-Pomerol. Couleur, concentration aromatique et onctuosité en bouche en font un vin qui se déguste avec la plupart des viandes, un magret de canard ou de l’agneau en croûte.

Saint-Émilion. Parfumé, corsé, un vin dense et ferme, pour viandes rôties et gibier à plume. Idéal sur de l’agneau au four, des brochettes de canard ou un curry de mouton qui fait ressortir le caractère épicé du vin. Sur un vieux millésime, des mets plus riches comme un canard farci, un curry et les civets.

Pomerol. Ces vins riches, puissants en arômes comme en structure, denses et veloutés en bouche “collent” avec la plupart des gibiers et les truffes, dont on retrouve les arômes dans le vin. Essayez les œufs à la broche aux truffes fraîches.

Blaye Côtes-de-Bordeaux. Colorés, alliant charpente et rondeur en bouche, les Côtes-de-Bourg se marient avec du veau (sans sauce), de l’agneau, des magrets de canard et la plupart des gibiers à plume pour les vins parvenus à maturité. Le caractère légèrement épicé de ces crus les prédispose à un curry de poulet par exemple, des viandes en sauce légère ou des rognons.

Sauternes. Pour profiter de leur richesse et de leur typicité, à l’apéritif. Plus conventionnel, sur un foie gras, pour un millésime assez jeune, et sur un dessert pas trop sucré comme une tarte aux framboises. Plus rare, la lamproie, et des ris de veau à la crème.

Bordeaux. Souples et colorés, alliant charpente et bouquet, les vins se goûtent avec toutes les viandes rouges, mais aussi, pour des millésimes plus évolués, sur une escalope de veau ou un navarin de mouton.

La Bourgogne

Chablis. Ampleur, suavité, vivacité et persistance aromatique pour ces crus de Chablis, à déguster sur des poissons de rivière, des langoustines flambées ou une côte de porc charcutière. Les Premiers Crus avec homard, sandre, brochet, langoustines flambées, veau, fromages forts à pâte molle…

Chassagne-Montra­chet. Bouquetés, secs et suaves à la fois, de beaux vins blancs tout en persistance aromatique, pour les poissons et les viandes blanches cuisinées. Les rouges s’accordent à merveille avec agneau, viandes rôties, volailles, Sain-Nectaire.

Pernand-Vergelesses. Coquilles Saint-Jacques, poissons en sauce, blanquette de veau, pour le blanc, le gibier à plume pour le rouge qui s’accorde également avec une raclette.

Meursault. Riche, parfumé, suave en bouche, un Meursault jeune se boit avec des ris de veau ou une dinde aux marrons. À maturité, il lui faut une blanquette de veau, des morilles à la crème ou des quenelles de brochet.

Pommard. Solide et coloré, un grand Pommard se savoure sur des mets subtils et puissants à la fois, comme une palombe, une poule au pot, les viandes en sauce et le gibier.

Pouilly-Fuissé. Idéal sur un saumon grillé, des ris de veau, une poularde en croûte de sel ou des quenelles de brochet.

QUELQUES IDEES D’ACCORDS METS ET VINS DE BOURGOGNE

AVEC LES ROUGES

AVEC LES BLANCS

La Vallée du Rhône

Châteauneuf-du-Pape. Des rouges riches et charpentés, très parfumés, qui sentent la garrigue et les fruits surmûris, et s’apprécient sur le gibier (sanglier, chevreuil, lièvre) ou avec les truffes. Les blancs sur une cuisine riche, les poissons en sauce, les crustacés, les fromages.

Côte-Rôtie et Condrieu. De grands vins rouges intenses et complexes, concentrés au nez comme en bouche, d’excellente garde, qu’il faut savoir attendre et déguster sur des plats épicés. Le Condrieu, suave et onctueux, sur une blanquette ou un saumon grillé.

Côtes-du-Rhône Village Séguret. Dans leur jeunesse, les rouges vont parfaitement avec les viandes blanches ou les volailles (pigeonneaux). Plus vieux, ils méritent un chou farci, une daube et du gibier (perdrix).

On est ici dans la région où se mêlent de vrais terroirs, souvent en coteaux, et d’autres coins où le maïs pourrait y cotoyer la vigne. On a donc accès, soit, à de vrais vins racés, du plus grand au plus abordable, marqués par des sols historiques, et à des vins où les sols ont peu de réelle influence, beaucoup plus “signés” par des vinifications trop sophistiquées qui donnent des vins très concentrés au détriment de la finesse.

Le Merlot, prédominant, est pourtant le raisin par excellence de l’élégance et de la souplesse, même s’il est aussi largement capable de s’exprimer dans le temps. Un Saint-Emilion, un vrai, c’est une osmose entre la complexité aromatique et une texture savoureuse, souple mais ferme, dense mais distinguée.

En voici cinq d’entre eux, chacun possédant sa propre originalité, tous bénéficiant d’un formidable rapport qualité-prix-régularité !


Château CROQUE MICHOTTESAINT-ÉMILION Château CROQUE MICHOTTE
Château CROQUE MICHOTTE (SAINT-ÉMILION)
Pierre et Lucile Carle

33330 Saint Emilion
Téléphone :05 57 51 13 64
Email : chateau@croque-michotte.fr
Site : www.croque-michotte.fr

Au sommet. Le vin est racé et distingué, très représentatif de ce que doit être un vrai grand vin de Saint-Émilion, et collectionne les récompenses, à un prix très doux ! On est loin des vins “bodybuildés”, sans âme ni terroir
“Pour la vendange 2019, le rendement est en hausse, nous explique Pierre Carle, nous avons ramassé une très bonne qualité de raisins et n’avons pas rencontré de problème particulier, au contraire, notre vignoble cultivé en Bio a très bien réagi à la chaleur.
Nous avons en effet une meilleure rétention d’eau dans nos sols sablonneux avec des argiles ferrugineuses, il y a une bonne restitution de l’eau et nos vignes n’ont donc pas souffert de la sécheresse.
Nous récoltons manuellement en cagettes, faisons du tri optique, foulage à l’encuvage suivi de vinification sans sulfite. Nous ensemençons la vendange pour éviter que les mauvaises bactéries ou mauvaises levures ne se développent d’une manière incontrôlable.
Les vins sont plus purs, c’est un véritable gain organoleptique. Nous élevons nos vins deux ans en barriques neuves à 60% et le reste d’un vin.
Le 2017 a reçu un très bon accueil de la part de nos importateurs, dès les Primeurs, le 3/4 de la récolte étaient déjà vendus ! Malheureusement en petite quantité à cause du gel. C’est un vin succulent d’une belle concentration peut-être un peu moins que le 2016 qui a reçu la médaille d’Or au Challenge International du Vin. Ce 2017 a obtenu le prix spécial du jury pour le meilleur vin Bio du monde, c’est une grande satisfaction pour nous.
Le 2018 est un vin très concentré, nous avons un terroir très privilégié, côté Pomerol, nous avons des voisins prestigieux tels que Gazin, l’Evangile et Petrus, et côté Saint-Emilion, La Dominique, Cheval Blanc, Corbin Michotte…
Nos sols sont enrichis du limon de la rivière l’Isle, des sables anciens, des graves sur lesquels s’épanouissent à merveille le Merlot. Cela donne des vins concentrés mais féminins, très élégants, des vins très agréables à déguster dans leur jeunesse, même si nous avons des bouteilles de plus de 70 ans qui se goûtent particulièrement bien.
Les 2018 ont un nez très aromatique où s’entremêlent des notes de fleurs, de fruits, jus de raisin frais, en bouche, les tannins même encore jeunes, tapissent de manière veloutée le palais, belle finale longue et persistante. Nous faisons 25 hl/ha de rendement et attendons la parfaite maturité, c’est aussi pourquoi, nos vins sont si aromatiques.
Nous avons un programme de replantation en cours, nos plus vieilles vignes ont été plantées en 1922 et sont toujours en bon état.
Nous avons rapporté plusieurs semi-remorques de fumure organique, il nous faut un sol vivant avec beaucoup de vers de terre. Nous ne voulons pas doper la vigne, les vins ne seraient pas intéressants et le terroir se fatiguerait trop vite.
Programme en cours : nous relevons nos hauteurs de palissage depuis plus de 10 ans en mettant des piquets plus élevés afin d’augmenter de 40 cm.
Nous avons ainsi une meilleure surface foliaire, nous souhaitons avoir plus de feuilles pour le même nombre de grappes, nous obtenons ainsi plus de tannins et plus de couleur, plus de parfum, plus de sucre, donc plus de degrés. C’est surtout la lumière qui est indispensable : plus on a de feuilles, plus on a de synthèse chlorophyllienne, plus on va capter les photons du soleil. Si on cultive bien la vigne, le jour de la vendange tout est joué !
Si les raisins sont bons, le vin sera bon, avec la chimie on ne pourra jamais compenser la matière première, le terroir… plus l’année est lumineuse et mieux le raisin se porte.”





Vraiment superbe, ce Saint-Émilion GC 2017, corsé, aux tanins mûrs, au nez dominé par des nuances de cerise noire et de cuir, alliant rondeur et structure, avec une touche légèrement épicée, un vin qui demande à être attendu quelque temps mais qui s’apprécie déjà. Toujours exceptionnel, le 2016, généreuxplein de charme, de couleur soutenue, au nez complexe de cassis, de prune et d’épices, associant rondeur et structure, un vin gras, tout en bouche, d’une belle persistance, avec ces nuances de fruits compotés au palais, de garde, naturellement. Formidable 2015, récompensé déjà par pas moins de cinq médailles lors de Concours (bravo !) : 1 Grand Or, 2 en Or et 2 en Argent, intense et chaleureux, charpenté, coloré et parfumé, aux connotations de truffe et de griotte mûre en finale, un vin qui révèle des tanins puissants et très fins à la fois. 
Le 2014 commence à se goûter vraiment remarquablement bien, au nez complexe où prédominent la groseille et les sous-bois, mêlant structure et charnu, développe au palais des notes de fruits rouges cuits, de cannelle et de fumé, des tanins soyeux, tout en bouche, très savoureux déjà, même s’il a un réel potentiel d’évolution. Le 2012, de couleur grenat intense, bien charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, parfait avec un carré d’agneau rôti ou des noix de veau, sauce au romarin. Le 2011, tout en finesse, se caractérise par une charpente solide et des nuances de fruits cuits, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, la mûre et les sous-bois. Le 2010 est superbe, de base tannique importante et très équilibrée, aux arômes de fruits rouges cuits, de truffe, d’épices et de sous-bois, un vin ample, d’un remarquable équilibre en bouche, avec beaucoup de matière. Le 2009, n’a rien à lui envier, très typé, aux tanins très soyeux mais fermes également, au nez complexe (fraise des bois, cuir), d’une belle intensité en finale, un vin riche en couleur, classique, alliant finesse et charpente, ample et persistant en bouche, certainement l’une des plus belles réussites de l’appellation dans ce millésime. Quant à ce 2008, lui aussi parfait actuellement, de couleur soutenue, il est d’une belle charpente, structuré, aux connotations de réglisse, de sous-bois et de cerise macérée, de bouche savoureuse. Excellent 2007, suave et chaleureux, aux connotations de truffe et de griotte mûre, tout en finale. Gage de ce que donne l’évolution d’un vrai grand vin, le 2001 est formidable actuellement, racé, velouté, parfumé, un vrai régal !



Château CORBIN MICHOTTESAINT-ÉMILION Château CORBIN MICHOTTE
Château CORBIN MICHOTTE (SAINT-ÉMILION)
Famille Boidron
33330 Saint Emilion
Téléphone :05 57 51 64 88
Email : vignoblesjnboidron@wanadoo.fr
Site : www.boidron.info

Au sommet, tant ce cru associe élégance et typicité. La famille Boidron a commencé l’élaboration du vin à partir de 1760. De génération en génération, le vignoble s’est étendu et comprend aujourd’hui 70 ha de vignes sur 6 appellations.Le Château Corbin Michotte est situé dans la zone graveleuse de Saint-Émilion. Son vignoble de 7 hectares se trouve entre Pomerol et Saint-Émilion, proche de Cheval Blanc, Figeac et de Petrus pour sa limite Pomerol. La famille est partie prenante : Jean-Noël Boidron (Œnologue, ancien Professeur à l’Institut d’œnologie de Bordeaux, Membre de l’Académie Internationale du Vin et de l’Académie des Vins de France), Hubert Boidron (Œnologue, responsable de production vignes et Vins), Emmanuel Boidron (Master Marketing, DUAD, responsable commercial), Isabelle Boidron (DESS Gestion et Droit vitivinicoles).
La typicité du vin est due à son sol sablo-limoneux noir reposant sur un sous-sol sablo argileux fortement ferrugineux (crasse de fer), avec quelques graves en surface. Il s’agit d’une nappe alluviale de l’Isle. La vendange est effectuée à la main, les raisins sont triés manuellement sur une table de tri vibrante. Longue macération avec dégustation quotidienne. L’élevage se fait en fûts neufs et de un vin pendant 18 à 24 mois. Leur proportion en est décidée chaque année en fonction de la dégustation. Les arômes du bois ne doivent jamais effacer le fruité dû au terroir, mais seulement l’enrichir.
Dans un cru de la famille Boidron, il y a une philosophie qui exprime, comme dans les arts, un choix esthétique défini par cette devise : Excellence, Harmonie, Humilité.”
Pour Hubert Boidron, “2019 est un bon millésime avec une arrière-saison ensoleillée, ce qui a pour résultat une très bonne maturité des raisins. Nous avons procédé à une vendange “à la carte”.
Nous avons pu ramasser les parcelles les plus mûres afin de laisser les autres terminer tranquillement leur maturation sans être dérangées par la pluie.
Je l’ai goûté récemment, c’est très prometteur, il poursuit son élevage.
Le 2018 est mis en bouteilles au mois de Mai-Juin, c’est un vin aux beaux tanins bien présents, très beaux arômes de fruits mûrs, le 2019 lui ressemblera à mon avis. Le 2018 me fait penser au 2015, un vin d’un bon potentiel de garde.
Au Château Corbin-Michotte, nous avons maintenant une traction animale pour le travail du sol. Nous labourons avec des bœufs. Cela fait deux ans que nous les faisions dresser. C’est une très belle aventure, j’ai l’impression de renouer avec la tradition de mes grands-parents et arrière-grands-parents.
Cela comporte plusieurs avantages, tout d’abord, un effet environnemental très positif, pas de moteur, pas d’énergie fossile, les bœufs pâturent l’herbe, donc pas de désherbant chimique.
L’autre avantage est de réintroduire l’animal dans l’équipe de travail, ce rapport de l’homme à l’animal est très intéressant. C’est un véritable plaisir, ce sont des bêtes très sympathiques, très agréables, je ne m’y attendais pas, c’est très réjouissant pour tout le monde !”
Remarquable Saint-Émilion GC 2016, de robe pourpre, intense, aux tanins amples, à la fois riche et souple, très équilibré, très charnu, au nez dominé par les fruits rouges et la truffe, de bouche puissante et fondue à la fois, de belle évolution. Superbe 2015, un grand vin de couleur grenat, aux tanins très équilibrés, au nez subtil dominé par les petits fruits rouges à noyau et les épices, un vin riche en couleur et en arômes, aux notes de fruits macérés en finale, de bouche savoureuse, de garde. Le 2014, de belle robe pourpre, complexe au nez comme en bouche (griotte, épices, poivre), classique, est typé comme nous les aimons, aux tanins fermes et fondus à la fois. Le 2013 est particulièrement harmonieux, très élégant, au bouquet dominé par l’humus et les petits fruits rouges frais, de bouche ample.
Beau 2012, avec ce nez de griotte surmûrie, un vin qui est complexe, aux tanins bien équilibrés, d’une richesse réelle et persistante, avec des notes de prune cuite, finement poivré, idéal avec des paupiettes de veau en cocotte ou une côte de bœuf marchand de vin. Formidable GCC 2009, un grand vin marqué par l’élégance, très typé, au nez d’humus et d’épices, associant richesse et finesse en bouche, coloré et charnu, aux tanins puissants et souples à la fois, qui commence à se goûter remarquablement actuellement, à prévoir sur un carré d’agneau ou des magrets de canard aux cèpes.
Vous allez aimer aussi leur Montagne-Saint-Emilion Château Calon 2016, sol argilo-calcaire sur calcaire à astéries, aux arômes de fruits noirs intenses et de fumé, de bouche dense, tout en complexité, aux tanins savoureux, finement épicé. Le 2015, de couleur cerise soutenu, aux arômes puissants de myrtille et d’épices, d’un bon équilibre, aux tanins fermes et fondus à la fois, c’est un vin de très bonne garde. Magnifique Pomerol Château Cantelauze 2016, Merlot 90%, Cabernet franc 10%, au nez complexe où dominent les groseilles et l’humus, de bouche bien charnue, c’est un vin coloré et dense, qui allie puissance et finesse. Joli 2015, au nez de cerise mûre, avec des senteurs de groseille et de cuir, c’est un vin généreux et harmonieux, de robe carmin intense, et développe une bouche persistante avec ces notes d’épices et de myrtille.

Château CANTENACSAINT-ÉMILION Château CANTENAC
Château CANTENAC (SAINT-ÉMILION)
Nicole Roskam-Brunot
2, Cantenac – RD 670
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 51 35 22
Email : johan.roskam@chateau-cantenac.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaucantenac
Site : www.chateau-cantenac.fr



Nicole Roskam­-Brunot et ses fils, 4e génération, perpétuent leur savoir-faire avec passion et ont célèbré leurs 80 ans à la tête du Château Cantenac, une belle histoire de famille ! Prenez le temps de découvrir les très jolis vins de leurs domaines et d’aller à leur rencontre.
La Famille Roskam nous dit “2017 est un millésime qui marque la 80e année de notre famille aux manettes du Château Cantenac ! Un beau chemin parcouru depuis qu’Albert et Emilie Brunot se sont installés sur la propriété en 1937.
Ce 2017 est un beau millésime classique, de belle couleur, bonne homogénéité, souligné par une bonne fraicheur.
Le 2018 est un grand millésime, riche et puissant, particulièrement concentré et apte à une bonne garde. Vin généreux qui présente assez de souplesse dans sa jeunesse pour charmer les consommateurs.
Le 2019 est un très beau millésime issu d’un été très chaud, récolte au rendement modéré. Le terroir du Château Cantenac riche en sous-couches de graves et d’argiles a permis à la vigne de poursuivre sa maturation dans de très bonnes conditions. L’effeuillage a volontairement été limité pour protéger les baies du soleil. Les vendanges se sont déroulées sous un beau temps du 19 Septembre (date d’anniversaire de Johan Roskam) jusqu’au 3 Octobre. Très belle couleur sombre, extraction bien maîtrisée par Frans Roskam, c’était essentiel pour assurer des tanins fins. Les très bons Cabernets francs et sauvignons apportent un équilibre à l’ensemble.
Depuis 2019, inscription pour l’obtention d’un certificat Haute Valeur Environnementale pour entériner notre engagement dans une viticulture respectueuse de l’environnement. Notre Château La Lauzette-Declercq a validé sa certification Haute Valeur Environnementale en 2019.
En 2020, nous fêtons les 150 ans de la création du Château Cantenac, c’était en 1870.
Une belle histoire de famille depuis les Despujols qui sont à l’origine du domaine.
L’œnotourisme se développe au Château Cantenac, un moment de partage et de découverte : visite Classique d’une heure avec dégustation de 3 vins, visite Prestige de 1h30 et déjeuner-dégustation (visite incluse) à partir de 20 personnes.
Château Cantenac est accrédité “Vignobles et Découverte” de la Route des vins de Bordeaux et a remporté un coup de cœur au Best of du Tourisme.”
Vous allez adorer comme nous leur Saint-Émilion GC 2017, de robe grenat, est un beau vin ample, aux notes de petits fruits rouges frais, d’épices et de truffe, aux tanins d’une grande suavité, une belle réussite !
Remarquable Saint-Émilion GC 2016, d’une robe d’un rouge rubis intense, de bouche veloutée, légèrement épicée, d’une très jolie finale avec ces notes de fumé et de fraise des bois surmûrie, c’est un vin qui devrait tenir toutes ses promesses.
On est incontestablement sous le charme de leur 2015, terroir de sable sur graves et argile bleue, 75% Merlot et 25% Cabernets, il est vraiment remarquable, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, particulièrement charmeur, fin et coloré, un vin aux tanins savoureux, légèrement épicé au palais comme il se doit, bien charnu, très prometteur. 
Le 2014, médaille d’Or Féminalise, est de belle robe d’un grenat profond, aux arômes de fruits rouges avec des notes fumées et réglissées, où élégance, équilibre des tanins et persistance sont en harmonie. Très joli Sélection Madame 2016 il est puissant et chaleureux, aux nuances finement toastées, c’est un vin riche en matière, tout en couleur, avec en bouche ces notes subtiles et intenses de kirsch et de fruits rouges surmûris, aux tanins puissants mais bien fondus, très harmonieux et prometteur. Le 2015, médaille d’Argent Concours de Bordeaux, de belle teinte grenat foncé, avec ce nez d’épices et de fruits rouges à noyau très mûrs, est un vin bien charpenté, parfumé en bouche, aux tanins bien présents mais soyeux. 
Il y a encore ce Haut-Médoc Cru Bourgeois Château La Lauzette 2016, très équilibré, riche, gras et complexe, ample au nez comme en bouche, aux tanins fondus, il est chaleureux, riche en couleur comme en matière, très aromatique (fruits mûrs, sous-bois, truffe). Excellent 2015, il est dense, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, intense, de robe soutenue, aux tanins bien présents, d’excellente garde.
Goûtez également le Lussac Saint-Émilion Moulin de Grenet 2016, charnu comme on les aime, gras et bien structuré, complexe, aux connotations épicées, qui allie une bonne base tannique à une finesse persistante en bouche.


Château PIGANEAUSAINT-ÉMILION Château PIGANEAU
Château PIGANEAU (SAINT-ÉMILION)
Jean-Baptiste et Vincent Brunot
1, Jean-Melin
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 55 09 99
Email : chateau.piganeau@vignobles-brunot.fr
Site : www.vignobles-brunot.fr

Bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir, on est au sommet. 
Vincent Brunot poursuit la tradition familiale qui est de privilégier le fruité et de réduire l’apport de bois neuf. Les vins sont toujours élevés une année en barriques mais avec seulement 25% de bois neuf, on obtient des vins plus veloutés, plus fruités, séduisants avec une aptitude à vieillir mais aussi aptes à être appréciés dans leur jeunesse.“Nous restons raisonnables dans l’élevage en barriques qui ne doit pas masquer notre joli terroir de sables et de graves, et privilégions le bon rapport qualité-prix.”
Pour Vincent Brunot, “2019 a été une année assez contrastée une fois de plus, une climatologie pas évidente… ce fût une saison assez hétérogène. Un printemps plutôt froid et la canicule l’été. Heureusement une pluie fin Août a permis de regonfler un peu les baies et de redynamiser la végétation. Nous avons fait des rendements de 45hl/ha.
C’est un millésime aux degrés assez élevés, autant que le 2018. Au résultat, c’est un vin bien équilibré, aromatique, aux tanins bien présents mais ronds, un très joli millésime.
A la vente, nous proposons Lussac Tour de Grenet 2015 et 2016, Château Piganeau Saint-Emilion Grand Cru 2014 et 2016, Lalande-de-Pomerol Château le Gravillot 2014 et 2018, Bordeaux Supérieur Château Maledan 2014 et 2018.
Le 2018 est un très beau millésime, le vin est bien coloré, beaucoup de fruit, belle matière, le vin est charnu, les tanins sont soyeux, les rendements étaient corrects sans être excessifs, belle concentration, nous privilégions dans tous nos vins une forte proportion de Merlot (95%) pour obtenir un beau fruité.
Château Maledan 2019 Bordeaux blanc, une nouveauté chez nous, nous le mettons en bouteilles en avril, c’est notre premier millésime en blanc, nous avons planté les vignes il y a trois ans, cela correspond à une petite production environ 1000 bouteilles que je réserverai aux cavistes. Pour le rouge il est 100% Cabernet-Sauvignon, c’est un joli vin d’un rouge profond, aux tanins bien présents.
Depuis 2 ans, nous ne désherbons plus, nous réfléchissons au passage en Bio, mais dans notre région ce n’est pas évident.”

Voilà, en effet, un remarquable Saint-Émilion GC 2016, de couleur rubis soutenu, un vin typé, très équilibré, bien bouqueté, aux tanins soyeux, au nez complexe dominé par la violette, la prune et la cannelle. Le 2015, tout en bouche, mêlant ce gras caractéristique à des notes finement boisées, est un vin d’une jolie concentration. Le 2014, parfumé, associant couleur et matière, très équilibré, aux tanins mûrs et structurés, au nez de cassis, de griotte et d’épices.
Goûtez son Bordeaux Supérieur rouge Château Maledan 2016, charnu, aux tanins savoureux, tout en nuances avec des notes de griotte mûre. Il y a encore leur Lalande-de-Pomerol Château Le Gravillot 2016, associe finesse et concentration, aux tanins puissants et soyeux à la fois, au nez intense où s’entremêlent des notes de fruits rouges mûrs et de réglisse. Le 2015, est tout en couleur et en matière, au nez concentré, riche, tout en nuances aromatiquesferme et soyeux, avec une bouche savoureuse.

Clos TRIMOULETSAINT-ÉMILION Clos TRIMOULET
Clos TRIMOULET (SAINT-ÉMILION)
Guy, Alain et Joël Appollot
3, Trimoulet
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 71 96
Email : contact@clos-trimoulet.com
Site : www.vinsdusiecle.com/clostrimoulet
Site : www.clos-trimoulet.com

Au sommet, avec un rapport qualité-prix-plaisir indéniable.
De forte personnalité, les frères Appollot, Alain et Joël, continuent d’appliquer la même philosophie que leur père, Guy Appollot. Des vignerons qui s’adaptent à leur terroir et savent en tirer le meilleur vin possible, grâce à l’anticipation, au sens de l’observation et à leur grande expérience. Chaque année, ils essayent de tirer la quintessence du millésime, avec humilité́, s’effaçant devant la Nature, qui reste reine. Le Domaine est certifié HVE niveau 3.
Alain Appollot nous dit “qu’en 2019, nous avons rentré une très bonne quantité et qualité. Un peu moindre au Clos Trimoulet, par contre nous avons atteint le quota à Saint-Georges.
Nous avons récolté des raisins d’une très bonne maturité dûe à l’été très ensoleillé et à la très belle arrière-saison. C’est un très joli millésime.
Nous sortirons le 2018 en Septembre, Les Cabernets étaient très jolis, les Merlots très soyeux, le vin est très concentré.
Le 2017 est à la vente actuellement, c’est un vin assez aromatique, aux tanins soyeux, d’une belle structure sans agressivité, un vin plutôt sur le fruit, un millésime plaisir à boire dans les 7-8 ans. Nous sommes en cours de certification HVE.”
C’est toujours un réel plaisir de déboucher leur Saint-Émilion GC 2016, d’une belle couleur rubis, qui présente des arômes de truffe, de fruits rouges macérés. En bouche, l’attaque est franche, il est souple, savoureux, d’une belle ampleur, parfaitement équilibré. Le 2015, médaille d’Or, très parfumé (humus, griotte mûre), alliant couleur et matière, de très bonne bouche, aux connotations de cassis et de poivre noir, d’une jolie finale finement épicée, c’est un vin d’excellente évolution. 
“Le 2015 est un millésime charnu, poursuit Alain Appollot, structuré, au bon potentiel de garde qu’il faudra laisser un peu vieillir pour vraiment l’apprécier. Il est très typé Saint-Émilion, c’est un très joli millésime avec de la finesse et de l’élégance. arômes bien présents de fruits rouges et même de fruits noirs, très jolie couleur profonde.“
Le 2014, médaille d’Or, au nez délicat, mêlant puissance et finesse, de belle robe pourpre soutenu, aux nuances de violette et de truffe, d’une grande harmonie, séveuxgénéreux aux papilles. Le 2013, médaille d’Argent Bordeaux, se goûte parfaitement, de robe rubis profond, généreux, un vin persistant au nez comme en bouche, tout en finesse, aux tanins fins, aux connotations de cassis mûr et de truffe en finale.
Le 2012, médaille d’Or Bordeaux, coloré et très parfumé, d’une jolie concentration en bouche, a des notes de fruits rouges et de réglisse, un vin bien charnu, aux tanins bien soyeux mais bien riches. Le 2011, lui aussi médaille d’Or Bordeaux, est excellent, parfumé (humus, griotte, mûre), tout en bouche, aux tanins amples, au nez complexe (violette, fraise des bois), est très chaleureux. 
Superbe 2010 (médaille d’Argent), un vin d’une très belle concentration, très élégant et d’une belle finesse, aux arômes de fruits très mûrs (fruits noirs), c’est vraiment l’équilibre et la finesse qui dominent.
On est bien également à la tête de leur autre appellation avec ce Montagne-Saint-Émilion 2016, 90% Merlot et 10% Cabernet-Sauvignon, terroir très homogène d’argile profonde, de belle robe, alliant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, ample et parfumé, légèrement épicé, d’une très jolie finale avec ces notes de fumé et de fraise des bois surmûrie. 
Le 2015 dégage un nez complexe à dominante de fruits frais, avec des nuances d’é́pices et de truffe, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, très chaleureux. Le 2014 est de couleur cerise soutenu, aux arômes puissants de fruits cuits et d’épices, d’un bon équilibre, aux tanins fermes et fondus à la fois, un vin de très bonne garde. Le 2013, est charmeur, riche en couleurcorsé, sent bon les fruits cuits et les sous-bois, de bouche ample mais très élé́gante. Le 2012, médaille de Bronze, coloré et parfumé́ (pruneau, violette), alliant rondeur et structure en bouche, séveux, de bonne charpente, vraiment sé́duisant.

En blancs, on le sait, c’est en BOURGOGNE que l’on excite ses papilles avec quelques-uns des plus grands vins du monde, de Meursault à Chablis, de Puligny à Corton. Les rouges sont tout aussi formidables, dans une série de millésimes particulièrement savoureux, pratiquement sans discontinuer depuis les années 2000, même si, le gel et la grêle n’ont pas facilité la tâche des vignerons.

La région de chablis

Ce territoire (4 850 ha) résulte d’une délimitation de l’Institut national des appellations d’origine (Inao). Mais en fait, il résulte d’une longue sélection des terrains aptes à produire les meilleurs vins, faite par les moines au xiie siècle et poursuivie par les générations des vignerons qui ont suivi. On peut observer que ce territoire est situé sur un ensemble de terrains formés à une époque bien précise dans l’histoire de la formation de la terre, il y a plusieurs millions d’années. Les géologues lui ont donné le nom de Kimméridgien, par référence aux terrains de la baie de Kimmeridge en Angleterre.

– Les Grands Crus de Chablis sont au nombre de sept et s’étendent sur une centaine d’hectares : les Clos (26 ha 04,75), Vaudésir (14 ha 71,36), Valmur (13 ha 19,59), Blanchot (12 ha 71,53), Preuses (11 ha 44,26), Grenouilles (9 ha 37,75), et Bougros (12 ha 66,77). Les territoires de ces Grands Crus sont presque entièrement plantés en vigne, et situés les uns à côté des autres, sur la rive droite de la rivière Le Serein ; leurs coteaux dominent la ville.

– Les Chablis Premiers Crus et certains de ces Premiers Crus sont beaucoup plus connus que d’autres. Les principaux Chablis Premiers Crus sont : Mont de Milieu, Montée de Tonnerre, Chapelot, Pied d’Aloue, Côte de Bréchain, Fourchaume, Vaupulent, Côte de Fontenay, l’Homme mort, Vaulorent, Vaillons, Châtains, Séchet, Beugnons, Les Lys, Les Épinottes, Montmains, Forêt, Butteaux, Côte de Léchet, Beauroy, Troesne, Côte de Savant, Vau Ligneau, Vau de Vey, Chaume de Talvat, Côte de Jouan, les Beauregards, Côte de Cuissy… L’homogénéité qualitative est exceptionnelle et confirme que les vignerons savent maîtriser les vinifications, tout en conservant ce qui nous tient à cœur : la typicité de leur terroir, de leurs parcelles.


Domaine Alain GEOFFROYCHABLIS Domaine Alain GEOFFROY
Domaine Alain GEOFFROY (CHABLIS)
Nathalie Geoffroy – SARL Alain Geoffroy
4, rue de l’Equerre
89800 Beines
Téléphone :03 86 42 43 76
Email : info@chablis-geoffroy.com
Site : www.chablis-geoffroy.com

Un domaine familial depuis 5 générations, de 50 ha. Alain Geoffroy perpétue un savoir-faire ancestral. Il a su s’entourer d’une équipe jeune et passionnée pour faire évoluer et pérenniser ce magnifique patrimoine familial : son épouse, Cathy Geoffroy (directrice générale), sa fille, Nathalie (responsable commerciale France), le responsable de cave, Cyrille Mignotte, et le directeur export, Pascal Sailley.
Selon Nathalie Geoffroy, “la récolte 2019 n’a pas été évidente. L’été fut très chaud et a un peu desséché les raisins, il y a eu un stress hydrique assez important. Toutefois, la récolte est très qualitative mais réduite, 1/3 du volume en moins à cause du manque d’eau. Les raisins étaient superbes, bien mûrs, ce fut une année très saine, aucune maladie.
A la dégustation, on retrouve dans le 2019, une jolie fraicheur, c’est un vin sur le fruit qui se goûte déjà très bien, un joli millésime peut-être un peu moins gourmand que le 2018, mais d’un beau classicisme, belle élégance, un très joli vin qui me fait penser aux 2015 ou 2017, par exemple.







Nous proposons Chablis Premier Cru Beauroy 2017; Chablis Premier Cru Fourchaume 2017, très subtil et floralChablis Premier Cru Vau-Ligneau 2017, plus de tension, assez puissant, jolie pointe d’agrume rafraîchissante; Chablis Domaine le Verger 2018, gourmand, sur le fruit, c’est vraiment un millésime solaire; et Petit Chablis 2018. Les 2019 sortiront dans le cours de l’année.”

Superbe Chablis Premier Cru Beauroy 2017, 100% Chardonnay, il se caractérise par une belle fraîcheur, de la puissance, beaucoup de minéralité comme on aime en retrouver dans les vins de Chablis. Le 2016, complexe, au nez de petits fruits frais (citron) avec une dominante de tilleul, très bien équilibré en acidité, un beau vin puissant et bouqueté, qui développe au palais des nuances minérales. Beau Chablis Premier Cru Fourchaume 2016, d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et d’épices, distingué, d’une très belle persistance, de bouche ample. 
Le Chablis Premier Cru Vau-Ligneau 2016, ample au nez comme au palais, aux notes d’amande et de rose, c’est un vin généreuxvif, avec cette bouche fraîche et souple à la fois. Il y a encore le Chablis Domaine le Verger 2017, 100% Chardonnay, il est élégant, tout en finesse, avec des connotations de noisette et d’abricot et ce Petit Chablisvif et séducteur.
Visitez leur musée de la vigne et du tire-bouchon, où quelque 7000 pièces y sont présentées.


Domaine HEIMBOURGER Père et FilsCHABLIS Domaine HEIMBOURGER Père et Fils
Domaine HEIMBOURGER Père et Fils (CHABLIS)
Olivier Heimbourger
Rue de la Porte-de-Cravant
89800 Saint-Cyr-Les-Colons
Téléphone :03 86 41 40 88 et 06 19 58 54 84
Email : heimbourger@wanadoo.fr
Site : www.domaine-heimbourger.com

La famille exploite la vigne depuis 3 générations, sur un terroir spécifique à la région, de coteaux de nature argilo-calcaire : le kimméridgien. Beau caveau de dégustation, qui crée un cadre chaleureux avec pierres et poutres apparentes.
Un très bon Irancy rouge cuvée Pierre 2017, 95% Pinot Noir et 5% César, élevé en fûts de chêne pendant 11 mois, séduisant par ses arômes complexes de fruits, classique, bien vinifié comme l’Irancy rouge 2017, 95% Pinot Noir et 5% César, élevé en fûts de chêne pendant 11 mois, il est persistant en bouche, charnu et très aromatique, aux arômes de fruits noirs très mûrs. Le Bourgogne rouge Pinot Noir 2018, élevé en fûts de chêne pendant 11 mois, est coloré, au nez complexe avec des connotations de cassis mûrs. Agréable Bourgogne rouge Passetoutgrain 2018, 60% Gamay, 40% Pinot Noir, élevage en cuves allie rondeur et puissance en bouche, un vin bien classique de ce millésime chaleureux. Le Bourgogne rosé Pinot Gris 2018, est de très belle teinte, avec ce nez dominé par les fruits à noyau, régulièrement réussi comme le Bourgogne rosé 2018, 95% Pinot Noir et 5% César, friand, parfumé, dense et rond, un vin classique qui nous a beaucoup plu, marqué par son fruit, à déguster sur des crevettes roses.
Nous avons apprécié ce Bourgogne blanc Chardonnay 2018, élevage sur lies fines durant 3 mois, sec et moelleux à la fois, qui fleure les noisettes et la pêche. Très réussi ce Chablis blanc 2018, 100% Chardonnay, élevé sur lies fines durant 3 mois, de bouche très subtile avec des nuances de fruits frais, tout en vivacité, à découvrir sur des escargots de Bourgogne. Nous terminons avec le Chablis blanc cuvée Pierre 2018, 100% Chardonnay dont la particularité est, qu’après le pressurage et le débourbage, le jus est descendu directement en tonneaux dans la cave, où il fait sa fermentation alcoolique et malolactique. Les derniers mois, un bâtonnage est effectué une à deux fois par semaine. Après ces 11 mois d’élevage, le vin est filtré puis mis en bouteilles…, d’une élégance unique par sa puissance aromatique, où la suavité s’allie à une fraîcheur d’une grande intensité, avec des senteurs animales et florales complexes, de bouche profonde et persistante.


Sylvain MOSNIERCHABLIS Sylvain MOSNIER
Sylvain MOSNIER (CHABLIS)

36, route Nationale
89800 Beines
Téléphone :03 86 42 43 96 et 06 66 13 11 81
Email : sylvain.mosnier@libertysurf.fr
Site : www.chablis-mosnier.com

Sylvain Mosnier a d’abord entamé une carrière de professeur mécanique automobile. Petit-fils et arrière-petit-fils de viticulteur, il saisit l’opportunité de s’installer en 1978 (à 34 ans) suite à la retraite de son beau-père qui lui loue 2 ha de vignes en appellation Chablis. Sa femme Monique le rejoint en 1995 pour développer la vente en bouteille et l’informatisation du domaine.
En 2005, Stéphanie, leur fille, quitte son travail d’ingénieur logistique pour reprendre le domaine, elle s’installe en tant que Jeune Agriculteur en 2007, et vinifie les vins à partir de cette année-là. Aujourd’hui, le domaine exploite 18.5 ha composé de Petit ChablisChablis, et Chablis 1er Cru Beauroy et Cote de Léchet. Sylvain est à la retraite mais continue avec Monique d’aider à la commercialisation et à faire des salons.
Très beau Chablis Premier Cru Beauroy 2016, aux accents de musc et d’agrumes, un vin de bouche puissante et persistante, gras, de belle robeferme et suave, tout en séduction. Très agréable Chablis Premier Cru Côte de Léchet 2016, où l’on retrouve des nuances de lis et de miel, alliant complexité d’arômes et longueur, au nez de fruits (coing, citron), il est très élégant, charmeur et riche.
Le Chablis Vieilles vignes 2017 a des arômes d’agrumes et de fleurs blanches, il est d’une très bonne tenue en bouche, un vin classique, équilibré en acidité, avec une finale généreuse et longue, idéal, notamment, sur une salade de riz aux coquillages et crustacés ou un flan de tourteau au paprika.
Goûtez aussi le Chablis 2017, un vin complexe et rond, remarquable par sa finesse aromatique en bouche (fleurs blanches), vivace et très plaisant, et le Petit Chablisfranc et nerveux, à déboucher sur des huîtres ou des anguilles persillées.



Jean-Marie NAULINCHABLIS Jean-Marie NAULIN
Jean-Marie NAULIN (CHABLIS)

6, rue du Carouge
89800 Beines
Téléphone :03 86 42 40 95
Email : domainenaulin@orange.fr
Site : www.domaine-naulin-chablis.fr

Très belle place dans le Classement pour ce domaine familial de 15 ha. 
Yvette Naulin est “plus que satisfaite de la vendange 2018, elle est superbe, malgré la sécheresse de l’été, un bel orage ainsi qu’une semaine de rosée matinale, ont permis de gorger les grains et de nous donner des jus qualitatifs et en quantité.
Pour Jean-Marie Naulin, “sont à la vente cette année, les Petit ChablisChablisChablis Premiers Crus Beauroy 2019, Fourchaume 2018 et 2019. Le manque d’eau, nous dit-il, a réduit la récolte 2019, néanmoins, les vins sont stables et actuellement sur lies pour avoir plus d’arômes, ils sont fruités et ressemblent aux vins des trois années précédentes. La qualité est bien présente, la quantité n’a pas suivi.”

Superbe Chablis Premier Cru Beauroy 2017, au nez dominé par les fruits mûrs et les petits fruits secs, de bouche ample, c’est un grand vin de belle couleur jaune ambré, qui mêle structure et vivacité, harmonieux en bouche avec des nuances de pomme, de musc et de miel, un vin parfait avec, par exemple, un brochet aux girolles ou une terrine de saumon aux amandes. On se fait plaisir également avec ce Chablis 2017, tout en délicatesse, où dominent les agrumes et les petits fruits secs, d’une belle finesse, tout en structure et parfums, ample et persistant, suave, où s’entremêlent en bouche les fruits et les fleurs fraîches.
Il y a le Chablis Premier Cru Fourchaume 2016, minéraltypé, au nez de fumé typique, très persistant et tout en finesse, d’une belle concentration aromatique, puissant au nez comme en bouche.
Quant au Petit Chablis 2017, il est bien vif et frais, parfait avec une mayonnaise de tourteaux aux pommes Granny-Smith ou une quiche au saumon, par exemple.



Domaine Guy ROBINCHABLIS Domaine Guy ROBIN
Domaine Guy ROBIN (CHABLIS)
Marie-Ange Robin
13, rue Berthelot
89800 Chablis
Téléphone :03 86 42 12 63
Email : contact@domaineguyrobin.com
Site : www.domaineguyrobin.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Un beau domaine de 15 ha entourant le village de Chablis et des Vins de grande race, très marqués par leur terroir propre, issus de quelques-une des plus belles parcelles de l’appellation que Marie-Ange Robin élève avec passion et talent. Vendanges manuelles, décantation naturelle des Vins sans ajouts d’enzymes pectolytiques, la fermentation alcoolique se fait uniquement avec des levures indigènes… Du grand art, donc, à prix très doux !
“Les millésimes 2018 et 2017 sont vraiment superbes, nous détaille Marie-Ange Robin. Pour 2018, Décembre 2017 et Janvier 2018 sont marqués par des précipitations très importantes. Des sources qui n’avaient pas données d’eaux depuis des années se sont réveillées. Les nappes phréatiques sont au plus haut. Ces conditions ont une importance cruciale pour la suite. En effet, après Janvier 2018, les précipitations sont quasi nulles. Le débourrement fin Mars début Avril est très précoce. La floraison commence à la mi-Mai comparable à 2007 et 2011. Pas de gelée au printemps ni de grêles contrairement à 2016 et 2017. La récolte en volume s’annonce déjà très bonne. A partir de Mai, les températures sont largement au-dessus de la moyenne avec des périodes caniculaires en Juillet et Août. Quelques raisins ont grillés mais sans conséquence sur les rendements par rapport à la charge initiale. Les réserves en eau dans le sol et les petites pluies fin Août ont sauvé la récolte. Les vendanges ont débuté début Septembre par des temps chauds pour la région. Les maturités sont excellentes avec des taux de sucres rarement atteints et des acidités correctes.
Profil du millésime : Millésime très solaire, on s’en doute. Les fermentations alcooliques sont très lentes et longues. Les Vins ont ainsi fermenté 6 mois. Le fruité mûr domine avec des notes grillées mais la fraîcheur demeure grâce aux réserves en eaux du début de saison. Le caractère du terroir de Chablis ressort en fin d’élevage. Les Vins reprennent de la fraicheur iodée saline. Tout se passe comme si les racines des vignes avaient puisé les réserves en eaux en profondeur. Millésime généreux à tout point de vue. Extraordinaire, gourmand, malgré tout typé avec de beaux amers. Tout bonnement exceptionnel comme le mythique 1947.
Concernant les caractéristiques du millésime 2017 : la vigne a débourré très tôt entre la fin Mars et début Avril. Un épisode de gel a lieu du 20 au 27 Avril. Après matinée entre -3 et -6 °C, les dégâts s’amplifiaient un peu plus chaque jour. Les secteurs épargnés en 2016 comme Lignorelles, Beines, Villy, la Chapelle sont parmi les plus gelés. Courgis, Préhy sont un peu moins touchés qu’en 2016. Maligny, ravagé en 2016, l’est à nouveau. Les secteur Est de Chablis complètement ravagé en 2016 est le moins touché par le gel. Le secteur de Chablis, que ce soit les Premiers crus ou les Grands crus, ont bien gelé. Du 15 Mai à la fin Juin, c’est le soleil et la chaleur. La floraison début Juin est particulièrement précoce. L’été est moins chaud et entrecoupé de pluies orageuses. La maturation en a été retardé. Début Septembre est ensoleillé avec une certaine fraîcheur due au vent du Nord : conditions idéales à une belle maturation lente.
Profil du millésime : conditions de récolte idéale avec des températures fraîches. Millésime mûr mais frais et hyper fruité. Les acidités sont un peu plus élevées qu’en 2016. Ce qui distingue 2017 est la pureté et la fraîcheur. Tout y est, le fruité distingué, la touche iodée maritime. C’est certainement un millésime qui ravira les amateurs de Chablis.”
Elle a raison, et l’on excite ses papilles sur ce toujours grandissime Chablis Grand Cru Valmur 2017, qui dévoile une touche iodée mêlée à des fruits confits, associe structure et distinction, avec ces senteurs de fumé bien spécifiques au palais, où s’entremêlent des notes persistantes de fruits mûrs et de lis, tout en finale.
Tout en suavité, tout en finesse, le Chablis Premier Cru Montmains 2017, issu d’un terroir versant sud et sud-est rive gauche du Serein, sol de colluvions argilo-calcaires très caillouteux sur sous-sol kimméridgien. vignes de 30 à 45 ans d’âge, est très parfumé au nez, avec ces nuances de fumé, de belle évolution, quand son Chablis Premier Cru Vaillons Vieilles vignes 2017 est formidable de fraîcheur et de complexité aromatique, un vin explosif au nez, belle fraîcheur, belle minéralité, avec ces senteurs caractéristiques du terroir de lis, de rose et d’agrumes, un vin ample et suave au palais.
Comment ne pas être séduit non plus par ce
Chablis Premier Cru Montée de Tonnerre Vieilles vignes 2017, avec ce goût minéral que lui confère son terroir, d’une très grande finesse, racé, de robe brillante, tout en complexité et pureté, de grande évolution. 
Le Chablis Grand Cru Bougros 2016 est une fois de plus le plus salivant de la gamme des Grands crus, est d’une très grande typicité, au nez subtil où se retrouvent les fleurs et les fruits secs, très équilibré et harmonieux, dense et suave, de bouche puissante, iodée, un grand vin de garde, que l’on peut commencer à déboucher sur une langouste ou des ris de veau. Beau Chablis Vieilles vignes cuvée Marie-Ange Robin 2016, à dominante de pain grillé et d’acacia, très fin, de bouche puissante et suave. Plus vif, le Chablis Vieilles vignes 2017, où s’entremêlent des notes d’amande, de pêche et de bruyère, un classique, d’une belle fraîcheur persistante.




Gérard TREMBLAYCHABLIS Gérard TREMBLAY
Gérard TREMBLAY (CHABLIS)
Gérard, Hélène, Vincent et Eléonore Tremblay
12, rue de Poinchy
89800 Chablis
Téléphone :03 86 42 40 98
Email : contact@chablis-tremblay.com
Site : www.vinsdusiecle.com/gerardtremblay
Site : www.chablis-tremblay.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Ici, on s’attache, en famille, à laisser s’exprimer au mieux chaque parcelle, et aucun cru ne ressemble à un autre. Gérard Tremblay, en-dehors d’être devenu une référence incontournable de la région, peut être satisfait d’avoir su transmettre, avec son épouse, Hélène, à leurs enfants, Vincent et Éléonore, la même fibre pour élever de grands Vins typés.
Eléonore Tremblay nous dit que “la vinification du 2019 s’effectue très bien, les fermentations alcooliques se sont bien passées, les malos sont terminées, les Vins se dégustent plutôt bien. On retrouve plus de minéralité que le 2018, c’est un millésime un peu chaud. Nous commercialisons actuellement le 2018, il reste encore un peu de Grand Cru Vaudésir 2017. Le 2018 est un vin très gourmand, très plaisant, il est très prometteur, vraiment une belle qualité de vin au bon potentiel de vieillissement.”
Vincent Tremblay poursuit : “pour la vendange 2019, les conditions ont été difficiles. Malgré la sécheresse, nous avons réussi à bien accompagner nos vignes et arrivons à faire les rendements. Très belle qualité de vin avec un peu plus de fraicheur que le 2018, c’est très agréable en bouche, je les trouve très bons.
Nos 2018 sont à la vente, c’est un millésime très gourmand qui se déguste très bien jeune, il a un bon potentiel de garde car, justement il y a beaucoup de matière.
En 2017, les Vins sont très typés Chablis avec une forte minéralité, ils s’arrondissent bien, il nous reste le Grand Cru car nous le sortons en décalage et il y a très peu de Premiers Crus.”
La famille Tremblay est passionnée, conviviale, chaleureuseuse et les Vins sont à leur image, comme ce splendide Chablis Grand Cru Vaudésir 2017, aux nuances de petits fruits frais et de grillé, d’une belle vivacité, de bouche puissante, dense, tout en nuances, un vin alliant finesse et structure, très minéral, envoûtant. 
Très séducteur, le Chablis Premier Cru Côte de Léchet 2018, d’un grand classicisme, très aromatique avec des notes de fruits mûrs et de fleurs blanches, est tout en amplitude, un grand vin.
Toujours superbe Premier Cru Montmains 2018, riche en arômes de fleurs et d’épices, d’une belle longueur, d’une grande richesse et complexité, est également un vin très ­agréable dans sa jeunesse mais qui gagne à être conservé pour développer tout son potentiel. Redégusté cette année, le 2014 est de belle robe dorée, est tout en structure et parfums, il a un nez de petits fruits frais, c’est un beau vin ample et persistant, de bouche savoureuse avec des petites notes de pêche jaune et de rose, parfait avec une terrine de volaille en gelée ou un brochet aux girolles.
Beau Chablis Premier Cru Fourchaume 2018, racé, au nez fleurisuave mais délicat, d’une très belle persistance aromatique en bouche où s’épanouissent des connotations de miel et de lis, tout en finale. Le 2017, aux senteurs de lis et de fumé, gras, est un vin subtil, parfumé, charmeur au nez comme en bouche, d’une belle harmonie, toujours très typé.
Remarquable Chablis Premier Cru Beauroy 2018, toujours très équilibré, parfumé, au nez dominé par les fruits jaunes frais et le pain brioché, vif et fin, d’une belle harmonie, aux nuances délicates au palais. Le 2017, dense et parfumé, tout en bouche, fleure bon les amandes et les fleurs, typé, où s’entremêlent les épices et la vanille, qui associe structure et vivacité en bouche.
Il y a encore le Chablis Vieilles vignes 2018, de belle robe dorée, est tout en structure et parfums, il a un nez de petits fruits frais, c’est un beau vin ample et persistant, de bouche savoureuse avec des petites notes de pêche jaune et de rose.
Très bien fait, ce Chablis 2018, très charmeur, de jolie robe, tout en charpente, aux arômes subtils où dominent les fruits mûrs et la narcisse, de bouche fruitée et le Petit Chablis, toujours séduisant.

   Pour voir d’autres adresses, choisissez la première lettre du nomA – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z – Tout voir

   
CHAMPAGNE : LA SELECTION
Paul BARA Paul BARA
Paul BARA
Evelyne Dauvergne
4, rue Yvonnet
51150 Bouzy
Téléphone :03 26 57 00 50
Email : info@champagnepaulbara.fr
Site : www.champagnepaulbara.com

Au sommet. Très belle Maison familiale, qui se transmet de père en fils (et fille) depuis 170 ans, dont le vignoble est situé exclusivement sur le fameux terroir de Bouzy (Grand Cru 100%), en plein cœur de la célèbre montagne de Reims. On s’attache au respect du terroir et de l’environnement, superbe cave thermorégulée récemment construite. Un vignoble de 11 ha, 33 parcelles dont 9,5 ha en Pinot Noir et 1,5 ha en Chardonnay. La sœur de Chantale Bara, Evelyne Dauvergne, a pris la relève. Elle travaillait déjà sur la propriété et depuis juillet 2018 gère la Maison. “Ayant à cœur de conserver un esprit familial à notre entreprise, je souhaite poursuivre le travail de mon père Paul Bara, et développer les actions menées par ma sœur Chantale pendant toute sa carrière. C’est pour moi un nouveau métier mais c’est surtout la vie de mon enfance, je redécouvre avec passion le travail de la vigne et du vin.”


https://www.youtube.com/embed/UhiuTFVOKkA


“Stéphanie Ducloux nous précise : “nous avons fait une très belle vendange malgré les grosses chaleurs. 2018 est une très belle année, 2019 aussi !
La Cuvée Comtesse de France 2008 a été très attendue, c’est un Champagne très très bon qui a une belle renommée. Il bénéficie de 10 ans de vieillissement sur les grands millésimes, c’est superbe.
Annonciade 2006 c’est un millésime un peu plus frais, le 2005 était plus mature, cette fraicheur est très plaisante. Grand Millésime 2012 est en rupture de stock, nous sortons tout juste le 2014 c’est un Champagne très gourmand, puissant, complexe, très agréable à déguster dès maintenant.
Spécial Club 2012, un grand millésime comme le 2008. Un Champagne très minéral avec un peu plus de finesse, d’acidité, c’est dû à l’apport du Chardonnay.
Quant à notre Bouzy rouge, c’est toujours le 2012, nous avons de vieux millésimes à la vente pour les amateurs.”
Cela se ressent dans ce superbe Champagne Cuvée Comtesse Marie de France 2008, pur Pinot Noir, un Champagne très classique savoureux avec ces notes de miel. D’une belle couleur jaune ambré, notes de fruits frais et de noisette, de mousse fine, tout en élégance avec une finale de brioche, mêlant charpente et charme. La Cuvée Annonciade 2005, est un Champagne sublime, subtil, rare, aux notes de fruits frais et de noisette, très équilibré, très flatteur, au nez généreux et ample, de bouche parfumée et bien persistante avec ces connotations de fruits jaunes frais et de brioche, d’une jolie finale épicée, de grande évolution.
Le Grand Millésime 2012, 90% de Pinot Noir et 10% de Chardonnay, a un bouquet puissant où dominent le chèvrefeuille et la pomme, d’une grande richesse au palais, de charpente très équilibrée, c’est un Champagne racé, très parfumé, qui s’accorde très bien avec un turban de barbue au cresson ou une poule faisanne au genièvre, par exemple.
Toujours sublime, le Champagne brut Grand rosé de Bouzy, associé de brut réserve et à 10% de Bouzy rouge, un Champagne intense et savoureux assorti d’une mousse fine, d’une finale parfumée et dense qui sent la confiture de fruits. Le brut Réserve, 80% Pinot Noir et 20% Chardonnay, de robe brillante, tout en fraîcheur aromatique avec ces notes d’agrumes et d’acacia, de mousse fine et très persistante, mêle saveur et distinction.
Le Spécial Club rosé, même bouteille, 70% Pinot Noir, 30% Chardonnay et 5% de Bouzy rouge, dosage de 7g/l. Un Champagne très élégant assez minéral, un millésime que l’on pourra garder. Belle persistance et bel équilibre aromatique (rose, fraise, amande) d’une grande fraîcheur. Un Champagne corsé d’une grande finesse, d’une belle robe.
Le Spécial Club 2009 est remarquable, au nez concentré où dominent le genêt et les petits fruits secs, d’une grande subtilité, alliant charpente et finesse, tout en persistance aromatiquesouple, légèrement miellé, d’excellente évolution.
On est tout autant séduit par l’Extra brut, extrêmement rafraîchissant, parfumé, intense, aux notes de poire fraîche, d’une très belle expression, parfaite à l’apéritif. Et un classique, le Bouzy rouge 2012, de jolie robe grenat soutenu, dense, parfumé (notes de myrtille et de sous-bois).

Pierre MIGNON Pierre MIGNON
Pierre MIGNON
Pierre, Yveline, Céline et Jean-Charles Mignon
5, rue des Grappes-d’Or
51210 Le Breuil
Téléphone :03 26 59 22 03
Email : info@pierre-mignon.com
Site : www.vinsdusiecle.com/champagne-pierre-mignon
Site : www.pierre-mignon.com

Passe en Premier Grand Vin cette année. Cette famille installée depuis plusieurs générations à Le Breuil dans la vallée du Surmelin, élabore ses Champagnes en combinant tradition et modernité. Pierre et Yveline reprennent le domaine en 1970 et aujourd’hui, leurs deux enfants, Céline, responsable de la commercialisation, du marketing et de la communication, et Jean-Charles, responsable des vignobles et des vinifications, participent à l’expansion de la marque. La typicité et la diversité des terroirs permettent d’élaborer de Grands Champagnes de Caractère.
“Notre exploitation, nous dit Céline Mignon, compte 20 ha répartis sur l’ensemble de la Champagne. Dix cuvées classiques et, depuis 2017, la dernière création du fils cadet, Jean-Charles Mignon, le Clos des Graviers, un Champagne d’un terroir très délimité, une cuvée haut de gamme. Mes parents ont développé une belle entreprise, j’ai toujours baigné dans ce monde et je m’y sens bien, à nous de relever les défis, une marque se construit au fil des générations. Avant notre père Pierre, il y eut son père et son grand-père.” Après Céline et Jean-Charles, se prépare déjà la future génération, dans l’univers du Champagne Pierre Mignon, la longue lignée n’est pas prête de s’éteindre.
Vendange exceptionnelle en 2019, très belle maturité, des raisins très sains pas de pourriture, on pense que ce sera un très beau millésime. C’est vraiment une très bonne année pour les cépages Pinot Noir et Pinot Meunier. Chaque année, certains cépages se démarquent des autres.
Nous avons aussi fait une vendange exceptionnelle pour les rosés de saignée qui se caractérisent par un très beau fruité.
En 2019, nous avons ouvert un showroom à Epernay, 9, rue Jean Mouët, tout près de la rue de Champagne. L’occasion de pouvoir déguster nos 11 cuvées, les découvrir, les comparer en compagnie d’un sommelier. Notre but était de proposer une dégustation accompagnée.
Les gens peuvent se faire plaisir en comparant un dosé, un non-dosé, un Blanc De Blancs, blanc de noir…
Nous servons également des assiettes pour accompagner la dégustation, saumon, charcuterie, fromages, caviar, huitres à la saison… un très bel endroit à découvrir.”

Splendide ce Champagne Clos de Graviers 2011, tout en arômes, d’une belle vinosité, très équilibré, de bouche intense et savoureuse où se mêlent richesse aromatique et persistance, aux nuances de petits fruits secs (amande, noix) et de coing, idéal au cours d’un repas. L’Harmonie de Blancs 2009, développe des arômes de citron et de noix fraîche, avec cette bouche intense et ces nuances de fleurs blanches et de citronnelle, de mousse élégante. La Grande Réserve, de mousse abondante, associant charpente et finesse, est très bien équilibré, riche, au nez dominé par les fleurs fraîches et les petits fruits secs, bien élaboré comme le Prestige, une savoureuse cuvée, au nez subtil et persistant, de jolie mousse, aux arômes de noisette, de pêche jaune et de miel. La cuvée Année de Madame 2009, 60% Chardonnay, 30% Meunier et 10% Pinot Noir, d’une belle robe, aux arômes de pain grillé et d’abricot, avec des notes de fleurs blanches, d’une mousse abondante, c’est un Vin de gastronomie.
Remarquable cuvée Pure Zéro Dosage, 55% Meunier, 35% Chardonnay et 10% Pinot Noirassemblage vieilli en caves plus de 3 ans, (brut nature non dosé), très fruité au nez comme en bouche, subtil et persistant.  Beau Prestige Rosé de saignée, 40% Chardonnay, 50% Pinot Meunier et 10% Pinot Noir, qui développe une bouche ample et soyeuse, très fruitée, un Vin avec beaucoup de douceur, parfait sur une tarte sablée à la fraise.
Le Grand Cru Blanc De Blancs, 100% Chardonnay, est tout en légèreté aromatique, une cuvée fraîche, alliant finesse et structure. Pour finir, le brut rosé, 70% Pinot Meunier, 15% Pinot Noir et 15% Chardonnay, qui développe des notes de petits fruits rouges bien mûrs, d’une jolie finale au palais, parfait aussi bien, notamment, sur un gâteau de semoule à l’orange qu’avec des langoustines grillées.
Étienne OUDART Étienne OUDART
Étienne OUDART
Jacques et Karinne Oudart
Le Manoir des Arômes – 15, rue de la Grange Jabled
51530 Brugny
Téléphone :03 26 59 98 01
Email : contact@champagne-oudart.com
Site : www.vinsdusiecle.com/champagne-oudart
Site : www.champagne-oudart.com

Toujours à la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. La Maison Etienne Oudart, située sur les Coteaux Sud d’Epernay, à Brugny, existe depuis 60 ans. La passion pour la vigne et le vin se transmet de père en fils, et c’est ainsi qu’à la suite de son père, Jacques a pris les rênes du domaine à l’âge de 40 ans et exploite ce vignoble de 9 ha avec amour.
Leur philosophie est de privilégier la qualité plus que la quantité en cultivant de vieilles vignes aux racines profondes. L’essentiel est de laisser le temps aux vignes et à leurs fruits d’atteindre un équilibre optimal riche en sucres et en arômes, et obtenir l’essence du terroir dans les raisins.
Soucieuse de préserver la nature, la Maison s’est engagée dans une démarche de Viticulture Durable et de Haute Valeur Environnementale depuis de longues années….
Jacques rencontre Karinne durant les vendanges il y a quelques années et ensemble imaginent, dessinent et créent le “Manoir des arômes”, parcours de découverte des essences contenues dans les Vins. Soucieux du bien-être de leurs clients et de les accueillir chaleureusement, Karinne décore de magnifiques chambres d’hôtes dans un cadre idyllique. Un grand gîte est aussi à disposition de leurs clients. Avec cette envie et cette passion de partager et de faire découvrir, Karinne et Jacques vous reçoivent pour une dégustation et/ou un séjour inoubliable.
“Cette année 2019 a été une année riche en évènements sensationnels : après avoir fêté les 60 ans de la Maison en 2018, nous avons organisé nos premières Journées Portes Ouvertes. Nous avons également connu une vendange exceptionnelle, continuité d’une saison viticole qui l’a été tout autant ! La récolte en a été incroyable, aussi bien en quantité qu’en qualité.
D’autant plus que nous sommes doublement certifiés depuis un an : “Viticulture Durable en Champagne” et “Haute Valeur Environnementale.”
Voilà un remarquable Champagne brut Millésimé 2010, 100% Chardonnay (terroir sablonneux, exposé plein sud, atypique), aux notes d’amande, de pêche, de pain grillé, harmonieux, de bouche distinguée, à la mousse élégante. Le Champagne brut Rosé Référence, associe vin rouge et vin blanc, d’où les arômes de fruits rouges : fraiseframboise notamment, un vin qui se marie avec une cuisine épicée, comme des moules aux curry rouge ou des pêches pochées aux épices. On poursuit avec ce Champagne l’Instant Fraîcheur brut Référence, 33% Chardonnay, 33% Pinot Meunier et 33% Pinot Noir, il est de robe aux reflets pâles, avec des arômes de fleurs (genêt, rose) et d’agrumes.
Beau Champagne brut Origine, à base de Pinot Meunier, qui développe un caractère certain, à la mousse légère et intense, riche en arômes (pêche, lis, noix, ananas…), un Champagne savoureux, d’une finale parfumée et dense, quand la cuvée Juliana Millésimée 2008 (assemblage des trois cépages), avec cette pointe de fraîcheur et de fruité, est ample et délicieuse, très fine et florale en bouche, distinguée.
L’Extra brut (cépage noir, faible dosage en sucre, 2 g par bouteille), associant charme et charpente, tout en structure et parfums, au nez de petits fruits frais, est une cuvée distinguée et persistante. Enfin, le Blanc De Noirs, 75% Pinot Noir et 25% Pinot Meunier, est un ensemble riche, harmonieux et sans excès de fermeté. Les Pinots meuniers permettent en effet d’apporter une nuance aromatique de fruits tout en rondeur.
LEJEUNE-DIRVANG LEJEUNE-DIRVANG
LEJEUNE-DIRVANG
Carole et Guillaume Lejeune
2, rue de Germaine – Tauxière Mutry
51150 Val de Livre
Téléphone :03 26 57 04 11 et 06 42 06 67 85
Email : lejeune-dirvang@wanadoo.fr
Site : www.champagnelejeunedirvang.com

Issu d’une grande famille viticole s’enracinant jusqu’au XVIIe siècle, Guillaume Lejeune commença sa carrière de vigneron en Bourgogne près de Mercurey. En 2010, il est rejoint par Carole, son épouse. Ils travaillèrent en même temps sur l’exploitation bourguignonne et l’exploitation familiale champenoise jusqu’à la naissance de leur fille Clara en 2014 ce qui les obligea à faire un choix entre ces deux régions. En 2015, Jean, le père de Guillaume, pris sa retraite. Guillaume et Carole, fort de leurs expériences passées, décidèrent de prendre la relève en associant la longue tradition familiale aux méthodes bourguignonnes pour vous inviter à découvrir une nouvelle expérience de partage. L’assemblage d’introduction met en avant les caractéristiques du vignoble et notamment le Clos des Fourches de Tauxières-Mutry (Premier Cru) qui représente à lui seul plus d’un tiers du domaine.

Pour Guillaume Lejeune, “sont en vente en 2020 les Champagnes brut Premier Cru Chardonnay 2012 Robert Lejeune, brut Premier Cru Millésime 2012, Extra-brut Premier Cru, Noir et Blanc 2011 Robert Lejeune et les Coteaux Champenois brut Premier Vide Bourse 2018 puis 2019.
Je suis très satisfait des vendanges 2019, qui sont dans la lignée des 2018 dont elles ont la puissance aromatique mais avec, en plus, une grande fraicheur et un potentiel de garde supérieur.”
Ce charmant couple vous accueille dans la bonne humeur et propose ce superbe Champagne brut Premier Cru Chardonnay 2012 Robert Lejeune, c’est une cuvée fine, charmeuse et intense, au nez subtil où domine le miel, qui associe élégance et rondeur en bouche. Joli brut Premier Cru Millésime 2012, 50% Pinot Noir et 50% Chardonnay, avec des dominantes d’amande et de lis, intense, distingué, tout en persistance aromatique, associant saveur et distinction. Séduisant brut Premier Cru Les Seilles d’Or, il est marqué par sa prédominance de Pinot Noir 75%, le reste en Chardonnay, tout en arômes (fruits secs, poire, coing), de bouche élégante, un vin de gastronomie. Très agréable brut Grand Cru rosé Les Hauts Barceaux, 100% Pinot Noir, il a une jolie robe saumonée, intense au nez, tout en délicatesse, avec des nuances de mûre fraîche au palais, à prévoir, notamment, avec une charlotte de thon aux aubergines ou des côtes de veau à la parmesane. Goûtez aussi l’Extra brut Premier Cru Pinot Noir 2012 Robert Lejeune, un vin d’une grande fraîcheur, très fin, aux nuances de pomme, de genêt et d’amande, tout en délicatesse. Et pour finir ce savoureux brut Premier Cru Noir et Blanc 2011 Robert Lejeune, un Champagne très harmonieux, fin et riche à la fois, d’une très belle expression, il mêle élégance et vinosité, de mousse fine, d’une belle finale. Quant au Coteaux Champenois Premier Cru Vide Bourse 2018, 100% Pinot Noir, Vide Bourse est un terroir situé à Avenay Val-d’Or, cette cuvée sortira probablement en octobre prochain, il est dense, complexe et très parfumé en finale.




DRAPPIER DRAPPIER
DRAPPIER
Michel Drappier
Rue des Vignes
10200 Urville
Téléphone :03 25 27 40 15
Email : info@champagne-drappier.com
Site : www.champagne-drappier.com

L’histoire des murs, habités aujourd’hui par la famille Drappier, remonte au XIIe siècle quand Saint-Bernard fit construire ici une annexe de l’Abbaye de Clairvaux. Le vignoble qui entoure ces caves cisterciennes, fait la fierté de cette grande exploitation. Si la vigne fut plantée pour la première fois à Urville par les Gallo-Romains il y a 2000 ans, c’est Saint-Bernard, fondateur de l’Abbaye de Clairvaux qui fit construire nos caves en 1152. Sept siècles plus tard, en 1808, c’est autour de ce témoignage médiéval, magnifiquement préservé, où dorment des cuvées d’exception, que fut créé le domaine familial. Depuis 1979, Michel Drappier maîtrise les vinifications tandis qu’André, fort de ses 65 vendanges, garde un oeil avisé sur le vignoble qui couvre aujourd’hui 55 ha en propriété et 50 ha en contrats associés. En 1988, de profondes caves creusées dans la craie de Reims sous Napoléon III, rejoignent la propriété familiale pour abriter les grandes cuvées. Depuis, trois jeunes bourgeons nés de Michel et Sylvie, Charline en 1989, Hugo en 1991 et Antoine en 1996 représentent la huitième génération sur le domaine. Deux cents ans d’aléas climatiques et économiques n’ont pas altéré la passion qui anime une famille champenoise enracinée dans cette terre mille fois travaillée. Le vieux cep où coule la meilleure sève, les sarments qui portent les fruits et les jeunes pousses, fragiles mais pleines de promesses, vous remercient de votre fidélité au cours de ces deux siècles et vous souhaitent, en route vers le tricentenaire, de savourer de nombreux beaux millésimes.
“Pour Michel Drappier, “les Champagnes mis en vente cette année : Grande Sendrée 2009 puis en Septembre 2020, brut Naturebrut Nature Rosé, cuvée Charles de Gaulle, cuvée Quatuor, brut Carte d’Or, et une nouvelle cuvée certifiée Bio “Clarevallis”, issue de Pinot Noir, Meunier, et “Blanc Vrai” Chardonnay, un Extra-brut, non filtré, dosé à 4%.
Le 2019 s’est révélé être une excellente année, des raisins à parfaite maturité sur tous les cépages si bien que nous allons faire des marcs et des eaux de vie. C’est le mariage de la qualité et de la quantité.”
Magnifique Champagne Grande Sendrée brut Millésimé 2009, 55% Pinot Noir et 45% Chardonnay, c’est une cuvée ample et parfumée, de bouche fruitée, légère et ronde à la fois, tout en charpente, au fruité complexe, un vin généreux, de mousse florale.
Superbe brut Naturezéro dosage, pur Pinot Noir, allie structure et vivacité à la fois, un vin séducteur, d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des senteurs de citron et d’épices, distingué, d’une très belle persistance au palais. Le brut Nature rosézéro dosage, très vif, très fin, développe au nez comme en bouche des arômes de fruits rouges frais, un vin aux bulles légères et brillantes. Belle cuvée Charles de Gaulle, la Maison ayant eu l’honneur d’être choisie par Charles de Gaulle pour ses réceptions privées à Colombey-les-Deux Églises, toujours millésimée, composée à 80% Pinot Noir complété par du Chardonnay, de belle robe, finement florale (aubépine, rose), de bouche subtile, persistante et très parfumée (fruits frais, amande, pain grillé), de mousse intense, à prévoir sur une cuisine raffinée.
Le brut cuvée Quattuor, est un Blanc de quatre blancs, trois “oubliés”, Arbane, Petit Meslier, Blanc Vrai, et Chardonnay, structuré et vif à la fois, aux saveurs d’agrumes, de pain grillé et de chèvrefeuille, de mousse crémeuse, comme le brut Carte d’Or, 80% Pinot Noir, 15% Chardonnay et 5% Meunier, avec cette fraîcheur florale doublée de notes fruitées, au nez d’une vinosité nerveuse, et ce rosé de Saignée, à la fois puissant et raffiné, aux arômes spécifiques de cerise et cassis.
BARON-FUENTÉ BARON-FUENTÉ
BARON-FUENTÉ
Ignace et Sophie Baron
21, avenue Fernand-Drouet – BP 23
02310 Charly-sur-Marne
Téléphone :03 23 82 01 97
Email : accueil@baronfuente.com
Site : www.baronfuente.com

Dès le XVIIe siècle, la famille Baron possède une vigne. Dolorès Fuenté était une immigrée espagnole qui avait connu la famine en Espagne et en arrivant en France. Gabriel Baron et Dolorès Fuenté se rencontrèrent dans les bals. En 1961, à l’occasion de son mariage avec Dolorès, Gabriel Baron reçut de son père 1 ha de vignes. Et c’est en mémoire de leur union qu’en 1967, Gabriel Baron et Dolorès Fuenté fondèrent la Maison Baron-Fuenté. En 1982, Sophie, la fille de Gabriel et Dolorès, a rejoint ses parents sur l’exploitation, puis le fils Ignace en 1992. Aujourd’hui, sur 38 ha de vignes, la marque est la propriété de la famille Baron-Fuenté.
“En cette année 2020, nous commercialisons, nous dit Ignace Baron, la même gamme que l’an dernier mais en millésime 2011. Nous avons un nouveau Champagne brut Nature, sans dosage, à dominante de Chardonnay et vieilli six ans en caves.
Pour nous, les vendanges 2019 représentent du jamais vu depuis 30 ans, tous les paramètres sont atteints : superbe maturité, état sanitaire parfait, de très belles concentrations tous cépages confondus, des degrés supérieurs à la moyenne à 11° volume naturel, une acidité bien présente. Nous ferons certainement une cuvée millésimée.”
Toujours de très jolies cuvées, avec notamment ce Champagne millésime 2009, qui a du corps, du caractère, des arômes riches aux notes légèrement évoluées, il est élégant et généreux. L’Esprit Grand Cru, 55% Chardonnay et 45% Pinot Noir, aux arômes intenses à dominante d’amande, de musc et de genêt, est très bien dosé mêlant charpente et finesse, avec des notes florales et fruitées en finale, un vin puissant, typé, tout en rondeur, vraiment très agréable. Superbe Esprit Blanc De Blancs, 100% Chardonnay, de mousse très perlante et très persistante, un Champagne charmeur par sa finesse d’arômes.
L’Esprit rosé de Saignée, à parts égales de Meunier et de Pinot Noir, séduit par sa puissance d’arômes, un Champagne de bouche profonde et persistante, au bouquet fin, très épanoui, à dominance d’écorces d’orange au palais .Beau Grands cépages Chardonnay, 100% Chardonnay tout en finesse, de belle complexité où se décèlent des nuances de citronelle, de brioche et d’abricot frais, de mousse fine. Le rosé Dolorès, 60% Chardonnay, 20% Meunier et 20% Pinot Noir, est excellent, de belle teinte, intense au nez, aux nuances fruitées persistantes de mûre et de framboise, alliant structure et vivacité. La cuvée N°7, présentée dans un coffret métal, 40% Chardonnay, 30% Meunier et 30% Pinot Noir, où s’entremêlent des senteurs florales et grillées, un Champagne puissant et tout en rondeur. Le brut Grands cépages Meunier, 100% Meunier, est très bien réalisé, il développe un nez de noisette fraîche, alliant distinction et rondeur, opulent et parfumé, aux notes de fruits macérés, idéal au cours d’un repas. Le brut Bio Galipettes, 70% Meunier, 25% Chardonnay et 5% Pinot Noir, allie des notes florales et fruitées, d’une grande franchise au nez comme au palais, très agréable sur une cuisine légèrement relevée.
La Grande Réserve Extra brut, 30% Chardonnay, 60% Meunier et 10% Pinot Noir, associe charpente et finesse, très bien équilibré, aux notes de brioche, avec des arômes de citron et de noix fraîche.
BRIXON-COQUILLARD BRIXON-COQUILLARD
BRIXON-COQUILLARD
Alain Brixon
40, rue Victor Hugo
51500 Ludes
Téléphone :03 26 61 11 89
Email : alainbrixon@wanadoo.fr
Site : www.champagne-brixon-coquillard.fr

Né en 1900 dans une famille de vignerons, Georges Coquillard a 20 ans lorsqu’il décide de se constituer un vignoble en greffant lui-même ses plants afin de produire ses propres vins. Pour lui, le mariage des années folles et le pétillement divin du Champagne était une évidence alors… C’est dix ans plus tard, en 1932, qu’il vendait ses premières bouteilles… À la fin des années 1960, sa fille Hélène et son gendre Gabriel allaient lui succéder et donner un nouvel élan à l’aventure. Alain, son petit-fils, les rejoint à partir des années 1980, perpétuant alors le savoir-faire acquis.
Alain Brixon nous précise “que 2019 fut une année compliquée avec des alternances climatiques mais, malgré ces désagréments, nous avons été gâtés quantitativement et qualitativement. C’est une année parfaitement réussie pour nous.
Nous mettons en vente cette année la Cuvée Prestige 2014, le Brut sans année (assemblage des millésimes 2015, 2016, 2017) et le Rosé Brut qui est également un assemblage des 2015, 2016, 2017.”
Dans le guide depuis de nombreuses années, et l’on se fait régulièrement plaisir avec le Champagne Cuvée Brut, il a une mousse légère et abondante, aux arômes complexes de petits fruits secs (amande, noix) et de coing, d’une belle longueur en bouche. Toujours très agréable Brut rosé, une Cuvée ample, à la mousse intense et fruitée dominée par la framboise et la mûre. Tout en élégance également, le Brut Réserve, ample, de bouche fraîche et ronde à la fois, d’une jolie robe dorée, au fruité délicat, aux senteurs de noisette et de narcisse. Goûtez l’Extra Brut, qui développe un bouquet très aromatique aux connotations de fleurs blanches et de citronnelle, un Champagne de mousse légère, de bouche franche, vive, charmeuse. Superbe Blanc De Blancs Premier Cru, alliant subtilité et complexité, intense au nez, où dominent les fleurs et les fruits jaunes frais, il développe une bouche très élégante, marquée par son Chardonnay, d’une belle finale fine, parfait sur des quenelles de volaille ou une daurade au vin blanc, notamment. Et pour finir le Brut Prestige 2013, équilibré, parfumé, avec cette pointe de fraîcheur caractéristique.
Pierre LEGRAS Pierre LEGRAS
Pierre LEGRAS
Vincent Legras
28, rue de Saint-Chamand
51530 Chouilly
Téléphone :03 26 56 30 97
Email : contact@champagne-pierre-legras.com
Site : www.champagne-pierre-legras.com

Le Champagne Pierre Legras a lancé depuis peu sa nouvelle identité (logo, nouvel habillage, noms des cuvées) renforcée sur ses origines et son terroir de Chouilly, nous dit Vincent Legras. Très récemment, un Rosé Grand Cru Chouilly a complété sa gamme. Aujourd’hui, la maison lance une cuvée hors norme Black Jackets, un Blanc De Noirs Millésime 2014 fourni dans sa boîte métal.
Chaque bouteille de Champagne Pierre Legras incarne l’esprit de ses fondateurs. Des hommes de caractère qui ont osé imaginer le plus prestigieux des royaumes. Né en 1662, sous Louis XIV, Pierre Legras initie l’une des plus grandes familles de vignerons de Chouilly. Depuis trois siècles et demi, dix générations lui succèdent et honore son héritage. À la tête de la maison familiale de 10 ha (dont sept sont classés Grand Cru à Chouilly), Vincent Legras (11e génération) signe des cuvées d’une grande justesse. La viticulture est raisonnée, et un soin particulier est apporté au respect de l’environnement: confusion sexuelle, enherbement un rang sur deux, essai vignes larges. Une démarche de certification Haute Valeur Environnementale (HVE) est en cours.

“En 2019, nous explique Vincent Legras, les vendanges ont été complexes, de la gelée au printemps puis chaleur en Août mais l’humidité est revenue juste avant que nous les commencions, ce qui a permis de produire de beaux Millésimes, supérieurs aux 2018.”
Une très belle maison qui propose des cuvées toujours plus innovantes et précises. Remarquable Champagne brut Blanc De Blancs Coste Beert, les bulles sont fines et persistantes, un vin fin et élégant, aux notes intenses de fleurs blanches et d’agrumes, ample, belle attaque minérale. Séduisante Gamme Monographie Grand Cru Blanc De Blancs en brut Nature, en brut et en Extra Dry, un Blanc De Blancs Grand Cru 100% Chouilly vinifié en fût de chêne, disponible en brut Nature, en brut et en Extra Dry, il y en a pour tous les goûts.
Des assemblages des deux ou trois cépages de la Champagne, avec la gamme Orior, Orior Rosé et Orior Blanc De Noirs. Pour Orior, c’est un magnifique assemblage de ChardonnayPinot Noir et Meunier qui mêle élégance et vinosité, au nez intense, tout en puissance, dominé par des notes de rose et de petits fruits confits, où la subtilité s’allie à la profondeur, la richesse à l’élégance, d’une belle finale aromatique.
Le Black Jackets, un Blanc De Noirs Millésime 2014, composé de Pinot Noir et Meunier. Il est proposé dans un coffret original, idéal pour un cadeau, à dominantes d’amande et de tilleul, où s’associent rondeur et distinction, il est à la fois fin et charpenté, d’une belle finale. Jolie cuvée Dea Matra, un rosé Grand Cru 100 % Chouilly, alliance de Chardonnay et Pinot Noir. Il présente une mousse légère et abondante, aux arômes complexes de petits fruits secs (amande, noix) et de coing, d’une belle longueur en bouche, idéal, notamment, avec un consommé froid de langoustines à la citronnelle ou une terrine d’araignée de mer au curry.
Et pour finir cette cuvée Idée de Voyage Millésime 2008, Blanc De Blancs Grand Cru 100 % Chouilly, 30% fûts, bien vinifié, jolie robe, aux bulles légères, de bouche fraîche avec des connotations d’agrumes et d’amande.

CHAMPAGNE : LA SELECTION
VAZART-COQUART VAZART-COQUART
VAZART-COQUART
Jean-Pierre Vazart
6, rue des Partelaines
51530 Chouilly
Téléphone :03 26 55 40 04
Email : contact@vazart-coquart.com
Site : www.champagnevazartcoquart.com

Depuis 1995, Jean-Pierre Vazart représente la 3e génération de vignerons. Il perpétue ainsi la marque créée en 1954 par Louis et Marie Vazart-Coquart, ses grands-parents et Jacques Vazart, son père, qui en a développé le style.
En 2012, le Champagne Vazart-Coquart a été parmi les premiers domaines viticoles en France à être certifié “Exploitation Viticole de Haute Valeur Environnementale”. Cette certification mise en place par le Ministère de l’Agriculture, permet d’identifier les Maisons engagées dans des démarches particulièrement respectueuses de l’environnement. Elle vous prouve que nous faisons d’importants efforts pour la biodiversité et le respect de la planète.
Pour Jean-Pierre Vazart, “la vendange 2019 a été une belle surprise qualitativement et quantitativement. Nous avions quelques craintes car la vigne a souffert après les épisodes de gel du mois d’Avril et la canicule en Juillet.
La très belle météo au moins d’Août suivie de températures plus douces, des pluies régénératrices pour la vigne, ont été très bénéfiques. Heureusement que nous avons un sol crayeux, c’est une bénédiction ! La maturité a pu reprendre en douceur, la prise en sucre s’est mise en place.
Nous obtenons des équilibres acide/sucre assez différents des autres années. Nous avons su attendre la parfaite maturité des raisins.
A la vente actuellement, Champagne Grand Bouquet 2013, nous passerons au 2014 au cours du second semestre.
Spécial Club 2012 puis suivra le 2013 à l’automne. C’est un Champagne d’une grande qualité et d’une grande aptitude au vieillissement, d’un très grand potentiel. C’est un millésime très équilibré, très structuré avec beaucoup de fraicheur et en même temps une vraie complexité bien valorisée par un vieillissement sous liège. Nous mettons un bouchon de liège avant la mise en bouteilles, l’oxygénation est très différente qu’avec une capsule, cela apporte un plus. C’est une cuvée gastronomique, un vrai potentiel, il s’accorde très bien avec des poissons en sauce par exemple, c’est un vin très riche, dosage 3,5 g donc, c’est un extra brut, c’est dire que l’année était déjà équilibrée.
Toujours à la vente : Champagne cuvée 82/13, c’est la “colonne vertébrale” de nos sans années. Pour moi, un multi millésimes à 40% de 2013 dosé en extra brut à 1 g, ce qui est infime. A l’attaque en bouche, il développe une véritable palette aromatique, notes très fraiches caractéristiques du 2013, un Champagne qui évolue bien vers des notes plus complexes.
Nous sortons notre cuvée TC 2015 (Terre Cuite), un vin élevé dans un œuf en Terre cuite, le premier chez nous vinifié de cette façon, vinification sans fermentation malolactique avec un dosage très faible, 2,5 g. Le parcellaire s’exprime bien grâce à la Terre cuite, pas d’ajouts d’arômes, ce contenant en forme d’œuf permet une bonne oxygénation, c’est un vin très intéressant.”
Une Maison de référence, avec ce sublime Champagne Grand Cru Blanc De Blancs brut Réserve, 100% Chardonnay, aux arômes de fleurs blanches (aubépine), de jolie robe dorée, avec cette pointe de fraîcheur et de fruité persistante, de mousse finement crémeuse.
Le Grand Cru Blanc De Blancs 82/13, 100% Chardonnay, issu d’une réserve perpétuelle initiée en 1982, renouvelée à 40% chaque année jusqu’au millésime 2013, d’où son nom 82/13. Il est d’une grande finesse, au nez de fleurs, très harmonieux en bouche qui dégage des nuances de pomme et de miel, d’une belle couleur or, une cuvée ample, légère et ronde à la fois, vraiment charmeuse.
Superbe Champagne Grand Bouquet 2013, au parfum d’amande fraîche et d’agrumes mûrs, riche au nez comme en bouche, tout en fruits, de mousse légère, de couleur jaune ambré, avec, en finale, des connotations de brioche et de fleurs blanches.
L’Extra brut, alliant ampleur aromatique et longueur, avec des notes d’aubépine et de fruits (pomme, pêche), est raffiné, de robe vert or, se goûte parfaitement sur des sushis ou des asperges sauce maltaise.
Excellent brut rosé Grand Cru, de belle couleur, alliant rondeur et persistance au palais, de mousse abondante, classique et séduisant, tout en harmonie avec des connotations d’abricot mûr et de fraise en finale.
Il y a encore cette cuvée Camille, toujours Grand CruChardonnay et Pinot Noir, avec ce nez de petits fruits frais et d’amande, un beau Champagne ferme et suave, tout en nervosité, qu’il faut déboucher, notamment, sur des goujonnettes de soles aux champignons ou des coquilles Saint-Jacques grillées au beurre d’oursins. Beau Spécial Club 2010, 100% Chardonnay, (très jolie bouteille), d’une belle harmonie, un Champagne qui a des nuances de pomme et de fruits secs, de bouche crémeuse, c’est une cuvée suave, de mousse abondante.
Michel TURGY Michel TURGY
Michel TURGY
Jean-Michel Turgy
17-18, rue de l’Orme
51190 Le Mesnil-sur-Oger
Téléphone :03 26 57 53 43
Email : infos@champagne-turgy.com
Site : www.champagne-turgy.com

Une famille de vignerons champenois au Mesnil-sur-Oger, commune classée 100% Grand Cru Blanc De Blancs, a su se démarquer par son savoir-faire et son originalité. Possédant un vignoble de 6 ha de vignes, la Maison est née en 1881. C’est aujourd’hui Jean-Michel Turgy et son fils Thibaut qui perpétuent et assurent l’expansion de la maison, forts de l’expérience de leurs prédécesseurs.

https://www.youtube.com/embed/5bulktSbQ8I

Selon Jean-Michel Turgy, “la vendange 2019 s’est bien passée après un début de saison un peu compliqué… Gelée de printemps, fleur pas évidente et sécheresse… Résultat, une petite récolte mais d’excellente qualité. Les degrés étaient élevés mais cela devient courant ces dernières années. Heureusement les degrés sont bien compensés par une bonne acidité, 5,5 et 6° d’acidité sur toutes nos cuvées, cela nous promet un bel équilibre.
Nous avons décidé de millésimer une partie des vins car c’est de très belle qualité et cela le mérite, pour les bruts sans année avec tous les vins de réserve que nous avons dans nos cuves qui sont aussi d’excellente qualité, cela va nous permettre de faire un bel assemblage avec les vins de l’année. Nous avons pris la décision de ne pas faire du tout les fermentations malolactiques pour conserver cet équilibre acidité/alcool. Le 2019 se goûte très très bien, la qualité est uniforme, le fait d’avoir rentré une petite quantité permet d’avoir de bonnes concentrations dans nos vins.
cuvées à la vente : le BSA, Cuvée Fûts, Cuvée Vieilles vignes ainsi que toutes les cuvées habituelles. Nous proposons le 2013 dont notamment la cuvée Vieilles vignes, 2013 est un Champagne assez frais, aux arômes typiques du Chardonnay. Des Champagnes qui expriment bien leur terroir de Mesnil-sur-Oger avec beaucoup de minéralité, de garde encore 4 ou 5 ans sans problème.
Pour notre Coteaux champenois 2016, on a l’impression de croquer dans la craie, des vins à l’état pur élevés en Fûts, un vin qui exprime bien le terroir crayeux de Mesnil-sur-Oger.
Nous élaborons une cuvée en Fûts, elle sera prête pour la fin de l’année. Cuvée 211, deux terroirs Mesnil-sur-Oger et Oger, un cépage, le Chardonnay et, une année, voilà l’explication du nom 211.”
Superbe Champagne brut sans année Cuvée Réserve Sélection Grand Cru Blanc De Blancs, où le Chardonnay exprime toute sa générosité et sa grande finesse. Au nez des arômes de fleurs très harmonieux, en bouche, des nuances de pomme et de miel avec une belle couleur or, une mousse très charmeuse (année 2015, avec 75% de 2016, et 25% de vieilles années, dosage: 5 g, malo faite).
Vous allez exciter encore vos papilles avec leur Blanc De Blancs millésimé 2012, il est remarquable, avec cette nervosité très séduisante, au nez d’amande et de rose, tout en arômes, bien caractéristique du millésime, avec, en bouche, des notes complexes de citron confit et de grillé, idéal, sur un risotto de coquillages ou une lotte rôtie.
Le rosé Grand Cru, élaboré avec une majorité de leur Chardonnay Blanc De Blancs Grand Cru Le Mesnil-sur-Oger, et d’un faible pourcentage de Grand Cru Pinot Noir de Bouzy, un Champagne rare, corsé et très fruité, aux senteurs de fruits rouges mûrs, d’une très jolie présence en bouche, avec une structure et une élégance caractéristiques. Le Vieilles vignes, une savoureuse cuvée, au nez concentré où dominent le genêt et les petits fruits secs, d’une grande subtilité, tout en persistance.
Il y a également le Coteaux Champenois 100% Chardonnay Grand Cru du Mesnil sur Oger. Si la présentation est parfaitement réussie, le vin développe des senteurs florales persistantes, d’une jolie finesse en bouche, mêlant charpente et distinction, aux notes de fruits jaunes et de pain grillé en finale.

Château de FONTCREUSECASSIS Château de FONTCREUSE
Château de FONTCREUSE (CASSIS)
Jean-François Brando
13, route Pierre-Imbert
13260 Cassis
Téléphone :04 42 01 71 09
Email : fontcreuse@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudefontcreuse
Site : www.fontcreuse.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Une élégante bâtisse dont la construction a été achevée en 1700. En ce début du XVIIIe siècle, la demeure bénéficiait de l’eau courante ce qui était fort rare à l’époque. L’eau provenait de sources souterraines qui alimentaient une galerie creusée sous la colline qui fournissait en eau le Domaine et ses dépendances ce qui a donné son nom au Château. Le Domaine s’étend sur 38,75 ha sur des terrains argileux, calcaires, caillouteux du crétacé exposés nord-est nord-ouest.
La culture de la vigne est traditionnelle : travail du sol, ébourgeonnage au printemps et vendanges en vert en juillet afin de maîtriser les rendements qui dépassent très rarement les 45 hl/ha pour les blancs et les rosés. Vendanges manuelles. La production est de 110 000 blancs, 65 000 rosés et quelques 25 000 rouges.
“Jean-François Brando met en vente cette année Château Fontcreuse blanc AOP Cassis 2019, en rouges les 2016 puis 2019, fin mars. Les rouges élevés en barriques sont composés à plus de 75% de Syrah, les rosés IGP de GrenacheCinsaultSyrah. A ces Vins s’ajoutent les Cuvées Pure Intense blanc 2018 et rouge 2017, toutes deux vinifiées en barriques (quelques 3000 bouteilles de chaque).
En 2019, les vendanges ont été parfaites avec de la pluie en Septembre, d’où gonflement des raisins et adoucissement des degrés, aux alentours de 13°. Si le volume est moindre (- 10%), par contre, la qualité est excellente et c’est le plus important.”
Formidable Cassis blanc cuvée “F” 2019, Ugni, Clairette et Marsanne, ovec cette touche d’acidité alliée à une rondeur agréable, où s’entremêlent des notes d’amande, de fruits mûrs (pêche, mangue) et de bruyère, harmonieux en bouche.
Le Cassis rosé cuvée “F” 2019, cépages Cinsault et Grenache, est tout aussi remarquable, donnant ce vin avec des nuances de fruits et de fleurssec et suave à la fois, de bouche subtilement parfumée, qui mêle rondeur et vivacité au palais, un joli vin tout en subtilité, particulièrement séduisant. Pas besoin d’hésiter.
Quant à cet IGP Bouches du Rhône rouge cuvée Mussuguet 2017, cépages Syrah et Caladoc, légèrement épicé, un beau vin qui développe des arômes de Cassis et de violette, qui allie charpente et souplesse en bouche, ample et ferme, avec des nuances de violette et de réglisse persistantes au palais.
Domaine André MATHIEUCHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Domaine André MATHIEU
Domaine André MATHIEU (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
André Mathieu
3 bis, Route de Courthézon
84230 Châteauneuf-du-Pape
Téléphone :04 90 83 72 09 et 06 09 08 93 77
Email : contact@domaine-andre-mathieu.com
Site : www.domaine-andre-mathieu.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Au domaine familial, transmis de père en fils depuis 1600, André Mathieu a pris la suite de son père en 1987. L’exploitation se répartit maintenant sur 13 ha de Châteauneuf-du-Pape et 4 ha de Côtes du Rhône.
Trois Châteauneuf-du-Pape rouges, deux Châteauneuf-du-Pape blancs et deux Côtes du Rhône sont vinifiés et élaborés par André Mathieu. La première cuvée Châteauneuf-du-Pape rouge, une cuvée traditionnelle “Domaine André Mathieu”, regroupe les 13 cépages autorisés de l’appellation et dévoile un vin élégant où les tanins se fondent dans la rondeur des arômes. La cuvée spéciale “La Centenaire” est un vin élaboré à partir des plus vieilles vignes de l’exploitation (plantées entre 1890 et 1914). Une complexité aromatique, un vin soyeux aux tanins fins, sont les caractéristiques de cette cuvée que l’on trouve seulement lors des plus beaux millésimes. Enfin, la cuvée Vin Di Felibre est un Châteauneuf-du-Pape atypique, dominé par le cépage Mourvèdre et élevé en fûts neufs.

https://www.youtube.com/embed/Zwcx0s4fvhM

“Pour le 2019, nous explique André Mathieu, à cause de la sécheresse, nous avons récolté des raisins très beaux et très concentrés mais pas très gros. Le 2019 a un très beau potentiel qualitatif, il se rapproche du 2016.
En 2018, la récolte a été généreuse, les blancs sont fabuleux. Pour les rouges, j’ai fait une sélection importante, donc moins de vin, je ne produirai pas ma nouvelle cuvée Éphémère dans ce millésime. Le 2017 est un millésime très concentré, très puissant, les rendements sont moindres car nous avons frôlé le gel de printemps… La floraison s’est mal passée, nous avons eu une grosse coulure sur les Grenaches, mais ce qui a été récolté était superbe, surtout les Grenaches et les Syrahs. Les Vins du Domaine André Mathieu et la Centenaire sont vraiment très beaux.
J’ai créé en 2017 une nouvelle cuvée que j’ai baptisée Éphémère. C’est un vin à forte proportion de Syrah. C’est une cuvée que je ne produirai pas tous les ans, c’est la dégustation à la vigne qui en décidera, une production confidentielle, seulement 2000 bouteilles et 60 magnums !
Pour les CDR, je termine actuellement Les Ceriziers 2018, un vin sur le fruit aux tannins très souples, un vin plaisir. Je m’apprête à mettre en bouteilles le 2019 qui aura un peu plus de structure, beaucoup de fruit, un vin bien concentré. Le CDR rosé 2018 est délicieux, il faut en profiter car je n’en ai pas fait en 2019.
Quand au Domaine André Mathieu blanc 2018, c’est un super millésime, beaucoup de fruit, un vin déjà très agréable. Pour le Châteauneuf-du-Pape Di Felibre 2018 élevé en fûts neufs, il s’inscrit parfaitement dans la lignée de ces derniers beaux millésimes, délicieux arômes de fleurs blanches, d’une belle longueur élégante.”
Toujours ce formidable Châteauneuf-du-Pape Vin Di Felibre rouge 2015, concentré, de robe sombre, c’est un vin ample et velouté, persistant en bouche, charnu et très aromatique, aux arômes de fruits noirs très mûrs, et cette finale poivrée envoûtante, un grand vin, avec une belle sucrosité, de la complexité, du charnu et de l’élégance, cela fait partie des très beaux millésimes avec un beau potentiel de garde de 5 à 8 ans. Très agréable Châteauneuf-du-Pape rouge la Centenaire 2016, coloré et parfumé (mûre, violette), alliant rondeur et structure en bouche, où dominent des arômes subtils de cassis, de griotte et de cannelle.
Le Châteauneuf-du-Pape rouge Domaine André Mathieu 2016, de bouche dense, aux tanins fondus, au bouquet complexe où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges bien mûrs et de réglisse, c’est un vin bien corsétypé, de garde, mais qui se goûte déjà très bien. Son Châteauneuf-du-Pape blanc Di Felibre 2017, aux notes d’agrumes et de fleurs blanches, a beaucoup de persistance et d’élégance en bouche, il est suave, tout en nuances.
Son incontournable Châteauneuf-du-Pape blanc Domaine André Mathieu 2018, qui est tout en finesse d’arômes, un vin très équilibré en acidité, dense et floral, très harmonieux, il est ample, développe ses arômes envoûtants d’abricot, de miel et de pain d’épices, il accompagne à merveille le foie gras ou une poularde aux truffes.
À goûter également, le CDR rouge Les Seriziers 2018, de couleur profonde, bien corsé, où dominent les fruits mûrs, aux tanins fondus, bien en bouche, idéal avec un boudin noir ou un curry de poulet. Pour l’été, on se fait plaisir avec le CDR rosé Se Sien Accoumpagna 2018, il est splendide, tout en rondeur, tout en fraîcheur, charmeur avec cette note délicate de framboise.
Scea Roger PABIOT et ses FilsPOUILLY-FUMÉ Scea Roger PABIOT et ses Fils
Scea Roger PABIOT et ses Fils (POUILLY-FUMÉ)
Pauline et Bernard Pabiot
Boisgibault – 13, route de Pouilly
58150 Tracy-sur-Loire
Téléphone :03 86 26 18 41
Email : domainerogerpabiot@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/domainerogerpabiot
Site : www.domainerogerpabiot.com

L’histoire commença au XIXe siècle, Gustave Pabiot, cultivait déjà la vigne puis son fils Roger, de retour de la guerre, s’installa.
Aujourd’hui, ses fils Bernard et Gérard Pabiot cultivent 22 ha dont certaines parcelles sont centenaires. Les générations se succèdent avec pour héritage la passion et l’amour pour ce terroir comme en témoigne l’arrivée de Pauline, la fille de Gérard, marquant la 5e génération. De la vigne à la cave, la volonté est de sublimer le terroir. La lutte raisonnée permet une adéquation entre les exigences de la vigne et celle du viticulteur soucieux de son environnement. Ce vignoble, représentatif des quatre types de sols de la région (calcaire dur ou caillottes, argile à silex, terrasse sableuse, marnes kimméridgiennes), produit des vins de caractère.
Pour Bernard Pabiot, en 2020, “ses ventes se dirigent vers le Pouilly-Fumé cuvée Coteau des Girarmes 2018 et 2019, la cuvée silex 2017 et 2018, la cuvée De la Terre aux Etoiles 2017 et 2018, le Pouilly-sur-Loire 2018 et 2019. Nous avons changé d’étiquette pour la cuvée Tradition.
Les vendanges 2019 sont bien réussies avec un état sanitaire parfait, les vins ont un bel équilibre sucratif et toutes les qualités gustatives, mais en ce qui concerne la quantité, c’est moins bien. Nous allons obtenir en Août la certification HVE 3 !”
Voilà cette superbe nouvelle cuvée Pouilly-Fumé De la Terre aux Etoiles 2017, élevage 12 mois en fût de 500 litres, puis 6 mois en cuve Inox. L’hommage de Pauline à son grand-père qui lui a transmis la passion du vin, cette cuvée leur ressemble, délicate et intense. Remarquable Pouilly-Fumé blanc cuvée silex 2017, sec et suave à la fois, minéral, d’une couleur très délicate, c’est un vin avec des arômes fins de fruits frais. Le Pouilly-Fumé blanc Coteau des Girarmes 2018, d’une grande subtilité d’arômes (fruits secs, rose…), il est suave, de bouche puissante et harmonieuse à déboucher sur une viande blanche à la crème. Et bien entendu le Pouilly-sur-Loire blanc 2018, tout en délicatesse d’arômes, de jolie teinte, intense au nez comme en bouche, c’est un vin ample, distingué, associant vivacité et suavité.
Michel et Sylvain TÊTEJULIÉNAS Michel et Sylvain TÊTE
Michel et Sylvain TÊTE (JULIÉNAS)
Domaine du Clos-du-Fief
Les Gonnards
69840 Juliénas
Téléphone :04 74 04 41 62 et 06 07 41 61 24
Email : domaine@micheltete.com
Site : www.vinsdusiecle.com/micheltete
Site : www.micheltete.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. De père en fils depuis quatre générations.
Le domaine 17 ha au total s’étend sur 7 ha de Juliénas, 1 ha de Saint-Amour et 5 ha de Beaujolais-Villages, le tout provenant du cépage Gamay noir à jus blanc. L’exploitation comporte 1 ha de Beaujolais-Villages blanc issu du Chardonnay sur la commune de Saint-Verand en Saône-et-Loire avec en parallèle le développement du Crémant de Bourgogne. 1,5 ha en plus en Chénas et 1,5 ha en plus en Moulin-à-Vent avec l’arrivée de Sylvain. Vinification différente selon les vignes et les appellations. Traditionnelle, semi-carbonique pour le Juliénaschapeau immergé pour le Saint-Amour. Francis Tête, tonnelier, régisseur de cave, a créé l’exploitation pour la transmettre ensuite à son fils Raymond, pionnier de la vente directe en bouteilles à la propriété. Depuis 1980, Michel et Françoise ont développé l’entreprise et fondé, en 1988, le Clos du Fief. 
Aujourd’hui sur le domaine, deux générations se côtoient. En 2015, Sylvain rejoint le domaine après une formation en viticulture et œnologie avec de nombreux stages dans différentes exploitations viticoles. Découverte du vignoble australien, avec expérience professionnelle sur le Domaine First Creek (Hunter Valley). Fort de son expérience, et de ces cinq années de Vinification au côté de son père, il créé la société Michel et Sylvain Tête en 2015. C’est un nouveau souffle dans la gestion du domaine, pour s’adapter à ce monde viticole en changement, mais tout en respectant la tradition et le terroir.
Une référence depuis bien longtemps, et cette fois-ci encore avec leur Juliénas rouge cuvée Prestige 2017, un vin coloré et parfumé (mûre, griotte et violette), puissant au nez comme en bouche, d’une jolie finale persistante, à ouvrir sur un foie de veau à l’ancienne ou une côte de veau à la crème, par exemple. Le Juliénas 2017 a une belle couleur aux reflets violets, où l’élégance s’allie à une présence tannique bien réelle, quand le 2018, développe des arômes de groseille et de mûre, est un vin puissant et typé en bouche, de robe intense, bien parfumé (fruits fraishumus…), légèrement poivré en finale.
Le Saint-Amour Capitans 2018, sol argilo-calcaire, la vigne de Gamay, âgée de 35 ans, est conduite en gobelet, avec des rangs enherbés pour une culture raisonnée. Le vin est superbe, puissant, capiteux, tout en couleur, avec en bouche ces notes subtiles de fruits rouges surmûris, il a des tanins bien fondus, un vin très harmonieux. Le Beaujolais-Villages blanc Fleur de Chardonnay 2018, est fin, ample, riche en bouquet (agrumes, aubépine, amande…), harmonieux, de bouche franche à déguster sur une terrine de poisson ou un pavé de cabillaud aux cèpes. Le Beaujolais-Villages Domaine du Clos du Fief 2018, au nez dominé par le cassis et la framboise, est un vin classique, franc et charmeur comme on les aime, tout comme le Beaujolais-Villages rosé Fleur de Gamayfruité et gourmand, tout en charme. Nous avons également dégusté le Bourgogne blanc 2016, pur Chardonnay, qui sent la noisette et le genêt, vif et rond à la fois.
Domaine GRESSER Domaine GRESSER
Domaine GRESSER
Rémy Gresser
2, rue de l’Ecole
67140 Andlau
Téléphone :03 88 08 95 88
Email : domaine@gresser.fr
Site : www.gresser.fr

Au sommet. “Je cultive la vigne selon la règle de nos ancêtres, précise Rémy Gresser. Je me sens paysan et artisan de la vigne.” Il est soucieux de transmettre aux générations futures le terroir, le sol vivant, les vieilles vignes, le savoir-faire et la passion de la famille, vignerons de père en fils depuis le XVIe siècle. Ils protègent leur vignoble en privilégiant les moyens biologiques. Le Domaine, certifié AB par Ecocert et en conversion en biodynamie, possède de grands terroirs de schistesables et argile sur 10 ha 30 de vignes de 40 ans. Les Grands Crus sont très marqués par leurs terroirs : Kastelberg (schiste de Steige), Wiebelsberg (grès des Vosges), Moenchberg (calcaire fossilé).

Pour Rémy Gresser, “les ventes en 2020 sont axées sur les 2018 pour les cépages Les Lieux Dits et 2014 pour les Grands Crus.
Les vendanges 2019 nous ont agréablement surpris par leur qualité surtout après les périodes de canicule et de grêle que nous avons subies mais elles se sont, finalement, bien terminées. Côté qualitatif, c’est parfait, côté quantitatif , c’est un peu plus restreint.
Le millésime 2019 est fruitéléger, de bonne minéralité, c’est un vin facile à boire.”
On ne peut qu’être envoûté par son Pinot Gris Grand Cru Wiebelsberg 2013, moelleux, très caractéristique de son terroir, intense au nez comme en bouche, avec des notes de grillé et de chèvrefeuille, nerveux et savoureux à la fois. Le Riesling Grand Cru Moenchberg 2015, n’a rien à lui envier, c’est un vin qui a beaucoup de corps et d’élégance, d’une grande expression aromatique caractéristique d’une grande complexité, tout comme cet autre Riesling Grand Cru Kastelberg 2017, racé par ce terroir très caillouteux, d’une belle couleur jaune clair, aux connotations de petits fruits secs, de bouche puissante et distinguée à la fois, un vin qui mérite une cuisine riche, comme un poulet estragon et citron ou un saumon aux asperges.
On excite encore ses papilles avec le Gewurztraminer Kritt 2017, où s’entremêlent les fruits blancs mûrs, les épices et les fleurs fraîches, de bouche intense, le Pinot Blanc Saint-André 2015, franc et fruité, fin et riche à la fois, avec des notes de pomme et de noisette, d’une très jolie finale.
Formidable Gewurztraminer Grand Cru Mœncherg 2016, au nez de fumé typique, toujours très persistant et tout en finesse, d’une belle concentration aromatique, puissant au nez comme en bouche. Le Muscat Brandhof 2017, de belle robe limpide, est très fin, complexe, au nez de petits fruits frais, très charmeur, est de bouche suave, et s’accorde avec des seiches sautées aux pousses de soja ou des brochettes de poulet Tandoori.
Joli Riesling Duttenberg 2015 qui possède sa propre originalité, de bouche fraîche et souple à la fois, persistant, avec des arômes de fougère et de fruits frais, idéal, notamment, avec un canard sauvage au vinaigre de miel ou une galette à la truite.
Très joli Pinot Noir Clos de l’Ourse 2013, de couleur rubis, avec ces arômes intenses où dominent les petits fruits rouges bien mûrs (fraise, mûre) et cette pointe d’épices bien typique.
Vous aimerez aussi son Crémant Ophélia Painting, de mousse très perlante et très persistante, un vin riche, savoureux, où l’on retrouve des nuances de citron et de miel, franc et frais, une jolie bouteille à déboucher, par exemple, sur des huîtres en gelée et mousse de persil ou des écrevisses en papillottes aux fines herbes.
Gérard TREMBLAYCHABLIS Gérard TREMBLAY
Gérard TREMBLAY (CHABLIS)
Gérard, Hélène, Vincent et Eléonore Tremblay
12, rue de Poinchy
89800 Chablis
Téléphone :03 86 42 40 98
Email : contact@chablis-tremblay.com
Site : www.vinsdusiecle.com/gerardtremblay
Site : www.chablis-tremblay.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Ici, on s’attache, en famille, à laisser s’exprimer au mieux chaque parcelle, et aucun cru ne ressemble à un autre. Gérard Tremblay, en-dehors d’être devenu une référence incontournable de la région, peut être satisfait d’avoir su transmettre, avec son épouse, Hélène, à leurs enfants, Vincent et Éléonore, la même fibre pour élever de grands Vins typés.
Eléonore Tremblay nous dit que “la vinification du 2019 s’effectue très bien, les fermentations alcooliques se sont bien passées, les malos sont terminées, les Vins se dégustent plutôt bien. On retrouve plus de minéralité que le 2018, c’est un millésime un peu chaud. Nous commercialisons actuellement le 2018, il reste encore un peu de Grand Cru Vaudésir 2017. Le 2018 est un vin très gourmand, très plaisant, il est très prometteur, vraiment une belle qualité de vin au bon potentiel de vieillissement.”
Vincent Tremblay poursuit : “pour la vendange 2019, les conditions ont été difficiles. Malgré la sécheresse, nous avons réussi à bien accompagner nos vignes et arrivons à faire les rendements. Très belle qualité de vin avec un peu plus de fraicheur que le 2018, c’est très agréable en bouche, je les trouve très bons.
Nos 2018 sont à la vente, c’est un millésime très gourmand qui se déguste très bien jeune, il a un bon potentiel de garde car, justement il y a beaucoup de matière.
En 2017, les Vins sont très typés Chablis avec une forte minéralité, ils s’arrondissent bien, il nous reste le Grand Cru car nous le sortons en décalage et il y a très peu de Premiers Crus.”
La famille Tremblay est passionnée, conviviale, chaleureuseuse et les Vins sont à leur image, comme ce splendide Chablis Grand Cru Vaudésir 2017, aux nuances de petits fruits frais et de grillé, d’une belle vivacité, de bouche puissante, dense, tout en nuances, un vin alliant finesse et structure, très minéral, envoûtant. 
Très séducteur, le Chablis Premier Cru Côte de Léchet 2018, d’un grand classicisme, très aromatique avec des notes de fruits mûrs et de fleurs blanches, est tout en amplitude, un grand vin.
Toujours superbe Premier Cru Montmains 2018, riche en arômes de fleurs et d’épices, d’une belle longueur, d’une grande richesse et complexité, est également un vin très ­agréable dans sa jeunesse mais qui gagne à être conservé pour développer tout son potentiel. Redégusté cette année, le 2014 est de belle robe dorée, est tout en structure et parfums, il a un nez de petits fruits frais, c’est un beau vin ample et persistant, de bouche savoureuse avec des petites notes de pêche jaune et de rose, parfait avec une terrine de volaille en gelée ou un brochet aux girolles.
Beau Chablis Premier Cru Fourchaume 2018, racé, au nez fleurisuave mais délicat, d’une très belle persistance aromatique en bouche où s’épanouissent des connotations de miel et de lis, tout en finale. Le 2017, aux senteurs de lis et de fumé, gras, est un vin subtil, parfumé, charmeur au nez comme en bouche, d’une belle harmonie, toujours très typé.
Remarquable Chablis Premier Cru Beauroy 2018, toujours très équilibré, parfumé, au nez dominé par les fruits jaunes frais et le pain brioché, vif et fin, d’une belle harmonie, aux nuances délicates au palais. Le 2017, dense et parfumé, tout en bouche, fleure bon les amandes et les fleurs, typé, où s’entremêlent les épices et la vanille, qui associe structure et vivacité en bouche.
Il y a encore le Chablis Vieilles vignes 2018, de belle robe dorée, est tout en structure et parfums, il a un nez de petits fruits frais, c’est un beau vin ample et persistant, de bouche savoureuse avec des petites notes de pêche jaune et de rose.
Très bien fait, ce Chablis 2018, très charmeur, de jolie robe, tout en charpente, aux arômes subtils où dominent les fruits mûrs et la narcisse, de bouche fruitée et le Petit Chablis, toujours séduisant.
Domaine PICHARD
Domaine PICHARD (MADIRAN)
Rod Cork

65700 Soublecause
Téléphone :05 62 96 35 73
Email : pichard65@orange.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/domainepichard
Site : www.domainepichard.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Un domaine où l’exposition plein sud à mi-coteau (au sol maigre, silico-argileux, très caillouteux) permet d’obtenir des Vins de très grande qualité. Le sol est composé de gros galets de l’Adour, liés avec de l’argile, qui assurent un drainage optimal des vignes en cas de pluie et restituent la chaleur accumulée durant la journée pour aider à la maturation du raisin.
“Pour le 2019, d’un point de vue sanitaire, nous avons rentré une vendange magnifique. La météo a été clémente au moment des vendanges, ce qui nous a permis de récolter parcelle par parcelle. Le vin présente une très belle matière, une acidité suffisante pour composer un très beau millésime. Que ce soit le Tannat ou le Cabernet franc, tout était super mûr. Une belle réussite aussi bien pour le blanc que le rouge, c’est à marquer d’une pierre blanche ! Nous allons avoir l’un des meilleurs millésimes de ces 10 dernières années.
A la vente, nous proposons le 2017 (moitié Tannat et moitié Cabernet franc). C’est une belle année, les Vins ont plus de matière que le 2016. C’est un millésime un peu plus dense mais bien soutenu par une acidité nécessaire, les Cabernets francs étaient géniaux ! C’est vraiment un joli vin complexe, fin, élégant, tannique, au beau potentiel de garde.
En 2018, nous avons fait de délicieux Pacherencs blancs secs aux arômes de pêche, d’amande, un vin naturel élevé en cuves, un blanc de gastronomie, avec beaucoup de personnalité et qui connaît un beau succès auprès des clients. Pour conserver de la fraîcheur à mes Vins doux 2017 et 2018, nous cherchons l’équilibre pour ne pas proposer des Vins trop lourds, trop sucrés, nous privilégions la fraîcheur aromatique.
Nous poursuivons notre aventure en Bio avec le désir d’évoluer vers la Biodynamie. Nous travaillons beaucoup nos vignes, plantons des jachères de fleurs sauvages, implantons les chauve-souris dans les bois qui entourent le vignoble. Nous réfléchissons à l’environnement, c’est vraiment un sujet qui nous tient à cœur. Nous avons la chance d’avoir un vignoble superbe, sans doute un des meilleurs terroirs de Madiran, d’un seul tenant sur des coteaux exposés plein sud. Nous avons tous les atouts pour vinifier de beaux Vins. Nos Vins sont très naturels, on laisse faire les choses, à part le soutirage, nous ne rajoutons rien. Nos Vins expriment vraiment le terroir.”
Séduisant Madiran rouge cuvée Hugo Bio 2017, au nez dominé par la griotte et l’humus, de robe pourpre, c’est un vin de bouche puissante aux nuances de mûre et de cannelle, un vin parfait avec, par exemple, un poulet fermier de coquillettes au foie gras ou un ragoût de fèves aux gésiers confits.
Remarquable Madiran rouge Bio 2017, de couleur intense, ample et parfumé, aux connotations de violette et de mûre, un vin bien charnuferme et persistant en bouche, de très bonne évolution.
Tout en séduction, le Pacherenc-du-Vic-Bilh doux Bio 2015, évidemment suave, où s’entremêlent des notes d’amande, de fruits mûrs et de bruyère, est superbe, un vin qui allie intensité et souplesse.
Le blanc sec Bio 2017, allie finesse et suavité, aux notes persistantes d’amande fraîche et de pêche, et on vous le conseille, par exemple, sur une tourte au haddock et aux endives ou des avocats aux crevettes.
Clos TRIMOULETSAINT-ÉMILION Clos TRIMOULET
Clos TRIMOULET (SAINT-ÉMILION)
Guy, Alain et Joël Appollot
3, Trimoulet
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 71 96
Email : contact@clos-trimoulet.com
Site : www.vinsdusiecle.com/clostrimoulet
Site : www.clos-trimoulet.com

Au sommet, avec un rapport qualité-prix-plaisir indéniable.
De forte personnalité, les frères Appollot, Alain et Joël, continuent d’appliquer la même philosophie que leur père, Guy Appollot. Des vignerons qui s’adaptent à leur terroir et savent en tirer le meilleur vin possible, grâce à l’anticipation, au sens de l’observation et à leur grande expérience. Chaque année, ils essayent de tirer la quintessence du millésime, avec humilité́, s’effaçant devant la Nature, qui reste reine. Le Domaine est certifié HVE niveau 3.
Alain Appollot nous dit “qu’en 2019, nous avons rentré une très bonne quantité et qualité. Un peu moindre au Clos Trimoulet, par contre nous avons atteint le quota à Saint-Georges.
Nous avons récolté des raisins d’une très bonne maturité dûe à l’été très ensoleillé et à la très belle arrière-saison. C’est un très joli millésime.
Nous sortirons le 2018 en Septembre, Les Cabernets étaient très jolis, les Merlots très soyeux, le vin est très concentré.
Le 2017 est à la vente actuellement, c’est un vin assez aromatique, aux tanins soyeux, d’une belle structure sans agressivité, un vin plutôt sur le fruit, un millésime plaisir à boire dans les 7-8 ans. Nous sommes en cours de certification HVE.”
C’est toujours un réel plaisir de déboucher leur Saint-Émilion GC 2016, d’une belle couleur rubis, qui présente des arômes de truffe, de fruits rouges macérés. En bouche, l’attaque est franche, il est souple, savoureux, d’une belle ampleur, parfaitement équilibré. Le 2015, médaille d’Or, très parfumé (humus, griotte mûre), alliant couleur et matière, de très bonne bouche, aux connotations de cassis et de poivre noir, d’une jolie finale finement épicée, c’est un vin d’excellente évolution. 
“Le 2015 est un millésime charnu, poursuit Alain Appollot, structuré, au bon potentiel de garde qu’il faudra laisser un peu vieillir pour vraiment l’apprécier. Il est très typé Saint-Émilion, c’est un très joli millésime avec de la finesse et de l’élégance. arômes bien présents de fruits rouges et même de fruits noirs, très jolie couleur profonde.“
Le 2014, médaille d’Or, au nez délicat, mêlant puissance et finesse, de belle robe pourpre soutenu, aux nuances de violette et de truffe, d’une grande harmonie, séveuxgénéreux aux papilles. Le 2013, médaille d’Argent Bordeaux, se goûte parfaitement, de robe rubis profond, généreux, un vin persistant au nez comme en bouche, tout en finesse, aux tanins fins, aux connotations de cassis mûr et de truffe en finale.
Le 2012, médaille d’Or Bordeaux, coloré et très parfumé, d’une jolie concentration en bouche, a des notes de fruits rouges et de réglisse, un vin bien charnu, aux tanins bien soyeux mais bien riches. Le 2011, lui aussi médaille d’Or Bordeaux, est excellent, parfumé (humus, griotte, mûre), tout en bouche, aux tanins amples, au nez complexe (violette, fraise des bois), est très chaleureux. 
Superbe 2010 (médaille d’Argent), un vin d’une très belle concentration, très élégant et d’une belle finesse, aux arômes de fruits très mûrs (fruits noirs), c’est vraiment l’équilibre et la finesse qui dominent.
On est bien également à la tête de leur autre appellation avec ce Montagne-Saint-Émilion 2016, 90% Merlot et 10% Cabernet-Sauvignon, terroir très homogène d’argile profonde, de belle robe, alliant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, ample et parfumé, légèrement épicé, d’une très jolie finale avec ces notes de fumé et de fraise des bois surmûrie. 
Le 2015 dégage un nez complexe à dominante de fruits frais, avec des nuances d’é́pices et de truffe, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, très chaleureux. Le 2014 est de couleur cerise soutenu, aux arômes puissants de fruits cuits et d’épices, d’un bon équilibre, aux tanins fermes et fondus à la fois, un vin de très bonne garde. Le 2013, est charmeur, riche en couleurcorsé, sent bon les fruits cuits et les sous-bois, de bouche ample mais très élé́gante. Le 2012, médaille de Bronze, coloré et parfumé́ (pruneau, violette), alliant rondeur et structure en bouche, séveux, de bonne charpente, vraiment sé́duisant.
Château MAZEYRESPOMEROL Château MAZEYRESChâteau MAZEYRES (POMEROL)
Direction : Alain Moueix
56, avenue Georges-Pompidou
33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 00 48
Email : mazeyres@wanadoo.fr
Site : www.mazeyres.com

Un vignoble de 25,5 ha de vignes sur des parcelles morcelées qui apportent leur complexité et leur complémentarité. Sols de graves et de sables de la terrasse de Pomerol et sous-Sols de graves ou de molasse riche en crasse de fer. L’encépagement a été repensé lors de l’achat récent d’une parcelle de 4 ha : 73% Merlot, 24,4% Cabernet franc et 2,6% Petit Verdot pour sa fraîcheur. Mazeyres est un magnifique manoir du XVIIIe siècle, entièrement restauré et parfaitement mis en valeur dans un bel écrin constitué d’arbres et de magnolias centenaires. Des fouilles ont permis d’exhumer de très belles poteries datant du IIIe siècle, vestiges de l’époque gallo-romaine et précieusement conservés au château.
Quatrième génération de viticulteurs et négociants libournais, Alain Moueix dirige la propriété et apporte son expertise et son savoir-faire issus du terroir. Conscient de ce potentiel unique, dès 1992, il décide de mettre en valeur ce vignoble afin que celui-ci puisse révéler son authentique expression. Il opte, dans un premier temps, pour une viticulture raisonnée et met en place une gestion parcellaire pointilleuse afin de révéler la diversité et la complémentarité de ces différents terroirs.
Enrichi de son expérience au sein du château Fonroque (100% en biodynamie depuis 7 ans), Alain Moueix a pu constater des changements notables en matière d’interaction entre la plante, le sol, le sous-sol et l’environnement produisant ainsi un effet d’authenticité et de finesse dans l’expression du terroir au sein des vins produits. Alain Moueix a apporté à Mazeyres son expertise et surtout une ouverture d’esprit certaine. La conversion à la Biodynamie a débuté par quelques parcelles en 2011. En 2012, la totalité de la propriété a été convertie. Grâce à la Biodynamie, les vins ont, en plus de cette fraîcheur assez caractéristique, un côté aérien et une belle verticalité. La propriété est certifiée Bio depuis 2015.
“Nous avons encore un très beau millésime, nous explique Alain Moueix, c’est vrai que nous avons une succession de beaux millésimes à Bordeaux, c’est peut-être dû au changement climatique.
En 2019, le printemps a été plutôt humide, il a été suivi d’un été très sec et d’un bel été indien. Ces automnes qui sont maintenant toujours magnifiques permettent d’atteindre de belles maturités. Avec nos terroirs, que ce soit le plateau calcaire au château Mazeyres ou le coteau argilo-calcaire à Fonroque, les vignes résistent très bien à cette sécheresse grâce aux réserves hydriques en sous-sol, le vignoble n’a pas du tout souffert et les raisins ont mûri sans à-coups, ce qui est très important.
Sur le terroir un peu plus léger du château Mazeyres, il a fallu utiliser tout ce que la Biodynamie nous propose pour éviter que la vigne ne se bloque, les tisanes ont permis d’éviter le stress hydrique, la perte des feuilles. Les vins ont un taux d’alcool assez élevé même si l’équilibre est préservé. Juste avant les vendanges, il a fait très sec avec du vent, nous nous sommes dépêchés de récolter, je ne suis pas un adepte des surmaturités, cela ne m’intéresse pas. Résultat, nos vins ont un bon équilibre, une belle texture, pas de dureté, beaucoup de longueur et de profondeur, encore un très beau millésime.
En quatre ans, trois beaux millésimes, le 2019 est peut-être un peu plus solaire que le 2016 mais moins que le 2015.
2017 : nos vins sont aimables, très ouverts, très agréables, on peut commencer à les boire. Ils vont permettre d’attendre les 2016 qui ont encore besoin d’un peu de temps. Un grand millésime demande quelques années de bouteilles pour être apprécié à sa juste valeur.
2018 : des vins beaucoup plus riches que les 2017. Belle texture, des vins très veloutéssuaves, les Merlots ont très bien réagi cette année-là, c’est le côté velours qui ressort. Les vins ont gagné en intensité, il y a surtout un fruit exceptionnel que nous préservons à l’élevage.
Au château Fonroque, la maison a été rénovée, la salle de dégustation est opérationnelle maintenant. Nous allons commencer la construction d’un nouveau cuvier qui sera en service pour la vendange 2020. L’idée est de pouvoir accueillir davantage de petites cuves. Nous passerons de 13 cuves de vinification à 27, afin de mettre en valeur les différentes parcelles et leurs particularités.
Avec les petites cuves il y a moins de pression sur les vins donc, on peut extraire avec plus de douceur, c’est un gage de qualité, nous gagnons en précision.
La Biodynamie nous fait gagner de la fraicheur dans nos vins. Les maturités étaient très abouties en 2019 et malgré tout les vins restent frais. Dans le Libournais, il ne fallait pas tarder à vendanger et au moment des extractions ne pas renforcer le côté solaire mais rester sur la fraicheur, sur l’équilibre. Par rapport aux autres qui n’ont pas ce mode de culture, nous proposerons des vins frais et équilibrés.
Il y a aussi tout un travail à l’élevage, quand on met du vin dans une cuve, le poids du vin l’empêche de respirer. A Mazeyres nous avons 20% de l’élevage qui se fait dans des petites cuves ovoïdes en béton, en forme d’œuf, donc, et dans deux foudres. A Fonroque nous avons trois foudres et allons en acheter d’autres. L’idée est de continuer à avoir 50% du vin élevé en barriques, l’objectif est toujours de mettre le fruit en valeur.”
Voilà vraiment un splendide Pomerol 2016, 14 mois en barriques (30% de fûts neufs et 70% de fûts de un vin, 40 hl/ha), où, comme d’habitude, la finesse prédomine, de robe intense, au nez complexe où s’entremêlent les fruits cuits, alliant structure et élégance en bouche, un vin chaleureux et bien charnu comme il le faut, de garde, bien entendu, parfait avec un carré d’agneau rôti aux courgettes et tomates farcies ou un mignon de veau orloff. Le 2015, de robe grenat intense, au nez de fruits mûrs (griotte) avec quelques arômes de cuir et, en bouche, on retrouve les nuances de fruits rouges avec un côté soyeux et une belle longueur, est un grand vin alliant structure et velouté. “L’augmentation de la part de Cabernet franc (21%, colonne vertébrale) et l’arrivée du Petit Verdot (4%, acidité́ naturelle) dans l’assemblage, associé à la biodynamie (pé́cision, éĺé́gance et fraîcheur) marquent une étape importante dans la définition tannique et aromatique de ce cru.”
Le 2014, très fin mais volumineux, coloré, où, au nez, se mêlent la griotte et l’humus, a une bouche séduisante dominée par les fruits à noyau et la réglisse.
Le 2013 (12 hl/Ha seulement), pour lequel la sélection a été sévère, se goûte très bien, associant ampleur aromatique et finesse des tanins, avec des senteurs de fruits mûrs, de bouche harmonieuse. Le 2012, vraiment remarquable, est très typé Pomerol, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits rouges mûrs, est un vin structuré, d’une bonne longueur en bouche, riche, très complexe. Le 2011, d’une grande fraîcheur, d’une grande netteté, de robe pourpre, est élégant aux tanins savoureux, très équilibré. Le 2010, plus dense, encore fermé, a un très joli nez où se décèlent les connotations de prune et de musc, un très beau vin qui associe puissance et distinction, très classique. Voir le château Fonroque à Saint-Émilion.

R. BOUTILLEZ MARCHAND R. BOUTILLEZ MARCHAND
R. BOUTILLEZ MARCHAND
Marion Boutillez et Jean-Michel Sourdet
21, rue Pasteur
51380 Villers-Marmery
Téléphone :03 26 97 92 10 et 06 71 04 81 76
Email : champagne-boutillezmarchand@orange.fr
Site : www.champagne-boutillez-marchand.fr

L’exploitation s’étend sur 6,40 ha, grâce à la confiance de ses bailleurs. Toutes les parcelles se situent sur le village de Villers-Marmery. Elles sont plantées à 97% en Chardonnay et à 3% en Pinot Noir. Entreprise familiale créée par Robert Boutillez et sa femme Françoise Marchand, reprise par son fils Joël Boutillez. D’où la création de la marque R. Boutillez-Marchand en 1960.
Marion, sa fille, gère l’exploitation officiellement depuis 2001, avec Jean-Michel Sourdet depuis 2007. Tous deux issus de métiers différents, ils s’adaptent pour redresser cette entreprise chère à leur cœur, grâce à leur complémentarité et leur complicité.

https://www.youtube.com/embed/MrBphS2kcjc

“Nos ventes en 2020, nous précise Marion Boutillez, sont notre Champagne 2007, le Blanc De Blancs 2008, le Blanc De Blancs classique (assemblage de plusieurs années sur une base de 2015 ), le Blanc De Blancs Écrin n° 1 (100% Chardonnay vieilli en fût de chêne, le C hampagne rosé (90% Chardonnay, 10% Pinot Noir), et notre Ratafia (100% Chardonnay auquel l’on ajoute marc et fine de Champagne) et vieilli en fûts de chêne.
Malgré quelques soucis d’oïdium, les vendanges 2019 se sont bien passées, les vins ont une belle acidité. Après la malo, nous saurons si nous pouvons le millésimer, cela dépend de sa longueur en bouche, du fruité et de l’acidité.”

Plaisir pour les yeux et les papilles avec le Champagne Blanc De Blancs Écrin n°1 Fût de chêne, 100% Chardonnay du terroir de Villers-Marmery. Une cuvée élaborée conjointement avec la Tonnellerie de Champagne et le bouchonnier Oller, tous deux “Entreprise du Patrimoine Vivant”. Il est vinifié et élevé sur lies en fûts de chêne et ne compte que 1 514 exemplaires. La bouteille est magnifique, féminine, tout comme à l’intérieur, c’est un vin séduisant avec une robe claire, dorée, fines bulles, grande complexité et finesse, très belle typicité Chardonnay, du fruité, de la maturité, de la générosité, des notes crémeuses fort savoureuses, un Champagne de prestige pour accompagner des mets raffinés.
Nous aimons également le Millésime 2008, harmonieux, de jolie robe dorée, une cuvée très structurée, d’une grande fraîcheur, qui dégage une mousse légère, à dominante de rose, de poire et d’amande, d’une belle persistance aromatique, légèrement miellée, alliant élégance et structure.
Le Blanc De Blancs brut, élevage 10 mois sur lies en cuves Inox, et 3 ans sur lies en cave, marqué par des notes d’amande et de chèvrefeuille en finale, est idéal avec un turbot ou sur un gâteau de riz aux fruits frais, par exemple. Excellent Champagne rosé, de teinte saumonée, marqué par des senteurs de fraise mûre, une cuvée savoureuse et très parfumée, de bouche légère et ronde à la fois. Le Ratafia (très joli flacon) est vraiment très savoureux, il sent les fruits jaunes et les nuances mielleuses, toujours très agréable à l’apéritif.

Domaine de CARTUJACHAUT-MÉDOC Domaine de CARTUJAC
Domaine de CARTUJAC (HAUT-MÉDOC)
Bruno Saintout
20, Cartujac
33112 Saint-Laurent-Médoc
Téléphone :05 56 59 91 70
Email : contact@vignobles-saintout.fr
Site : www.vignobles-saintout.com

La famille Saintout, présente sur la commune de Saint-Laurent-Médoc depuis la fin du XVIIIe siècle au Domaine de Cartujac où elle élevait des brebis aux portes de la grande lande et cultivait déjà quelques arpents de vignes. Un vignoble de 10 ha, sur sols de graves graves, argilo-graveleux, Cabernet-Sauvignon, MerlotPetit Verdot.

Pour Bruno Saintout, “2018 et 2019 sont l’expression du changement climatique. Ce sont des vins concentrés, longs en bouche, le Cabernet-Sauvignon est adapté au climat chaud, nous avons donc obtenu une très belle maturité des raisins. On retrouve dans les vins des arômes de cerise noire. Cette concentration indique un déficit en eau, et une baisse des rendements.
Le 2019 est plus concentré que 2018, ces derniers millésimes me font penser au 2016 et 2009. Certes il y a une différence entre les deux.
Avec ces étés chauds nous récoltons des Cabernets-Sauvignons très mûrs.
Nous développons l’œnotourisme au Château La Bridane à Saint Julien, ouvert 6 jours sur 7 de fin Juin à début Octobre, visite, dégustation et vente de vins.
Pour nos deux Crus Bourgeois Château de Cartujac et Château du Périer, les trois derniers millésimes sont à la vente.”

Voilà un superbe Saint-Julien Château la Bridane 2017, provenant d’un vignoble de 15 ha sur graves garonnaises (Cabernet-Sauvignon, MerlotPetit VerdotCabernet franc), qui a une robe d’un rouge rubis intense, de bouche veloutée, avec de la matière et du fruit, aux tanins fins et soyeux. Le 2016 est un très beau vin, avec des arômes très présents d’épices, de cerise confite, de mûre, de réglisse et de violette, bien structuré et gras en bouche, ample, de très bonne évolution, parfait avec, notamment, avec un tournedos Rossini ou des magrets grillés.
Le 2015, aux arômes persistants de petits fruits noirs mûrs avec des notes de cannellegénéreux, est ferme, très parfumé, et marie élégamment une finesse tannique à une rondeur persistante.
Un vrai coup de cœur également pour ce Haut-Médoc Cru Bourgeois Château de Cartujac 2017, au bouquet très développé avec des nuances épicées, un vin complet, de très jolie bouche où se mêlent la mûre et le cassis, ample et solide, idéal, par exemple, avec un filet d’agneau aux échalotes confites ou un sauté de chevreau à la moutarde. Très savoureux 2016, harmonieux, aux nuances fruitées denses, dominées par le cassis et la cannellecorsé, est dense, d’un beau rubis foncé, d’une belle concentration aromatique et beaucoup de matière, un vin au joli potentiel de garde.
Le 2015, mêle finesse et richesse d’arômes, de bouche suave et veloutée, très parfumée (fruits rouges surmûris, cannelle), riche en couleur comme en charpente, d’une belle finale, un vin racé, de très belle évolution. Le 2014 est un vin plein, au nez de griotte confite, aux tanins intenses mais délicats, très équilibré au nez comme au palais, avec une finale de prune et d’humus.
Également le Médoc Cru Bourgeois Château du Périer, un vignoble de 7 ha de Cabernet-Sauvignon et Merlotsols similaires. Le 2017 (médaille d’Or Paris 2019), réunit concentration aromatique et souplesse, aux notes de griotte mûre, avec cette pointe de poivre séduisante, c’est un vin coloré, charnu, de bouche soyeuse mais puissante.
Le 2016, est intense en couleur comme en arômes, aux tanins présents, avec ces notes de mûre et de griotte, riche et généreux, de garde.
Le 2015, est charnu, savoureux, c’est un vin qui allie puissance et souplesse, de bouche fondue où domine le pruneau confit, d’excellente évolution.

Domaine CHALET de GERMIGNANHAUT-MÉDOC Domaine CHALET de GERMIGNAN
Domaine CHALET de GERMIGNAN (HAUT-MÉDOC)
Luc Monlun
139, avenue de la Boétie ( Chai et Dégustation : 98, avenue de Germignan)
33320 Le-Taillan-Médoc
Téléphone :05 56 05 41 94 et 06 07 81 76 86
Email : contact@lesvignoblesdegermignan.fr
Site : www.lesvignoblesdegermignan.fr

Un domaine familial (6e génération) qui s’étend sur 7 ha. Il est composé de 4 grandes parcelles réparties sur les communes du Taillan-Médoc et Blanquefort. La particularité des sols (graveleux, sablonneux, argilo-graveleux) et sous- sols (graveleux, calcaires et argileux) a permis l’implantation de divers cépages ce qui en fait un des rares domaines comptant autant de variétés.
Coup de cœur pour ce Haut-Médoc 2015, fin, typé, de couleur profonde, au nez de mûre et de groseille, de bouche savoureuse, avec des tanins veloutés, un vin ample, d’une très belle persistance. Le 2014, où les Cabernets sont majoritaires, élevage durant 18 mois en cuves et barriques dont 10 à 20% neuves, vinification traditionnelle en cuve Inox, mêle concentration aromatiquefinesse des tanins et puissance, avec des notes de fruits noirs cuits, de bouche harmonieuse.
Le Haut-Médoc Origine 2014 est un vin tout en nuances d’arômes épicées, où dominent la mûre et le cassis, très riche au nez comme en bouche, de robe intense, aux tanins puissants, de bonne garde. n

Château DEVISE d'ARDILLEYHAUT-MÉDOC Château DEVISE d'ARDILLEY
Château DEVISE d’ARDILLEY (HAUT-MÉDOC)
Jacques et Madeleine Philippe
Vignobles Vimes – Philippe SAS – 5, Le Pateau
33112 Saint-Laurent-Médoc
Téléphone :05 57 75 14 26
Email : devise.dardilley@terre-net.fr
Site : www.chateaudevisedardilley.fr

Propriété rachetée en 2000 par Madeleine et Jacques Philippe qui réalisaient un rêve : elle, parce que d’origine bordelaise, retrouvait ses racines et, lui, ingénieur de formation, après une carrière dans un grand groupe de services désirait devenir vigneron. Rêve devenu réalité…
Leur Haut-Médoc Cru Bourgeois 2015 est vraiment excellent, aux nuances de cerise noire et d’humus, de bouche flatteuse et riche à la fois, où se mêlent la myrtille et l’humus, un vin classique comme nous les aimons, intense et complexe, de très bonne charpente. Le 2014, de belle matière, au nez puissant de cassis, de musc et fumé, complet, avec des nuances en bouche de fruits surmûris et de poivre, bien persistant au palais. Le 2013 se goûte très bien, un vin dense au nez comme en bouche, aux tanins soyeux. Beau 2012, aux tanins amples, à la fois riches et soyeux, aux notes de cassis mûr et de groseille, structuré, charnu, tout en bouche.

Château FONTESTEAUHAUT-MÉDOC Château FONTESTEAU
Château FONTESTEAU (HAUT-MÉDOC)
Dominique Fouin

33250 Saint-Sauveur
Téléphone :05 56 59 52 76
Email : info@fontesteau.com
Site : www.fontesteau.com

Le Château, bâti et fortifié au XIIIe avec les moellons arrachés aux terres qui l’entourent, a été entièrement rénové en 1997 et s’érige sur 100 ha, dont 32 de vignes élevées dans les principes de lutte raisonnée qui minimisent l’emploi de produits de synthèse en intégrant les défenses naturelles de la vigne (60% Cabernet-Sauvignon, 35% Merlot noir, 5% Cabernet franc). Terroir sablo-graveleux sur dalle calcaireVinification traditionnelle dans une cuverie moderne en Inox équipée d’une régulation thermique, élevage 12 mois dans 700 barriques de chêne français (25% de barriques neuves par an). Le vignoble s’est équipé d’un nouveau chai à barrique, il est certifié HVE depuis millésime 2017 et certifié Bio à partir du millésime 2018.
Savoureux Haut-Médoc Cru Bourgeois 2017, aux connotations complexes de griotte, de pruneau et de sous-bois, avec des tanins mûrs, de bouche veloutée et ample, de très bonne évolution. Remarquable 2016, au nez à la fois complexe et intense dominé par les petits fruits noirs, aux tanins bien présents et savoureux, d’une finale persistante, de garde, naturellement. Le 2015, d’une belle couleur aux reflets violets, avec des nuances de groseille, de poivre et de cassis, un très joli vin, il est charmeur et puissant à la fois, tout en bouche, de garde.
Goûtez le Second Vin, le Haut-Médoc Variation de Fontesteau, au nez de cassis et de griotte, charnu, de bouche soyeuse. Profitez également des sept jolies chambres du gîte.

Château HENNEBELLEHAUT-MÉDOC Château HENNEBELLE
Château HENNEBELLE (HAUT-MÉDOC)
Pierre Bonastre
21, route de Pauillac
33460 Lamarque
Téléphone :05 56 58 94 07
Email : pierre.bonastre@wanadoo.fr
Site : www.chateauhennebelle.com

Une propriété familiale de 11 ha de vignes, et des viticulteurs de père en fils depuis cinq générations.
Laurent Bonastre nous indique “vendre actuellement ses Haut-Médoc 2014, 2015, 2016, 2017 et, en fin d’année les 2018.
Pour nous les vendanges 2019 ont été très concluantes, la qualité est incontestable, maturité complète, fruité, degrés élevés, de bons tanins. Tous les paramètres sont réunis pour prévoir un très grand vin.
Cette récolte 2019 nous réjouit pleinement, d’autant plus que le rendement est correct.”
Vous allez aimer ce Haut-Médoc 2017, de couleur intense, tout en parfums, souple, persistant, tout en élégance mais avec une jolie matière, un vin très charmeur. Beau 2016, très parfumé, alliant une bonne base tannique à un velouté charmeur en bouche, un vin où élégance et puissance en bouche s’harmonisent très bien, où dominent la fraise des bois et le cuir, de belle garde. 
Le 2015 est de robe pourpre, au nez concentré (mûre et cassis), tout en charme, de bouche riche et harmonieuse, où l’on retrouve ces nuances fruitées et épicése. Le 2014 est de belle teinte rouge intense, au nez marqué par des arômes de mûre et de réglisse, un vin ample, chaleureux, très persistant en bouche.

Château TOUR-DU-ROCHAUT-MÉDOC Château TOUR-DU-ROC
Château TOUR-DU-ROC (HAUT-MÉDOC)
Philippe et Emmanuel Robert
1, rue de l’Église
33460 Arcins
Téléphone :05 56 58 90 25
Email : tourduroc@wanadoo.fr
Site : www.chateautourduroc.fr

Situé à 4 kms au Nord de Margaux, le vignoble du Château Tour-du-Roc, propriété de la famille Robert depuis plusieurs générations, s’étend sur 12 hectares de croupes graveleuses très bien exposées. L’encépagement se compose de 50% de Merlot et 50% de Cabernet-Sauvignon.
L’exploitation a conservé des méthodes traditionnelles de travail : taille Guyot double sans désherbage chimique, vendanges manuelles.
La vinification est effectuée selon la tradition médocaine avec une cuvaison de trois semaines. L’élevage en fûts de chêne pendant douze mois est suivi d’un filtrage léger lors de la mise en bouteilles, laquelle a lieu au Château; autant d’atouts qui confèrent à ce Haut Médoc une grande qualité et une bonne aptitude au vieillissement.
Pour Philippe Robert, “les ventes s’étalent tout au long de l’année 2020 et ce sont les Haut-Médoc 2014 et 2016 que l’on trouvera en premier, puis suivront les 2018.
Les vendanges 2019 resteront pour nous, parmi les meilleures, quantitativement, nous avons atteint le quota et qualitativement, nous avons l’excellence, les vins possèdent tout ce qui laisse présager un grand vin de garde.”
Superbe Haut-Médoc 2016, qui sent la groseille mûre et le poivre, de robe grenat, riche, aux tanins puissants et soyeux à la fois, au nez intense, complexe, d’une belle finale aromatique aux nuances de fruits cuits, un vin fondu mais puissant en bouche, de garde. Le 2015, qui sent les petits fruits cuits, mêle puissance, typicité et souplesse, de robe grenat soutenu, très aromatique en bouche, avec des nuances de cassis, de musc et de fumé, complet, charpenté et persistant, de garde naturellement. Le 2014, de très belle matière, aux connotations de cerise, de sous-bois et d’épices, est un vin puissant mais déjà charmeur, qui mêle richesse et souplesse, généreux, de fort belle évolution, que l’on peut apprécier, par exemple, avec des aiguillettes de canettes aux fèves ou un chou farci aux châtaignes et au foie gras.

Alain LITTIÈRE Alain LITTIÈRE
Alain LITTIÈRE
Sébastien Littière
10, rue du Relais
51480 Oeuilly
Téléphone :03 26 58 01 32
Email : alain.littiere@wanadoo.fr
Site : www.champagne-alain-littiere.com

La maison fait partie de la plus vieille famille viticole d’Œuilly. Il en est pour preuve la Maison Champenoise, datant de 1642, qui appartenait aux arrière-grands-parents de cette dernière. Alain Littière, avec un ami amoureux du patrimoine champenois, a eu l’idée de sauver cette maison familiale en créant un écomusée. Aujourd’hui, c’est son fils Sébastien qui dire la maison et collectionne les récompenses. Ce vignoble comprend les trois cépages représentés par 50% de Pinot Noir issu aux 3/4 des communes de Aÿ, Mareuil sur Aÿ et Avenay Val d’Or, 30% de Pinot Meunier issu de la vallée de la Marne, et 20% de Chardonnay planté également dans la vallée de la Marne et à Aÿ.
Vous allez aimer comme nous son Champagne cuvée Alain Millésime 2009, de mousse fine, de jolie robe dorée, de belle charpente, où l’on retrouve des nuances de citron, de pêche et d’amande. La cuvée Clémence allie structure et vivacité à la fois, d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et de musc.
La cuvée Rosé Sentimental est un Champagne charmeur, présenté dans une très jolie bouteille, de mousse abondante et fruitée, aux notes de fruits frais et de violette. Même présentation pour la cuvée Optimal, médaille d’Argent au concours international des meilleurs Vins Effervescents, au nez subtil, de jolie mousse, aux nuances de noix fraîche et une dominante de pomme. Il y a encore la cuvée Récital, avec des nuances de noisette et de miel, alliant souplesse et structure, un vin puissant, tout en finesse, et la cuvée Héritage d’Alain, un Champagne franc et rond, d’une belle persistance aromatique, séduisant, riche au nez comme en bouche. La cuvée Natural (zéro dosage), 60% Pinot Noir et 40% Pinot Meunier, qui développe un bouquet très aromatique aux connotations de fleurs blanches et de citronnelle, un Champagne de bouche franche, vive, charmeuse. Goûtez le Ratafiasuave, à ouvrir à toutes occasions. Joli gîte sur place.
Château du GRAND-CAUMONTCORBIÈRES Château du GRAND-CAUMONTChâteau du GRAND-CAUMONT (CORBIÈRES)
Laurence Rigal

11200 Lézignan-Corbières
Téléphone :04 68 27 10 82
Email : chateau.grand.caumont@wanadoo.fr
Site : www.grandcaumont.com

Au sommet. L’un des plus vastes domaines des Corbières avec quelque 100 ha de vignes sur des sols argilo-calcaires en terrasses et des sols de graves très filtrants (cépages SyrahGrenache et Carignan de plus de 50 ans). Il existait déjà à l’époque romaine et avait été baptisé Villa Manzanetto.
C’est en 1906 que Louis Rigal, fondateur du célèbre Roquefort Rigal l’achète puis le transmet à son fils Louis, et son épouse Françoise Rigal prend le relais au début des années 1980. Sa fille Laurence la rejoint en 2003 et assure la gestion du domaine.
On pratique deux grands types de vinification dans les chais équipés de cuves ciment, de cuves Inox et de barriques. Chaque parcelle est vinifiée séparément. On utilise pour chaque cépage la vinification qui permettra d’obtenir le résultat souhaité.
– pour toutes les vieilles vignes de Carignan et une partie des Syrah, on choisit la vinification en raisins entiers également appelée macération carbonique. Les grappes sont cueillies à la main et déposées entières dans des cuves de faible profondeur. Les cuves sont saturées en gaz carbonique, levurées individuellement et fermentent pendant au moins quinze jours. Elles sont coulées, délicatement pressurées. Coule et presse sont alors assemblées pour terminer la fermentation alcoolique et réaliser la fermentation malolactique.
– pour les Carignan plus jeunes, une partie des Syrah et les Grenache, on pratique la vinification traditionnelle. Les raisins sont récoltés manuellement, versés dans un égrappoir, foulés avant d’être aiguillés dans des cuves de vinification. Chaque cuve est levurée séparément. Les temps de cuvaison durent de 14 à 21 jours avec au moins un remontage quotidien pour lessivage du chapeau. En fin de fermentation des pigeages et délestages sont pratiqués afin d’extraire au maximum la qualité de la matière première.
Superbe Corbières rouge cuvée Capus Monti 2015, 60% Syrah et 40% Carignan noir issu de vieilles vignes de plus de 80 ans, les cépages sont vinifiés séparément, sont assemblés à la fin de l’hiver et collés, puis élevés en barriques neuves de merrains français pendant 12 mois, cela donnant un vin dense, avec des connotations complexes de mûre, de musc et de poivre en bouche, coloré, au nez de fruits cuits et d’humus, aux tanins amples, de garde.
Le Corbières rouge Impatience 2015, 45% Carignan noir, 45% Syrah et 10% Grenache noir, avec un élevage en barriques durant 12 mois pour 40% de l’assemblage, un vin qui a des de arômes de violette, de grillé et de mûre, charpenté, épicé au palais, d’une finale complexe.
Le Corbières Réserve de Laurence rouge 2015, Carignan noir vieilles vignes vinifié en raisin entiers 25%, Carignan noir égrappé vinification traditionnelle 10%, Syrah vinification raisin entiers 10%, Syrah égrappée vinification traditionnelle 45%, Grenache noir égrappé vinification traditionnelle 10%…, le tout donnant ce beau vin avec des connotations de fruits rouges macérés, aux tanins riches et souples à la fois, un vin intense et coloré, tout en nuances en finale (humus, réglisse), de garde.
Excellent Corbières rouge cuvée Spéciale 2015, coloré et charpenté, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau et des accents de fumé au palais, à prévoir, par exemple, sur un rôti de bœuf aux pruneaux farcis ou un pigeon aux légumes.
Joli Corbières Château du Grand Caumont Tradition rosé 2016, 40% Syrah, 40% Cinsault, 10% Grenache noir et 10% Grenache blanc, finement bouqueté (abricot, rose), fin, de bouche subtile, persistante et très parfumée (fruits frais), et un séduisant Corbières Tradition blanc 2016, 60% Grenache blanc et 40% Vermentino, aux reflets verts avec des arômes de noix et d’agrumes, vif et fin, persistant et aromatique, d’une belle finale fraîche. Goûtez son IGP de l’Aude rouge, Merlot, alliant charpente et souplesse, aux tanins soyeux. Bel appartement de charme à louer au milieu des vignes.

Domaines AIME ARNOUXVACQUEYRAS Domaines AIME ARNOUX
Domaines AIME ARNOUX (VACQUEYRAS)
Marc et Jean-François Arnoux
Cave du Vieux Clocher
84190 Vacqueyras
Téléphone :04 90 65 84 18
Email : info@arnoux-vins.com
Site : www.arnoux-vins.com

La famille détient ce vignoble depuis 1717, depuis que le Seigneur de Lauris, fit don d’une parcelle à un ancêtre de la famille Arnoux, Pierre Bovis. Depuis ce jour, le vignoble s’est transmis de père en fils depuis 8 générations. Jusqu’au début du XXe siècle, il y avait de la polyculture avec notamment beaucoup de maraîchage dans la région. C’est le grand-père Aimé, né en 1901, qui a développé le vignoble et, en 1936, a créé la Cave du Vieux Clocher.
“Le 2016 est un super millésime, quantité et qualité sont au rendez-vous, nous dit Jean-François Arnoux. Nous avions vendangé aux dates habituelles, les raisins étaient bien mûrs et sains. La vigne a un peu souffert de la sécheresse mais la qualité est exceptionnelle ! “
Formidable Vacqueyras “1717” 2016, qui rend hommage au début de l’histoire vigneronne de la famille, sélection parcellaire des plus vieilles vignes de Grenache et Syrah, jolie structure, associant couleurcharnu et complexité aromatique, de bouche ronde et dense à la fois. Beau Vacqueyras rouge Château Lestours Clocher 2015, où dominent les fruits rouges et la violette, alliant finesse et charpente, qui poursuit une bonne évolution, de bouche charnue. Le Vacqueyras rouge Château Lestours Clocher Les Pénitents 2017 a des tanins riches et veloutés à la fois, aux connotations de mûre, légèrement épicé comme il se doit, un vin fermefranc, très représentatif de ce millésime, parfait avec, notamment, un quasi de veau aux pois gourmands ou des cailles braisées farcies aux fruits secs.
Remarquable CDR Seigneur de Lauris Vieilles vignes rouge 2017, tout en charpente, d’une belle ampleur, bien équilibré, qui sent les fraises des bois et l’humus, de bouche charpentée et souple à la fois, de très bonne garde. Séduisant Vacqueyras blanc Château Lestours Clocher Les Pénitents 2018, avec des arômes de noix et d’agrumes, c’est un vin bien rond au nez comme en bouche, fin, persistant et aromatique, d’une belle finale. 
Sur la fraîcheur, ce Vacqueyras rosé Château Lestours Clocher Les Pénitents, de robe délicate, alliant nervosité et rondeur, idéal sur les terrines de la région.
Château des PEYREGRANDESFAUGÈRES Château des PEYREGRANDES
Château des PEYREGRANDES (FAUGÈRES)
Marie-Geneviève Boudal-Benezech
11, chemin de l’Aire
34320 Roquessels
Téléphone :04 67 90 15 00
Email : chateau-des-peyregrandes@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudespeyregrandes
Site : www.chateaudespeyregrandes.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Le domaine s’étend sur 25 ha comprenant des vieilles vignes de Carignans de plus de soixante-dix ans enracinés sur les schistes des coteaux de La Serre, exposés plein sud à 400 m d’altitude, derniers contreforts des Cévennes encerclés par le parc naturel régional du Haut-Languedoc, complétées de Grenache, de Syrah, de Cinsault et de Mourvèdre. Depuis 2007, les cépages Roussanne et Marsanne viennent enrichir cette palette permettant l’élaboration d’un vin blanc. Plusieurs générations se sont succédées sur le domaine Bénézech-Boudal depuis la fin du siècle dernier où déjà Siméon Bénézech livrait son vin en barriques. Ensuite, son fils Pierre Bénézech a commencé la production en bouteilles des Vins rouges et rosés dans les années 1970.
Depuis 1995, sa fille Marie-Geneviève Boudal et ses enfants Hervé et Laurent perpétuent la tradition mise en place ici depuis la fin du XIXe siècle. Les vendanges se font à la main, permettant d’effectuer les tris nécessaires pour l’obtention de raisins à parfaite maturité et en excellent état sanitaire.
Les Vins sont élaborés sur un terroir de schistes (rendements moyens de 28 hl/ha) et très typés Faugères : une grande richesse aromatique, beaucoup de structure, grande finesse des tanins. L’exploitation est certifiée au titre de l’Agriculture Biologique Ecocert.

https://www.youtube.com/embed/_7PbZxpguVI

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

Marie-Geneviève Boudal-Benezech nous dit que “la maturité des raisins s’est effectuée en plusieurs étapes. Les vendanges se sont étalées sur un mois. La quantité est très raisonnable, nous avons même récolté plus qu’en 2018, les raisins étaient très sains, nous sommes donc ravis de ce 2019 qui réunit qualité et quantité. Les Vins sont très fruitéscharpentés, les rosés sont très beaux eux aussi, très vifs dans l’ensemble un peu plus d’acidité dans ces Vins-là et un peu moins de degrés. rosés et blancs présentent plus de fraicheur.
A la vente nos proposons le millésime 2018, le 2019 suivra dans l’année. Il nous reste encore un peu de 2017, mais plus beaucoup.
Nous préparons une nouvelle cuvée haut de gamme, elle est actuellement en cours de vinification, c’est un peu tôt pour en parler, toutefois, c’est un vin qui s’annonce plus concentré, plus complexe. Nous sommes toujours en recherche d’amélioration de la qualité, c’est ce qui est passionnant.
Le 2019 est un millésime un peu atypique dans notre région, il y avait des écarts de maturité dû au climat estival, ce qui a un peu perturbé les vendanges, il a fallu s’adapter.
Si je compare 2019 et 2018, je dirais qu’en 2018 il y a eu moins de récolte, moins de vivacité d’acidité, le vin est moins vif alors qu’en 2019 le vin est plus vif ce qui est un gage d’une bonne longévité.”
Cette chaleureuse famille nous propose cette année ce superbe Faugères rouge Prestige 2016, 40% Syrah, 40% Carignan et 20% Mourvèdre, il est intense au nez comme en bouche, d’une jolie concentration, au nez de cerise, légèrement épicé en bouche, parfait sur un filet de bœuf en croûte ou un civet de lapin.
Formidable Faugères rouge Marie-Laurencie 2015, 40% Syrah, 40% Grenache et 20% Mourvèdre, élevage en cuves Inox, il est charpenté, aux nuances de petits fruits (groseille et griotte), de bouche riche, typique de son terroir, un vin qui demande une cuisine relevée comme, par exemple, une épaule d’agneau farcie aux olives vertes ou un filet mignon de porc en croûte aux champignons.
Remarquable encore, le Faugères Château des Peyregrandes blanc 2018, Roussanne 60%, Marsanne 40% (ère primaire, sols schistes classiques du Faugérois-carbonifère, altitude : 200 à 300 m sur les avant-monts des Cévennes, exposition plein sud, face à la mer), de robe d’un doré brillant, très finement épicé, subtil et suave avec des nuances de fruits frais, un vin très élégant, de bouche franche et persistante, suave, et d’une grande persistance aromatique. Le Château des Peyregrandes rouge 2018, Syrah 50%, Grenache 50%, élevé en cuves Inox, de robe aux reflets violacés, charpenté, aux arômes de fruits cuits (cerise noire, groseille…) et de cannelle, légèrement poivré, est riche et de jolie garde, quand le 2017 commence à se goûter particulièrement bien, développant ce nez de violette évoluant vers les fruits mûrs, de bouche puissante et veloutée, et on vous le conseille, par exemple, avec un bœuf aux poivrons ou des cailles farcies aux raisins et foie gras.
Rafraîchissant Château des Peyregrandes rosé, Grenache 50%, Syrah 40%, Mourvèdre 10%, vendange manuelle, vinification par saignée, puis stabilisation et fermentation avec thermorégulation, une partie vinifiée en fûts de chêne, développe des senteurs de fruits (abricot, pêche), bien équlibré.
Et toujours ce magnifique Faugères rouge Charlotte 2015, un grand vin dense, au nez dominé par le cassis et le cuir, aux tanins mûrs et puissants à la fois, qui emplit bien la bouche, non encore à maturité, gras, complexe.
Domaine Guy BAUDIN et FilsPOUILLY-FUMÉ Domaine Guy BAUDIN et Fils
Domaine Guy BAUDIN et Fils (POUILLY-FUMÉ)
Lilian Baudin
Les Loges – Impasse des Tonneliers
58150 Pouilly-sur-Loire
Téléphone :03 86 20 12 47 et 06 30 95 12 98
Email : lilianbaudin@yahoo.fr

Un domaine familial qui est le fruit d’une longue tradition de vignerons, qui remonte à 1685. Il s’étend tout autour du hameau des Loges, village vigneron classé. Sur les 12 ha de vignes, 11 sont consacrés à la production de Pouilly-Fumé, et un hectare à la production de Pouilly sur Loire. Vendanges manuelles sans désherbant. Lilian Baudin s’est installé depuis janvier 2012, suite à la retraite de son père Guy, ils ont créé une société ensemble la Scea Domaine Guy Baudin et Fils.
Superbe Pouilly-Fumé Les Charmes 2018, qui développe ces notes de fumé bien spécifiques, un vin de robe brillante et limpide, au nez fleuri avec des nuances de pêche et de lis, typé comme on les aime. Agréable Pouilly-sur-Loire Les Loges 2018, il est tout en fruits et finesse, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, de bouche suave, un vin de jolie robe dorée, qui allie finesse et structure.
Château RASQUECÔTES DE PROVENCE Château RASQUE
Château RASQUE (CÔTES DE PROVENCE)
Gérard, Monique et Sophie Biancone
Route de Draguignan
83460 Taradeau
Téléphone :04 94 99 52 20
Email : accueil@chateaurasque.com
Site : www.chateau-rasque.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Gérard et Monique Biancone peuvent être fiers d’avoir su redonner une âme à ce très beau et ancien domaine riche d’un passé qui remonte au néolithique. C’est ainsi que les enfants de Gérard et Monique, Pascale, Fabio, Sophie, Alexandra et Enzo ont vu naître au fil des ans, le façonnage de ces terres, planter les premières vignes, comprendre l’effort et venir partager avec eux le plaisir de la récompense d’une belle vendange. Toutes les terres sont travaillées en Bio, les seuls produits autorisés étant le soufre et le cuivre. Cela permet de laisser s’exprimer le terroir, sans aucun produit chimique.
“Pour Sophie Biancone, Cuvée Château Rasque Rouge est un vin gourmand, prometteur. Pièce Noble est une Cuvée emblématique du domaine qui allie la puissance à une rondeur soyeuse.
Clos de Madame est un vin épicé et complexe, très charnu. Héritage est la Cuvée premium, un vin précieux aux arômes de mûres, notes épicées, belle persistance et longueur en bouche.
Château Rasque Rosé 50% Grenache et 50% Cinsault. La bouche est franche et gouleyante, notes d’abricot mûr, belle persistance aromatique très fraiche, très délicate.
Château Rasque Blanc 50 % rolle et 50 % Ugni Blanc. Bouche nerveuse, notes d’agrumes, du gras, belle finale subtile et rafraichissante. Château Rasque Rouge 50% Syrah et 50% Grenache. Bouche gourmande et aromatiquefruité, très agréable.
Cuvée Alexandra, 50% Grenache et 50% Cinsault. Jolie couleur rose tendre avec une légère pointe orangée. Notes de fraise des bois, bouche franche, souple suave, belle finale longue et persistante.
Blanc de Blanc 100% Rolle. Une Cuvée spéciale aux notes florales et de fruits à chair blanche, d’agrumes, un petit côté brioché. Beaucoup de rondeur et de soyeux en bouche, belle fraicheur et finale fruitée et persistante.
Pièce Noble rouge, 60% Syrah et 40% Grenache. Cette Cuvée spéciale est d’un beau grenat, la bouche est ample, épicée, les tannins sont présents mais élégants, beaucoup de mâche, très joli vin d’une incroyable persistance avec une finale chocolatée, de belle garde bien évidemment.
Clos de Madame Rosé 85% Syrah et 15% Rolle. Cette Cuvée prestigieuse présente des reflets orangés, arômes intenses de fruits exotiques (passion, papaye) de pêche. La bouche est intense, beaucoup de fraicheur et belle complexité aromatique très persistante. Clos de Madame Blanc de Blanc 100% Rolle. Cette Cuvée est d’une belle intensité aromatique, notes de fleurs blanches, de brioche. La bouche est onctueuse et riche, très bel équilibre, belle longueur soyeuse. Clos de Madame Rouge 80% Syrah et 10% Grenache. Cette Cuvée offre des arômes de fruits confiturés, notes de havane, tabac blond. Belle complexité, un vin racé et velouté. En bouche, bon équilibre des tanins, note épicée persistante en fin de bouche.
Cuvée Héritage, 90% Syrah et 10% Grenache. Bouche gourmande aux arômes de mûres, de réglisse, très belle longueur, vin de garde.”
Formidable Côtes-de-Provence rosé Cuvée Alexandra 2018, 50% Grenache sur sol argilo-calcaire, très caillouteux et 50% Cinsault sur sol argilo-calcaire, ce vin est envoûtant, au fruité délicat, avec des nuances de pêche et de noix fraîche, sec et suave à la fois, qui associe la fraîcheur à la rondeur, tout en finale.
Exceptionnel Côtes-de-Provence rouge Clos Madame 2015, 85% de Syrah et 15% de Grenache (pigeage manuel sur cuves ouvertes en bois de chêne, vieillissement de 12 mois en foudres de chêne), présenté dans une superbe bouteille, est de bouche puissante et dense, de couleur intense, racé, aux tanins riches et soyeux à la fois, aux connotations de cassis et de poivre, de belle garde.
Le Côtes-de-Provence rosé Clos de Madame 2018, 85% Syrah et 15% Rolle, sol argilo-calcaire très caillouteux, vin coloré, parfumé, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent la griotte mûre et une touche épicée caractéristique, de jolie bouche gourmande. “Après avoir vendangé à la main tous nos raisins, notre récolte est conduite au pressoir pneumatique lui assurant un foulage léger. Après 4 à 6 h de macération pour obtenir la couleur désirée et avant pressurage, le “jus de saignée” sera isolé pour assurer la production de cette Cuvée. Chaque cépage étant vinifié séparément, ce n’est qu’après leur fermentation alcoolique que l’assemblage vient parfaire cette Cuvée.”
Dans la lignée, le Côtes-de-Provence Blanc Clos de Madame 2018, pur Rolle, est une grande réussite, fruité au nez comme en bouche, avec des nuances de pêche et de tilleul, un vin équilibré et ample en finale, avec une persistance d’arômes subtile où l’on retrouve des notes de garrigue et de lis.
Joli Côtes-de-Provence rouge Pièce Noble 2015, 60% Syrah, 40% de Grenache, riche en couleur, où se mêlent la griotte et l’humus, associant concentration et finesse, de bouche ample, parfumée et fondue, un vin de très bonne garde. Très agréable Côtes-de-Provence Blanc De Blancs 2018 100% Rolle sur sol argilo-calcaire très caillouteux, macération à froid, fermentation à basse température, se caractérise par beaucoup de finesse et de fruité, un vin où s’entremêlent des notes de pomme mûre et de bruyère, très bien équilibré et ample, très charmeur, élégant, de bouche persistante, dense et parfumée, tout en harmonie.
Pour terminer, nous avons ce Côtes-de-Provence rouge Héritage 2014, 85% Syrah et 15% Grenache, élevage de 12 mois en barriques neuves, de couleur soutenue, au nez de fumé et d’épices, aux tanins mûrs et puissants à la fois, bien ferme, c’est un vin de garde qui supporte une cuisine bien relevée. Superbes chambres d’hôtes sur place.
Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIRMARSANNAY Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIR
Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIR (MARSANNAY)
Patrice Ollivier
44, rue de Mazy
21160 Marsannay-la-Côte
Téléphone :03 80 52 21 12
Email : contact@fougeraydebeauclair.com
Site : www.vinsdusiecle.com/fougeraydebeauclair
Site : www.fougeraydebeauclair.com

C’est en 1978 que le Domaine, une affaire familiale, se constitue par acquisition et fermage de vignes dans de prestigieuses appellations bourguignonnes de la Côte De Nuits et de la Côte De Beaune. Superficie de 17 ha. Faibles rendements, tri systématique de la vendange à la vigne et sur une table d’égouttage, macérations longues, fermentations maîtrisées par régulation thermique des cuves, élevage adapté à chaque vins en fûts de chêne neufs ou récents…
“Le millésime 2018 fut pluvieux avec des précipitations importantes jusqu’à fin mars, nous raconte Patrice Ollivier. Le printemps fut soudain et très chaud avec des températures souvent supérieures à 25 degrés. Le cumul d’un sol humide et de températures chaudes a fait démarrer le vignoble très tôt. Nous avons craint le gel de printemps mais, rien n’en a été. Par la suite, l’été fut sec, contrairement à la Côte De Beaune, la Côte De Nuits a eu très peu de pluie. Les vendanges se sont déroulées vers le 6 septembre, ce qui est assez tôt. La récolte était belle et très mûre avec des quantités de 38hl/ha en moyenne.
Ce 2018 est un millésime très riche, que l’on qualifie de “solaire”. Pour les rouges, l’onctuosité est très développée et les couleurs sont très profondes. L’acidité est bonne malgré cette grande maturité. Les blancs ont gardé leur fraîcheur et ont de très belles rondeurs. Certaines fermentations alcooliques ont été lentes mais la plupart furent rapides.”
Coup de cœur pour ce Marsannay rouge Les Saint-Jacques 2016, Pinot Noir, un vin corsé, de couleur soutenue, ample, alliant structure et bouquet, intense au nez comme en bouche, aux arômes de fraise des bois, réglisse. Le Marsannay Les Saint Jacques blanc 2016, est typé et ample en bouche, au bouquet complexe où s’entremêlent des notes d’amande et de poire, c’est un joli vin gras et harmonieux. Superbe Fixin rouge Clos Marion 2016, Pinot Noir, complet, de couleur pourpre, aux tanins riches et savoureux, très parfumé (mûre, groseille…), associant gras et intensité, de belle garde. Dans la même lignée, le Fixin blanc Clos Marion 2016, très séduisant, au nez subtil dominé par les fruits secssuave en bouche, tout en persistance aromatique. Le Marsannay blanc Les Aiges Pruniers 2016, est d’une grande complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et d’amande, dense et distingué. Le Gevrey-Chambertin Les Seuvrées 2016, Pinot Noir, très équilibré, avec ces connotations caractéristiques du terroir, puissant, ample, aux tanins savoureux, tout en bouche.
Domaine Albert JOLYPULIGNY-MONTRACHET Domaine Albert JOLY
Domaine Albert JOLY (PULIGNY-MONTRACHET)
Sylvie Prévot-Joly
2, rue du Creux de Chagny
21190 Puligny-Montrachet
Téléphone :03 80 21 90 52
Email : domainealbertjoly21@orange.fr

La famille Joly est l’une des plus anciennes de la commune de Puligny-Montrachet. On retrouve le nom en 1531 dans un registre de baptême et en 1741 dans le livre terrier (registre contenant les lois et usages d’une seigneurie). C’est la 7e génération sur le Domaine Albert Joly, le père de Sylvie a arrêté son activité à l’âge de 86 ans. Aujourd’hui, les 3 enfants ont repris le domaine mais c’est Sylvie qui le gère tout en ayant une activité professionnelle extérieure. Les vignes sont exploitées en lutte raisonnée, labours, sans désherbant, les vendanges sont manuelles. L’élevage des vins se fait en fûts neufs pour 1/3 de la récolte.
“Dès maintenant, nous indique Sylvie Prévot-Joly, nos ventes se portent sur le Bourgogne Côte d’Or 2017 (100% chardonnay) qui remplace le Bourgogne chardonnay que nous avions avant. Pour ce nouveau vin, nous limitons de 10% le rendement afin d’obtenir une qualité plus haut de gamme.
Les gelées d’Avril ont donné des vendanges atypiques avec des degrés importants, notamment pour les Aligotés, et un volume inférieur de 30% sur l’ensemble de la production. L’évolution se révèle assez surprenante malgré le taux alcoolique élevé, les vins sont tout à fait satisfaisants. A noter dans vos carnets, en 2021, Puligny-Montrachet accueillera la Fête de la Saint Vincent !”
Sublime Puligny-Montrachet les Charmes 2017, tout en finesse, alliant structure et distinction, où complexité et persistance aromatique s’associent au nez comme en bouche, très marqué naturellement par son terroir, au bouquet subtil de vanille et de tilleul. Bien sûr le Puligny-Montrachet les Tremblots 2017, chardonnay, vigne planté en 1954, élevage 19 mois en fûtsminéral, jolis d’arômes, de belle teinte dorée, aux nuances de fruits,qui dégage des notes de tilleul et d’abricot.
Belle appellation à mettre en valeur, ce Bourgogne Côte d’Or 2017, vigne plantée en 1958, élevé 18 mois en fûts, d’une finale bien persistante où se décèle le pain grillé, de bouche savoureuse aux nuances d’agrumes, un vin très expressif.
VAZART-COQUART VAZART-COQUART
VAZART-COQUART
Jean-Pierre Vazart
6, rue des Partelaines
51530 Chouilly
Téléphone :03 26 55 40 04
Email : contact@vazart-coquart.com
Site : www.champagnevazartcoquart.com

Depuis 1995, Jean-Pierre Vazart représente la 3e génération de vignerons. Il perpétue ainsi la marque créée en 1954 par Louis et Marie Vazart-Coquart, ses grands-parents et Jacques Vazart, son père, qui en a développé le style.
En 2012, le Champagne Vazart-Coquart a été parmi les premiers domaines viticoles en France à être certifié “Exploitation Viticole de Haute Valeur Environnementale”. Cette certification mise en place par le Ministère de l’Agriculture, permet d’identifier les Maisons engagées dans des démarches particulièrement respectueuses de l’environnement. Elle vous prouve que nous faisons d’importants efforts pour la biodiversité et le respect de la planète.
Pour Jean-Pierre Vazart, “la vendange 2019 a été une belle surprise qualitativement et quantitativement. Nous avions quelques craintes car la vigne a souffert après les épisodes de gel du mois d’Avril et la canicule en Juillet.
La très belle météo au moins d’Août suivie de températures plus douces, des pluies régénératrices pour la vigne, ont été très bénéfiques. Heureusement que nous avons un sol crayeux, c’est une bénédiction ! La maturité a pu reprendre en douceur, la prise en sucre s’est mise en place.
Nous obtenons des équilibres acide/sucre assez différents des autres années. Nous avons su attendre la parfaite maturité des raisins.
A la vente actuellement, Champagne Grand Bouquet 2013, nous passerons au 2014 au cours du second semestre.
Spécial Club 2012 puis suivra le 2013 à l’automne. C’est un Champagne d’une grande qualité et d’une grande aptitude au vieillissement, d’un très grand potentiel. C’est un millésime très équilibré, très structuré avec beaucoup de fraicheur et en même temps une vraie complexité bien valorisée par un vieillissement sous liège. Nous mettons un bouchon de liège avant la mise en bouteilles, l’oxygénation est très différente qu’avec une capsule, cela apporte un plus. C’est une cuvée gastronomique, un vrai potentiel, il s’accorde très bien avec des poissons en sauce par exemple, c’est un vin très riche, dosage 3,5 g donc, c’est un extra brut, c’est dire que l’année était déjà équilibrée.
Toujours à la vente : Champagne cuvée 82/13, c’est la “colonne vertébrale” de nos sans années. Pour moi, un multi millésimes à 40% de 2013 dosé en extra brut à 1 g, ce qui est infime. A l’attaque en bouche, il développe une véritable palette aromatique, notes très fraiches caractéristiques du 2013, un Champagne qui évolue bien vers des notes plus complexes.
Nous sortons notre cuvée TC 2015 (Terre Cuite), un vin élevé dans un œuf en Terre cuite, le premier chez nous vinifié de cette façon, vinification sans fermentation malolactique avec un dosage très faible, 2,5 g. Le parcellaire s’exprime bien grâce à la Terre cuite, pas d’ajouts d’arômes, ce contenant en forme d’œuf permet une bonne oxygénation, c’est un vin très intéressant.”
Une Maison de référence, avec ce sublime Champagne Grand Cru Blanc De Blancs brut Réserve, 100% Chardonnay, aux arômes de fleurs blanches (aubépine), de jolie robe dorée, avec cette pointe de fraîcheur et de fruité persistante, de mousse finement crémeuse.
Le Grand Cru Blanc De Blancs 82/13, 100% Chardonnay, issu d’une réserve perpétuelle initiée en 1982, renouvelée à 40% chaque année jusqu’au millésime 2013, d’où son nom 82/13. Il est d’une grande finesse, au nez de fleurs, très harmonieux en bouche qui dégage des nuances de pomme et de miel, d’une belle couleur or, une cuvée ample, légère et ronde à la fois, vraiment charmeuse.
Superbe Champagne Grand Bouquet 2013, au parfum d’amande fraîche et d’agrumes mûrs, riche au nez comme en bouche, tout en fruits, de mousse légère, de couleur jaune ambré, avec, en finale, des connotations de brioche et de fleurs blanches.
L’Extra brut, alliant ampleur aromatique et longueur, avec des notes d’aubépine et de fruits (pomme, pêche), est raffiné, de robe vert or, se goûte parfaitement sur des sushis ou des asperges sauce maltaise.
Excellent brut rosé Grand Cru, de belle couleur, alliant rondeur et persistance au palais, de mousse abondante, classique et séduisant, tout en harmonie avec des connotations d’abricot mûr et de fraise en finale.
Il y a encore cette cuvée Camille, toujours Grand CruChardonnay et Pinot Noir, avec ce nez de petits fruits frais et d’amande, un beau Champagne ferme et suave, tout en nervosité, qu’il faut déboucher, notamment, sur des goujonnettes de soles aux champignons ou des coquilles Saint-Jacques grillées au beurre d’oursins. Beau Spécial Club 2010, 100% Chardonnay, (très jolie bouteille), d’une belle harmonie, un Champagne qui a des nuances de pomme et de fruits secs, de bouche crémeuse, c’est une cuvée suave, de mousse abondante.
Château D'ARRICAUDGRAVES Château D'ARRICAUD
Château D’ARRICAUD (GRAVES)
Isabelle Labarthe

33720 Landiras
Téléphone :05 56 62 51 29
Email : chateaudarricaud@wanadoo.fr
Site : www.chateau-darricaud.fr

L’origine du domaine est très ancienne et nous devons son aspect actuel au Comte Joachim de Chalup. Il entra chez les mousquetaires gris en 1772, devint conseiller du Roi en 1783, puis Président du Parlement de Bordeaux. Incarcéré sous la Terreur au château-prison de Cadillac, puis libéré, il fût nommé premier Président de la Cour Royale d’Angers sous la Restauration. Le domaine fût l’objet d’agrandissements avec des cé́pages de choix. Depuis trois générations, la famille Bouyx-Trénit, très attachée à ce terroir et à son histoire, œuvre pour le mettre en valeur.
Aujourd’hui, Isabelle Labarthe poursuit avec passion les mêmes objectifs. Le vignoble sétend sur 23 ha d’un seul tenant. Sa partie haute est recouverte d’un manteau de graves typiques argileuses, en bas de pente affleurent les sols rouges argilo-calcaires à̀ astéries. La propriété vient d’acquérir la certification HVE (Haute Valeur Environnementale).

“Magnifique vendange 2018, se réjouit Isabelle Labarthe, de jolis Merlots, très beau Cabernet, se sera un vin sur la fraîcheur, le fruit avec du gras, extrêmement équilibré, une valeur sûre.
Je développe l’accueil et la réception au château sur rendez-vous, c’est l’occasion de profiter de sa terrasse et d’un magnifique panorama sur le sauternais et les coteaux de Garonne.”

Voilà un remarquable graves rouge Grand vin 2016, au nez où dominent le cassis mûr et les sous-bois, riche en couleur comme en matière, avec une touche épicée, bien prometteur. Dans la lignée, le 2015, corsé, épicé, très harmonieux, riche en couleur, il est typé, de belle robe soutenue, aux notes de sous- bois et de mûre, bien charpenté et équilibré, parfumé (griotte, humus…) au palais.
Le graves rouge Réserve du Comte 2015, est charpenté, élégant, aux tanins denses, est coloré et intense au nez comme en bouche (griotte, fumé…), un vin puissant, charmeur, avec de la matière.
Excellent graves blanc 2017, très aromatique, d’une belle longueur, qui allie richesse aromatique et persistance en bouche, avec des notes de narcisse et de noix, particulièrement séduisant, comme le 2016, d’une jolie complexité d’arômes où l’on retrouve des nuances de citron et de genêt, franc et distingué.
Très joli Liquoreux 2011, avec cette bouche souple, tout en subtilité d’arômes, de teinte doré́e, aux nuances de fruits bien mûrs, d’une belle ampleur.

Pour voir d’autres adresses, choisissez la première lettre du nomA – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z – Tout voir

A l’Amour du Vin, nous n’avons pas choisi les vins par hasard : les vignerons sont talentueux et leurs cuvées à la tête de leurs appellations respectives. Du grand art, prix propriété, sans aucune marge ni commission. De quoi se faire (vraiment) plaisir à prix doux !

La Boutique (dégustations gratuites) : 124 route de Léognan 33710 Gradignan

Le Site marchand : www.amourduvin.com

L’Alsace

L’Alsace est l’exemple caractéristique des grandes régions vinicoles et gastronomiques françaises où le mariage des vins et des mets peut surprendre le plus. Bien sûr, on connaît les spécialités du pays, les choucroutes, les fromages, les charcuteries ou le kouglof, et l’intensité aromatique des grands crus, alliant finesse et richesse en bouche. On se doute bien qu’un vin d’Alsace se déguste aussi avec des crustacés ou des fruits de mer mais on oublie parfois l’extraordinaire osmose d’un Muscat avec des asperges, par exemple.

Les vins peuvent se boire pratiquement tout au cours d’un repas. Sur la choucroute (Riesling), avec une sole meunière (l’Alsace est riche également de poissons de rivière), avec des crustacés. Plus original, le fameux “poulet au Riesling”, une blanquette de veau à l’ancienne. La puissance de son bouquet et sa persistance aromatique en bouche place le Gewurztraminer comme un apéritif idéal. Il est superbe (comme le Tokay Pinot Gris) avec un pâté en croûte ou une terrine de foies blonds, ainsi que sur la tarte flambée. Les Vendanges Tardives se savourent sur un foie gras d’oie d’Alsace, au naturel ou en brioche, et sur des fromages forts comme le maroilles, le munster ou le roquefort.

Le beaujolais

Il y a deux façons de déguster les crus du Beaujolais : dans leur jeunesse, en profitant de leur couleur et de leur fruité avec des charcuteries, des rillons, des fromages à pâte molle ou une viande rouge grillée (les Beaujolais-Villages, les crus de Brouilly, Côte-de-Brouilly, Chiroubles et Saint-Amour sont parfaits), ou parvenant à maturité, notamment les crus plus charpentés, c’est-à-dire avec un minimum de quatre à cinq années d’évolution, sur une cuisine plus élaborée.

– Fleurie, Juliénas. Très parfumés, à dominante de fruits rouges et de sous-bois, à présenter avec une oie farcie, un fromage bleu (Auvergne ou Bresse), ou un gibier (perdrix).

– Chénas, Morgon, Moulin-à-Vent, Régnié. Bouquetés et denses, parfaits sur une terrine de gibier, du jambon fumé ou un foie de veau.

Le bordelais

Médoc et Haut-Médoc. Des vins riches et souples à la fois, de belle couleur, parfumés, équilibrés, de bonne garde. Ils se goûtent avec toutes les viandes rouges dont la fameuse entrecôte bordelaise cuite sur les sarments, et plus le millésime est ancien, parvenu à sa maturité, avec des plats complexes, gibiers, civets ou de l’agneau.

Margaux. Prédominance à l’élégance et la structure. Un vin concentré dans sa jeunesse, au nez subtil, qui a besoin de temps pour donner toute sa finesse. En dehors des viandes rouges, le gibier à plume.

Saint-Estèphe. Puissant et concentré dans sa jeunesse, un très grand vin typé qu’il faut aussi savoir attendre, intense, à savourer avec une viande en sauce ou une bécasse.

Pessac-Léognan et Graves. En blancs, les vins, alliant finesse aromatique et persistance en bouche, s’associent à un veau en sauce ou une alose. Les rouges, bien typés, allient richesse et distinction sur du veau rôti, de l’agneau ou un gigot à la ficelle.

Lalande-de-Pomerol. Couleur, concentration aromatique et onctuosité en bouche en font un vin qui se déguste avec la plupart des viandes, un magret de canard ou de l’agneau en croûte.

Saint-Émilion. Parfumé, corsé, un vin dense et ferme, pour viandes rôties et gibier à plume. Idéal sur de l’agneau au four, des brochettes de canard ou un curry de mouton qui fait ressortir le caractère épicé du vin. Sur un vieux millésime, des mets plus riches comme un canard farci, un curry et les civets.

Pomerol. Ces vins riches, puissants en arômes comme en structure, denses et veloutés en bouche “collent” avec la plupart des gibiers et les truffes, dont on retrouve les arômes dans le vin. Essayez les œufs à la broche aux truffes fraîches.

Blaye Côtes-de-Bordeaux. Colorés, alliant charpente et rondeur en bouche, les Côtes-de-Bourg se marient avec du veau (sans sauce), de l’agneau, des magrets de canard et la plupart des gibiers à plume pour les vins parvenus à maturité. Le caractère légèrement épicé de ces crus les prédispose à un curry de poulet par exemple, des viandes en sauce légère ou des rognons.

Sauternes. Pour profiter de leur richesse et de leur typicité, à l’apéritif. Plus conventionnel, sur un foie gras, pour un millésime assez jeune, et sur un dessert pas trop sucré comme une tarte aux framboises. Plus rare, la lamproie, et des ris de veau à la crème.

Bordeaux. Souples et colorés, alliant charpente et bouquet, les vins se goûtent avec toutes les viandes rouges, mais aussi, pour des millésimes plus évolués, sur une escalope de veau ou un navarin de mouton.

La Bourgogne

Chablis. Ampleur, suavité, vivacité et persistance aromatique pour ces crus de Chablis, à déguster sur des poissons de rivière, des langoustines flambées ou une côte de porc charcutière. Les Premiers Crus avec homard, sandre, brochet, langoustines flambées, veau, fromages forts à pâte molle…

Chassagne-Montra­chet. Bouquetés, secs et suaves à la fois, de beaux vins blancs tout en persistance aromatique, pour les poissons et les viandes blanches cuisinées. Les rouges s’accordent à merveille avec agneau, viandes rôties, volailles, Sain-Nectaire.

Pernand-Vergelesses. Coquilles Saint-Jacques, poissons en sauce, blanquette de veau, pour le blanc, le gibier à plume pour le rouge qui s’accorde également avec une raclette.

Meursault. Riche, parfumé, suave en bouche, un Meursault jeune se boit avec des ris de veau ou une dinde aux marrons. À maturité, il lui faut une blanquette de veau, des morilles à la crème ou des quenelles de brochet.

Pommard. Solide et coloré, un grand Pommard se savoure sur des mets subtils et puissants à la fois, comme une palombe, une poule au pot, les viandes en sauce et le gibier.

Pouilly-Fuissé. Idéal sur un saumon grillé, des ris de veau, une poularde en croûte de sel ou des quenelles de brochet.

La Champagne

Pour le Champagne, s’il est bien sec, à l’apéritif ; s’il est demi-sec ou doux, au cours d’un repas ou en dessert (fruits et pâtisseries). Les inconditionnels peuvent faire tout un repas au Champagne, délaissant néanmoins les viandes rouges ou le gibier. Un vin idéal avec des crustacés, ou, s’il est plus charpenté (une cuvée de Prestige), sur un poisson en sauce ou un feuilleté de turbot. Le Champagne rosé s’apprécie sur une viande blanche ou sur un gâteau au chocolat (pas trop sucré).

CHAMPAGNE JEAN-MICHEL PELLETIER

CHAMPAGNE MOYAY-JAURY-GUILBAUD

CHAMPAGNE LEJEUNE-DIRVANG

Le Languedoc

Faugères et Minervois. En rouge, le vin est marqué par des connotations fruitées et épicées caractéristiques qui lui permettent de tenir sur le gibier, les saucisses, le lièvre, avec un brie, sur les cassoulets du pays voire sur les pâtés à base de viande de mouton, qui sont légèrement sucrés.

La Provence

Bandol. Des vins rouges riches en arômes et en saveurs, avec cette touche vanillée, qui se marient avec des plats épicés. Pour des millésimes plus anciens, sur un lièvre à la royale, une poularde en croûte de sel ou un reblochon. Le rosé tient sur une ratatouille, une saucisse grillée ou des brochettes de rognons, et le blanc sur une escalope ou un sandre au beurre blanc.

Côtes-de-Provence. Des rouges alliant couleur, parfums et souplesse en bouche, qui se marient avec une bonne potée, un rôti de porc froid ou un carré d’agneau. Pour les blancs, fruits de mer et bouillabaisse, tandis que le rosé se déguste avec une morue grillée ou des calmars.

Le Sud-Ouest

Bergerac et Saussignac. En Bergerac, les rouges, parfumés et souples, sont adaptés à des viandes grillées, une côte de veau, un cassoulet ou une daube. Les moelleux, très fruités, aux connotations de miel, se goûtent à l’apéritif, en dessert sur une île flottante ou un flan, sur un bleu et le foie gras.

Madiran. Complexe et concentré, très parfumé, aux tanins fermes et puissants, très typé, un vin qu’il faut savoir attendre, à boire avec une viande en sauce, le gibier à poil ou un cassoulet.

Le Val de Loire

Chinon. S’il est jeune, avec une volaille ; s’il est parvenu à maturité, il convient aux viandes rouges, à un canard ou à un gibier cuisiné légèrement.

Sancerre. Sec, nerveux et fruité, le blanc se goûte avec les fruits de mer, les rillettes, l’andouillette au vin et les poissons. Le rosé s’adapte à toutes les charcuteries, et le rouge à un canard ou à une dinde aux marrons.

Pouilly-Fumé. Sec, aux arômes de fruits frais, parfait en apéritif, sur les fruits de mer, coquillages, crustacés, fromage de chèvre.

Saumur-Champigny. Un rouge aux tanins ronds, idéal sur une côte de veau ou des rillons, du mouton, un magret, voire un faisan pour un millésime plus ancien.

Touraine. Des vins frais et fruités, qui se boivent avec des rillons quand ils sont jeunes (pour les rosés et rouges), puis sur une volaille, des pigeonneaux, du veau grillé. Le blanc se marie avec les fruits de mer, les gougères et les fromages de chèvre.

Coteaux-du-Layon. Des moelleux à déguster à l’apéritif, sur les charcuteries, avec un foie gras ou des fromages bleus. Goûtez-les sur un saucisson brioché ou un homard.

Muscadet. Des blancs secs pour les fruits de mer et les poissons, frais et fruités à l’apéritif et avec des langoustines, ou avec les charcuteries du pays (rillettes, notamment).

La Vallée du Rhône

Châteauneuf-du-Pape. Des rouges riches et charpentés, très parfumés, qui sentent la garrigue et les fruits surmûris, et s’apprécient sur le gibier (sanglier, chevreuil, lièvre) ou avec les truffes. Les blancs sur une cuisine riche, les poissons en sauce, les crustacés, les fromages.

Côte-Rôtie et Condrieu. De grands vins rouges intenses et complexes, concentrés au nez comme en bouche, d’excellente garde, qu’il faut savoir attendre et déguster sur des plats épicés. Le Condrieu, suave et onctueux, sur une blanquette ou un saumon grillé.

Côtes-du-Rhône Village Séguret. Dans leur jeunesse, les rouges vont parfaitement avec les viandes blanches ou les volailles (pigeonneaux). Plus vieux, ils méritent un chou farci, une daube et du gibier (perdrix).